Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 19:34

Australie---Cyclone-Anthony---29-01-2011---23h44.jpgLe cyclone Anthony au nord de la région du Queensland en Australie. Image acquise par le satellite
européen Envisat le 29 janvier 2011 à 23h44 UTC. En bas à droite, la péninsule est à proximité de
la ville de Maryborough. Les villes d’Ayr, Bowen et MacKay sont sous les nuages. La résolution est
réduite d'un rapport 3 par rapport à l'image originale provenant du capteur MERIS.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Cette image a été acquise par le satellite européen Envisat le samedi 29 janvier à 23h44 UTC. Elle couvre la région du Queensland en Australie affectée il y a quelques semaines par des inondations catastrophiques. L’image montre le cyclone tropical Anthony juste avant qu’il ne touche la côte du Queensland, dimanche vers 22h00 (heure locale) à proximité de la ville de Bowen, au nord de Rockhampton, avec des vents très forts et des précipitations intenses. Environ 10000 habitations ont à nouveau subi des coupures d’électricité.

La région entre les villes d’Ayr et Mackay a subi des vents avec des rafales atteignant 155 km/h. Anthony a désormais été rétrogradé en catégorie 1 alors qu’il s’enfonce à l’intérieur des terres.

Un deuxième cyclone tropical, Yasi, qui pourrait plus intense (force 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui compte cinq niveaux) est attendu pour jeudi.

JTWC---Yasi---11P---Warning.gifBulletin d'alerte pour le cyclone Yasi (11P) le 30 janvier à 12h00 GMT par le Joint Typhoon
Warning Center (JTWC). Crédit image : JWTC

 

MTSAT - YASI - 31-01-2011 - 07h00Le cyclone Yasi au nord-est de l'Australie, après son passage à Vanuatu. Extrait d'une image acquise
par le statellite géostationnaire MTSAT le lundi 31 janvier 2011 à 7h00 UTC.
Crédit image : Japan Meteorological Agency (JMA)

 

Envisat - Cyclone Yasi - 30-01-2011 - 23h08Le cyclone Yasi au nord-est de l'Australie. image acquise le 30 janvier 2011 à 23h08 UTC
par le capteur MERIS du satellite européen ENVISAT.  La résolution est fortement
réduite par rapport à l'image originale. Une rehaussement de contraste a été
appliqué par Planète Sciences Midi-Pyrénées.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

La Niña, une petite fille qui nous cause beaucoup de soucis...

C’est le phénomène climatique La Niña, réapparu pendant l'été 2010 qui est à l’origine de ces précipitations intenses et répétées. La Niña augmente également le risque de cyclones.

Pour le Service météorologique australien, l’année 2010 a été la troisième année la plus arrosée de l’histoire du pays. C’est même la première fois qu’il pleut autant en décembre dans le Queensland, voire dans tout l’est de l’Australie. Les pluies abondantes de fin novembre et de décembre ont succédé à la période juillet-octobre la plus arrosée que l’Australie ait connue.

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), cet épisode La Niña est un des "plus puissants du siècle écoulé". Il devrait durer encore jusqu'en avril/mai avant de s'affaiblir.

 

En savoir plus :

 

Suggestions d’utilisations pédagogiques en classe :

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 13:12

Blanche-Neige sur l’île de beauté dans le miroir d'Envisat...

Placée en alerte orange par Météo France vendredi après-midi, la Haute-Corse a subi de fortes chutes de neige en fin de semaine dernière, en particulier entre le Cap Corse, le Nebbio, la Castagniccia et jusqu’au Cortenais. Près de 4 000 foyers étaient toujours privés d’électricité dimanche 23 janvier 2011 au soir et les opérations de déneigement devraient reprendre lundi 24 janvier, au matin. Le rétablissement des lignes électriques prendra du temps. Avec des températures basses, les risques de verglas sur les routes sont élevés.

Lundi, le capteur MERIS du satellite européen Envisat a pu acquérir une image de la Corse sans nuages qui permet de se faire une bonne idée de la couverture neigeuse. 3 jours plus tôt, le vendredi, une autre image montre la situation météorologique à l’origine de ces chutes de neige.

 

Neige-en-Corse---ENVISAT---24-01-2011--9h48.jpg

Extrait d'une image de la Corse acquise le 24 janvier 2011 à 9h48 par le satellite européen
ENVISAT. Un rehaussement de contraste à été appliqué par Planète Sciences Midi-Pyrénées.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Neige-en-Corse---ENVISAT---24-01-2011--9h48---RR3.jpgA partir de la même image, une zone un peu plus large montrant également le sud de la France
et le nord de l'Italie. Un rehaussement de contraste à été appliqué par Planète Sciences Midi-Pyrénées.
La résolution est réduite d'un rapport 3 environ. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Neige-en-Corse---ENVISAT---21-01-2011--9h58---RR3.jpg

Extrait d'une image acquise le 21 janvier 2011 à 9h58 par le satellite européen ENVISAT.
Un rehaussement de contraste à été appliqué par Planète Sciences Midi-Pyrénées. La résolution
est réduite d'un rapport 3 environ. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Trajet-Corse---Un-autre-regard-sur-la-Terre.jpg Profil altitude Corse - Un autre regard sur la Terre

Profil d'altitude le long d'un itinéraire entre le Cap corse au nord et roccapina au sud. Courbe produite
à partir de données Google maps avec l'outil développée par Robin Coma pour le blog un autre regard
sur la Terre. Pour mémoire, le point culminant de la corse est le Monte Cinto à 2706 mètres d'altitude. L'altitude moyenne est d'environ 570 mètres.

 

En savoir plus :

 

Suggestions d'utilisations pédagogiques en classe : 

  • Dans votre région, travail sur le climat et les phénomènes météorologiques "record" en utilisant les données mises à disposition par Météo France ou sur le site www.infoclimat.fr.
  • Au collège ou en CM2, à partir de relevés sur cartes topographiques, construire une maquette en relief de la Corse à partir de feuilles de carton ondulé découpées selon les courbes de niveau et collées les unes sur les autres.

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 22:12

Voeux-UARST---2011.jpg

 

Avec l'équipe de Planète Sciences Midi-Pyrénées, je vous adresse mes meilleurs voeux pour la nouvelle année. 

Le blog Un autre regard sur la Terre va continuer à vous proposer régulièrement des articles sur le thème de l'observation de la Terre au service de l'environnement. Chaque article est une occasion de proposer une approche pédagogique de ces sujets et une manière originale de s'intéresser aux sciences et techniques, par l'intermédiaire des satellites d'observation et de leurs applications.

Si ces articles vous intéressent et, si vous êtes enseignant et si vous en avez fait usage en classe avec vos élèves, merci de me le faire savoir en postant un commentaire à la fin de l'article correspondant. Je suis très intéressé par tout retour d'expérience...

 

Une carte de voeux pour vous en faire voir de toutes les couleurs en 2011 : les compositions colorées du satellite Meteosat 9

Opéré par Eumetsat, Meteosat 9 est un satellite géostationnaire, en orbite à la verticale de l’équateur, au niveau du méridien de Greenwich. A environ 35800 km d’altitude, il tourne à la même vitesse relative que la Terre autour de son axe. S’il pouvait être vu du sol par un observateur terrestre, Meteosat 9 semblerait immobile dans le ciel : il occupe ainsi une position d’observation appraremment fixe par rapport à la Terre dont il voit en permanence pratiquement un hémisphère (évidemment les bords du champs sont vus sous un angle très oblique…) 

Un perchoir idéal pour la météorologie ou les télécommunications par satellite.

L’image, que j'ai utilisée sur la carte de vœux du blog Un autre regard sur la Terre, a été acquise le 1er janvier 2010 à 8h00 UTC. Elle est représentée en couleurs naturelles selon la convention suivantes :

3 canaux du capteur SEVIRI de Meteosat 9 sont utilisés : deux canaux dans le spectre visibles, centrés sur 0,6 µm et 0,8 µm, respectivement représentés en bleu et vert à l’écran et un canal dans le proche infrarouge, centré sur 1,6 µm, représenté en rouge :

  • Les nuages chargés de petites gouttes d’eau ont une forte réflectance dans les trois canaux et, par conséquent, apparaissent blancs ou blanchâtres (combinaison de rouge, vert et bleu avec des niveaux similaires).
  • La neige et les nuages de glaces sont représentés en cyan (mélange de bleu et vert) à cause de la forte absorption du canal infrarouge (peu ou pas de rouge dans la représentation de l’image).
  • Les sols nus sont bruns en raison d’une plus forte réflectance dans le canal proche infrarouge que dans le canal visible à 0,6 µm.
  • L’océan apparaît en bleu sombre ou en noir à cause de la faible réflectance dans les trois canaux.


A quelle heure est le nouvel an cette année ?

Vous avez oublié d’envoyer un SMS à vos amis pour le nouvel an (selon les opérateurs, 750 millions de SMS ont été envoyés entre le réveillon du 31 et le jour de l’an)… Il vous reste une chance de vous rattraper ou d’éviter l’heure de pointe en jouant sur les fuseaux horaires : le passage à l’année 2011 dépend en effet de l’endroit ou vous vous trouvez dans le monde. Vous pouvez essayer de faire croire que vous êtes en Angleterre ou à Cuba…

UTC signifie Universal Coordinated Time ou Temps Universel Coordonné. L’abréviation UTC est utilisée en anglais et en français. L’heure UTC sert de référence pour le temps à l’échelle internationale et est reliée au temps atomique international. L’ancienne abréviation GMT pour Greenwich Mean Time, qui a été remplacé par le temps UTC en 1972, est toujours largement utilisée. L’heure GMT était calée sur la rotation de la Terre (Temps universel TU ou UT en anglais). Personnellement, je ne comprends pas pour le méridien de Greenwich, qui passe au milieu du cirque de Gavarnie, ne s’appelle pas méridien de Gavarnie !

L’heure d’Europe centrale (ou CET pour Central Eureopean Time) correspond au fuseau horaire UTC + 1, en avance d’une heure par rapport à l’heure UTC. Entre avril et octobre, la plupart des pays Européens, utilisent une « heure d’été » (CEST pour Central European Summer Time), qui correspond à UTC +2. Le Royaume Uni et le Portugal utilisent l’heure WET (Western European Time) égale à l’heure UTC et appliquent également l’heure d’été.

Dans les articles du blog Un autre Regard sur la Terre, j’essaie de systématiquement de mentionner l’heure d’acquisition des images en temps UTC. En connaissant cette heure, il y a quelques exercices pédagogiques intéressants à faire en tenant compte de l’heure locale de la zone couverte par l’image et de l’heure de passage du satellite (les satellites à orbite héliosynchrone passent en général à une heure locale fixe).

Voici les images en couleurs naturelles acquises par Meteosat 9 à 6h00, 8h00 et 12h00 UTC.

Meteosat - 01-01-2010 - CN - 06h00 Meteosat - 01-01-2010 - CN - 08h00  Meteosat - 01-01-2010 - CN - 12h00

Image acquise le 1er janvier 2011 à 6h00, 8h00 et 12h00 UTC par Meteosat 9. Composition colorée en couleurs naturelles des canaux 0,6 µm, 0, 8 µm et 1,6 µm. Crédit image : Eumetsat

 

Pourquoi une image à 8h00 UTC pour le nouvel an ?

Parce que plus tôt la France et l’Europe de l’ouest sont encore dans l’obscurité.

Il y a bien une image acquise par Meteosat à 0h00 UTC le 1er janvier 2011. La voilà, également en couleurs naturelles…

A minuit UTC, l’hémisphère vu par Météosat n’est pas du tout éclairé par le soleil. Le capteur du satellite ne voit rien et l’image est toute noire. Pour information, les contours blancs qui délimitent les pays et le quadrillage en latitude et longitude ne sont évidemment pas vus par le satellite : ils sont ajoutés au sol une fois l’image reçue et servent de repères pour une meilleure lisibilité de l’image.

Meteosat - 01-01-2010 - VIS - 00h00

Image acquise le 1er janvier 2011 à 0h00 UTC
par Meteosat 9. Canal visible centré sur 0,6 µm.
Crédit image : Eumetsat

Le satellite étant géostationnaire, ces contours restent toujours les mêmes : il s’agit d’un masque qu’on rajoute à l’image.

 

Un solution pour s’affranchir de la lumière du soleil : l’infrarouge thermique

Il existe une solution pour avoir des images la nuit, en l’absence de lumière solaire : il suffit d’utiliser les images acquises dans les bandes de l’infrarouge thermique, mesurant les émissions thermiques de la surface de la Terre, des nuages et de l'atmosphère elle-même. L'utilisation de détecteurs sensibles à ces émissions permet d'acquérir des "images thermiques" aussi bien la nuit que le jour. Ceci est important pour la météorologie qui s’intéresse aux températures de la couverture nuageuse et de la surface terrestre.

Tous les objets, dès que leur température est supérieure au zéro absolu (zéro Kelvin), émettent un rayonnement thermique. Les capteurs utilisés sur les satellites météorologiques doivent tenir compte des fenêtres du spectre que l’atmosphère laisse passer (fenêtres de transparence).

A la température de 800 K, le pic de rayonnement se situe près de 4 µm. C'est la température moyenne d'un feu de forêt. Leur détection est une des applications du canal centré sur 3,9 µm.

En météorologie, le fenêtre à 11 µm est très utilisée : cette longueur d’onde correspond au pic d’émission des nuages dont la température est aux alentours de 260K. Cette bande n'est pas polluée par le rayonnement solaire et peut être utilisé de jour comme de nuit pour observer les nuages et déterminer leur température ainsi que celle de la surface terrestre. Pour des mesures quantitatives plus précises, on utilise des canaux légèrement décalés, par exemple à 10,8 µm et 12 µm, avec des absorptions atmosphériques différentes.

La nuit, il peut être difficile de distinguer les nuages bas de la surface terrestre quand leurs températures sont très proches. On utilise alors la différence de signal entre les canaux à 4 et 11 µm, car les nuages d'eau ont une émissivité inférieure dans les longueurs d’ondes plus courtes.

Voici les deux images acquises par Meteosat-9 le 1er janvier à 0h00 UTC dans les deux canaux infrarouge à 3,9 µm et 10,8 µm. C’est moins joli que la composition colorée montrée précédemment mais, au moins, on voit quelque chose à 0h00 UTC.

 

Meteosat---01-01-2010---IR039---00h00.jpg Meteosat---01-01-2010---IR108---00h00.jpg 

Image acquise le 1er janvier 2011 à 0h00 UTC par Meteosat 9.
A gauche, canal infrarouge centré sur 3,9 µm. A droite,
canal infrarouge centré sur 10,8 µm.
Crédit image : Eumetsat

 

Dans les Hautes-Pyrénées, dans le val d’Azun vers 0h00 UTC (c’est-à-dire 1h00 du matin en heure locale), le ciel était parfaitement dégagé, sans nuage et avec une atmosphère froide et limpide : la voûte céleste était extraordinaire : l’idéal pour un peu d’initiation à l’astronomie, à condition de sortir bien couvert… Minuit, l'heure idéale pour le pic du Midi !

 

Le nouvel an, ailleurs dans le monde

Pour finir et vous faire comprendre pourquoi vos SMS de vœux vers vos amis en voyage en Inde ou en Asie sont partis trop tard, voici une image du satellite Meteosat 7 (appelé IODC pour Indian Ocean Data Coverage), en orbite à la verticale de l’équateur, à la latitude 57°E, au large de la Somalie, presque au-dessus des Seychelles. L’image a également été acquise le 1er janvier à 0h00 UTC. Au Vietnam, par exemple, la matinée est bien entamée et votre SMS est arrivé quelques heures trop tard…

 

Meteosat IODC - 01-01-2010 - VIS07 - 00h00Image acquise le 1er janvier 2011 à 0h00 UTC par Meteosat 7 (IODC). Canal visible centré sur 0,7 µm.
Crédit image : Eumetsat

 

 

En savoir plus :

 

Suggestions d'utilisations pédagogiques en classe :

  • Travail sur la mesure du temps : heure UTC, heure locale, évolution de la définition du temps (temps universel, temps universel coordonné), fuseaux horaires et heure légale selon les pays.
  • Les orbites et les positions des satellites géostationnaires.
  • Les heures de passage des satellites héliosynchrones.
  • Les orbites et les lois de Kepler.
  • Expériences sur les compositions colorées avec des logiciels permettant de manipuler les canaux image (par exemple Gimp).

 

 

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 11:59

Des cendres en avril et… de la neige en décembre… Après le volcan islandais à Pâques, c’est désormais la neige qui perturbe le trafic aérien dans les principaux aéroports européens. La neige a également beaucoup compliqué la vie des routiers et des automobilistes, surtout quand "les routes sont inclinées". Sans commentaires, quelques images récentes, spectaculaires ou étonnantes, de l’Europe sous la neige vue par le satellite Envisat, lorsque la couverture nuageuse le permet…

 

Le 23 décembre, un ciel assez dégagé sur l’Irlande entièrement sous la neige

 

Envisat - Irlande - 23-12-2010 - 11h02Extrait d’une image acquise le 23 décembre 2010 à 11h02 UTC par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Le 20 décembre, le nord de l’Italie et l’Autriche, entre le Tirol et Graz

 

Envisat - Tirol - 20-12-2010 - 9h32Extrait d’une image acquise le 20 décembre 2010 à 9h32 UTC par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

 

Plus à l’est, le même jour, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Serbie, la Croatie et la Roumanie : de Bratislava à Belgrade, via Budapest, le Danube, la Save et le lac Balaton gelé, en Hongrie

 

Envisat - Danube et Save - 20-12-2010 - 9h32Extrait d’une image acquise le 20 décembre 2010 à 9h32 UTC par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Le 18 décembre, un peu de ciel bleu au sud de la Grande-Bretagne

 

Envisat - UK - 18-12-2010 - 10h45Extrait d’une image acquise le 18 décembre 2010 à 10h45 UTC par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Le 11 décembre, beau temps sur les Alpes, la Corse et le nord de l’Italie

 

Envisat - Alpes et Corse - 11-12-2010 - 10h02Extrait d’une image acquise le 11 décembre 2010 à 10h02 UTC par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

 

11 décembre, contraste entre la situation de part et d’autre des Pyrénées

 

Envisat - Pyrenees - 11-12-2010 - 10h02Extrait d’une image acquise le 11 décembre 2010 à 10h02 UTC par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

8 décembre, le Danemark, toujours vu par Envisat

 

Envisat - Danemark - 06-12-2010 - 9h44Extrait d’une image acquise le 8 décembre 2010 par le satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

 

 


Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 00:38

Neige du 8 décembre à Paris : les dérapages verbaux succèdent aux dérapages des voitures.

En 2003, Jean-Pierre Raffarin lançait à l’assemblée nationale ce qui allait devenir une des plus célèbres raffarinades : « La route est droite, mais la pente est forte ».

En décembre 2010, à propos du blocage des transports en région parisienne, le ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux, propose une variante : "Ce qui pose problème, dans ces épisodes neigeux extrêmement forts, ce sont les routes lorsqu'elles sont inclinées". Certes… Le jeudi 9 au soir, en déplacement à Moscou, François Fillon avait mis en cause Météo France qui n'aurait pas bien «prévu l'épisode neigeux» qui a bloqué la région parisienne. De son côté, Ségolène Royal demandait que le Premier Ministre s’excuse publiquement: « N'être même pas revenu de Moscou pour s'occuper des Français qui souffrent, c'est le contraire de l'idée que je me fais de la responsabilité politique ».

En fin de semaine, la tempête médiatique a remplacé la tempête de neige…

Concernant la précision du bulletin de vigilance de Météo France, l’illustration suivante est le bulletin publié le 8 décembre à 6h00 du matin (mis à jour ensuite à 10h00 et 16h00), je vous renvoie à l’analyse faite par Sylvestre Huet sur le blog Sciences2 du journal Libération et son commentaire de la carte de vigilance. Dès le mardi 7, les bulletins de Météo France étaient explicites sur les possibilités de blocage de la circulation.

   Vigilance---08-12-2010-06h00.gifBulletin de vigilance publié par Météo France le mercredi 8 décembre à 6h00.
Crédit image : Météo France.

 

Pour Météo France, « un épisode remarquable mais pas exceptionnel »

Mardi 7 décembre à 6 heures, Météo France avait placé en vigilance orange neige et verglas 5 départements : l'Eure-et-Loir, de la Mayenne, de l’Orne, de la Sarthe et des Yvelines ainsi que 3 départements en vigilance orange aux crues, la Haute-Saône, le Doubs et le sud du Territoire de Belfort. Le 7 décembre à midi, d’autres départements étaient rajoutés à cette alerte orange neige et verglas : Seine-et-Marne, Essonne, Val-d'Oise, Paris, Hauts-de-Seine, Seine Saint-Denis et Val de Marne.

Le 8 décembre, les hauteurs de neige mesurées par Météo France ont effectivement été inhabituelles : 15 cm à Villacoublay et Trappes, 14 cm à Toussus-le-Noble, 12 cm à Paris-Montsouris, 10 cm à Orly, Chartres et Reims, 8 cm à Roissy.

Concernant le caractère exceptionnel ou non de cette journée, Météo France indique sur son site Internet qu’on rencontre des situations similaires en moyenne tous les 5 à 10 ans : « En Ile-de-France, des épisodes comparables s’étaient produits en mars 2005 (11 cm à Orly, 9 cm à Paris-Montsouris) et en décembre 1997 (12 cm à Toussus-le-Noble). A Paris intra-muros où l’on a relevé 12 cm, il faut remonter à janvier 1987 pour trouver des quantités de neige supérieures (14 cm à Paris-Montsouris le 14/01/1987). Ces chutes de neige se sont produites dans un contexte météorologique particulier : les écarts de températures entre la moitié nord et la moitié sud du pays étaient très importants. Alors qu’au meilleur de la journée on relevait 1°C à Reims, Orléans et Roissy, le thermomètre dépassait les 20°C dans le Sud-Ouest et en Corse. Au milieu de ce conflit de masses d’air, de fortes précipitations se sont déclenchées le long d’un axe allant des Pays de la Loire à la Lorraine, sous forme de neige au contact avec l’air froid sur la frange nord de cette ligne. »

 

Des décisions difficiles à prendre

Plus que la précision de la prévision de l’intensité des chutes de neige, il me semble que c’est davantage la difficulté à prendre en temps utile des décisions délicates qui est en cause ici : compte tenu de l’importance trafic routier en région parisienne, quelle décision aurait du être prise et à quel moment ? Interdire toute circulation automobile ? Fermer les aéroports dès le matin ? D’autres évènements de l’année 2010 comme la tempête Xynthia ou les inondations du mois de juin dans le Var posent également la question des décisions à prendre dans un contexte d’aléa météorologique annoncé, même si toute prévision contient une incertitude sur l’intensité du phénomène ou sa localisation exacte. La bonne prise de décision, c’est aussi l’existence de plans établis à l’avance. Espérons que cette expérience du 8 décembre permettra d’améliorer les plans. Comme le dit Nicolas Sarkozy, « J'ai grande conscience des progrès qu'il nous reste à faire ».

Néanmoins, Xynthia et les inondations dans le Var ont confirmé qu’au niveau national, seule un très faible nombre de communes soumis à des risques particuliers avaient effectivement mis en place un plan communal de sauvegarde (PCS). Par exemple, « parmi les 69 communes vendéennes qui devraient être couvertes par un PCS, 49 (dont les communes de La Faute-sur-Mer et de L’Aiguillon-sur-Mer) étaient dépourvues d’un tel document » avait déclaré M. Jean-Jacques Brot, le préfet du département de Vendée devant la mission d’information du sénat sur les conséquences de la tempête Xynthia.

Peut-on envisager une action organisée voire une évacuation si les plans correspondants ne sont pas formellement définis ?

Se pose évidemment la question des moyens et des compétences, que Sylvestre Huet aborde sur son blog en mentionnant la « désorganisation des services de l’équipement ». C’est certainement ce lien avec la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) qui explique l’intensité des réactions politiques de tous bords.

Il y a aussi, pour ceux qui en ont la possibilité, la question de la responsabilité individuelle : le 8 décembre, mon entreprise avait organisé une importante réunion de travail dans un hôtel à proximité de l’aéroport Charles-de-Gaulle. La neige ayant déjà entraîné des perturbations fin novembre, le 7 au soir, nous avions vérifié les bulletins de Météo France et nous avions encore la possibilité de remplacer la réunion par une visioconférence. Nous ne l’avons pas fait. Le 8 décembre, je suis monté avec deux collègues dans l’avion à 7h15. Tout s’est bien passé jusqu'à 11 heures. Comme pour beaucoup de voyageurs et de parisiens, notre erreur d'appréciation ne s’est vraiment révélée qu’en milieu de journée…

Est-ce que la couleur orange des bulletins de vigilance est jugée « banale » ? Pourtant la légende est explicite : « Soyez très vigilants : des phénomènes météorologiques dangereux sont prévue ». Est-ce que les textes d’accompagnement standardisés ne sont pas lus avec assez d’attention ? Il y a certainement encore de l’éducation à faire dans le domaine de la culture du risque...

 

Une composition colorée pour bien distinguer le blanc du blanc...

Le jeudi 9 décembre 2010, le satellite Aqua a acquis une image de l’ouest de l’Europe dont j’ai extrait la vignette suivante.

 

France---Aqua---12-2010.jpgExtrait d’une composition d’images acquise par le capteur MODIS du satellite Aqua le 9 décembre
2010.  Les images utilisées ont été acquises entre 10h15 et 13h25 UTC. L’image est représentée en
couleurs naturelles. Crédit image : NASA/GSFC, MODIS Rapid Response.

 

Il s’agit ici d’une composition colorée qui utilise les bandes 1 (centrée sur 0,670 µm, correspondant à la lumière rouge), 4 (centrée sur 0,565 µm, correspondant à la lumière verte) et 3 (centrée sur 0,479 µm, correspondant à la lumière bleue) des images pour MODIS pour les représenter respectivement en rouge, vert et bleu sur l’écran  qui affiche l’image. Les bandes spectrales rouge, verte et bleue de l’image sont représentées en rouge, vert et bleu sur l’écran : on obtient une image dite « en couleurs naturelles », similaire à ce que verrait l’œil d’un astronaute en orbite autour de la Terre. Les couleurs naturelles nous semblent familières. Petit défaut avec cet exemple d’image : il n’est pas facile de distinguer la neige blanche au sol et les nuages, blancs également. Les ombres portées des nuages peuvent aider mais ce n’est pas toujours évident.

Une autre combinaison est très utile dans ce cas : la combinaison « 721 », comme son nom l’indique (à condition de bien connaître MODIS) utilise les bandes spectrales 7 (infrarouge thermique, centrée sur la longueur d’onde 2,155 µm), 2 (proche infrarouge à 0,876 µm), et 1 (rouge, centrée sur la longueur d’onde 0,670 µm). Ces trois bandes sont respectivement associées aux canaux rouge, vert et bleu de l’écran de visualisation. Dans cette représentation, la végétation active, en raison de la synthèse chlorophyllienne, apparaît en vert intense. L’eau apparaît en noir ou en bleu foncé s’il y a des sédiments en suspension. La neige ou les nuages de glace en altitude, plus froids et rayonnant moins dans l’infrarouge thermique, absorbent également le proche infrarouge : ils apparaissent bleutés. Les autres nuages sont blancs, les petites gouttes d’eau diffusant de manière équivalente les bandes visibles et proche infrarouge. C’est pour cette raison qu'une représentation différente de la même image permet visuellement de mieux distinguer les nuages et la neige. Cette dernière apparaît en couleur bleutée, un peu comme la couleur de ma peau après quelques kilomètres passés à marcher dans la neige, pour regagner l’aéroport de Roissy, au milieu d’un trafic totalement paralysé. La composition colorée 721 met également particulièrement bien en évidence les zones brûlées en raison des "réponses" différentes de la végétation active et de celle qui a été parcourue par le feu.

 

France---Aqua---12-10-2010-721.jpg

La même composition d’images acquise par le capteur MODIS du satellite Aqua le 9 décembre, représentée cette fois-ci avec la combinaison de couleurs dite « 721 ». On distingue facilement la neige et les nuages bas. Crédit image : NASA/GSFC, MODIS Rapid Response.

 

 

Le 8 décembre, la Grande-Bretagne et l'Irlande ont également connu des chutes de neige importante, comme l'illustrent les deux images ci-dessous acquises par le satellite Aqua. Ici, on voir aussi la couleur cyan des nuages les plus froids.

 

MODIS - UK - Ireland - 08-12-2010 - 12h55
MODIS---UK---Ireland---08-12-2010---12h55---721.jpg

Deux représentations d'une image aquise le 8 décembre 2010 par le satellite Aqua au dessus du
Royaume-Uni et de l'Irlande. Crédit image : NASA/GSFC, MODIS Rapid Response.


L’instrument MODIS des satellites Aqua et Terra acquiert des images dans 36 bandes spectrales, de 0,4 µm à 14,4 µm avec une résolution de 250 m à 1 km selon les bandes.

Le vendredi 10 décembre 2010, ENVISAT montrait à nouveau une situation météorologique contrastée entre le nord et le sud de la France :

 

ENVISAT---France---10-12-2010---10h38.jpgExtrait d'une image acquise le 10 décembre 2010 à 10h38 UTC par le satellite européen Envisat.
La résolution est réduite par deux par rapport à l'image d'origine. Une correction de dynamique
a été appliquée par Planète Sciences Midi-Pyrénées. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA).

 

En savoir plus :

 

Suggestions d'utilisations pédagogiques en classe :

  • Travail sur la carte de vigilance : à partir des cartes publiées sur le site de Météo France, étudier le contenu de la carte, la signification de la légende. En retrouvant des cartes de vigilance correspondant à des évènements météorologiques de l'année 2010 (tempête Xynthia, inondations dans le Var, orages du 14 juillet, pluies du 11 novembre), questions et hypothèses sur les phénomènes en question.
  • Travail sur les compositions colorée et la représentation des images : en utilisant différentes images MODIS publiées sur le blog Un autre regard sur la Terre et un logiciel de retouche d'image permettant les manipulations des canaux de couleurs (Gimp par exemple), construire différentes représentations d'une même image et analyser ce que chaque composition met en évidence.
Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 08:30
Envisat---Bordeaux---02-12-2010---10h30.jpg Envisat---Leman---02-12-2010---10h30.jpg

Deux extraits d'une image Envisat acqusie le 2 décembre 2010 à 10h30 UTC. Cliquer sur les images pour les voir
en pleine résolution. Entre les masses nuageuses, un aperçu des chutes de neiges sur deux régions. A gauche, la Gironde, Bordeaux et son vignoble. A droite, le lac Léman et le lac de Neuchâtel servent de points de repère pour localiser le Rhône et la Saône, le vignoble de Bourgogne, la Bresse, Lyon, le Mont-Blanc et Mouthe, commune connue pour ses températures négatives. Sur cette image, cela ne s'invente pas, on voit aussi
le Crêt de la neige, plus haut sommet du Jura à 1720 mètres d'altitude.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

La neige et le froid se fond sentir dans toute l'Europe, de l’Irlande à la Pologne en passant par l’Italie et le Portugal : retards dans le transports aériens ou aéroports fermés, trafic Eurostar perturbé, poids lourds bloqués sur des routes impraticables. Les intempéries ont fait une dizaine de morts ces dernières vingt-quatre heures dans l'est de l’Europe, en particulier en Pologne et en République Tchèque. A Venise, le centre de la ville vit un épisode d’Acqua Alta assez spectaculaire. En Albanie, ce sont les inondations qui affectent des habitations et des terres agricoles. En Croatie, le service européen GMES SAFER (utilisant les satellites d’observation de la Terre en réponse aux situations d’urgence) a été activé, également pour des inondations.

Le site européen Meteoalarm a publié jeudi 2 décembre au matin ce nouveau bulletin de vigilance (construit à partir des bulletins de chaque état européen). En Irlande, d'après les commentaires vus sur différents blogs, la neige en novembre, voire la neige tout court, est un évènement.

 

vigilance europe - 02-12-2000 - 7h58 CET Bulletin européen publié par Meteoalarm le 2 décembre à 7h58. Crédit image : Meteoalarm

 

La neige en décembre n’est pas vraiment une surprise et ne touche pas que l’Europe : le début de l’hiver, dans l’hémisphère nord, c’est le 21 décembre et les températures baissent significativement à partir de novembre.

A titre d’exemple, voici une image acquise par le satellite Aqua (le bien nommé !) de la NASA et qui couvre l’est de l’Europe. Je vous laisse identifier les limites des différents pays (Pologne, Lituanie, Lettonie, Biélorussie) et les principales villes (Gdansk, Kaliningrad, Vilnius, Minks, etc.). C’est un exercice de dessin de carte inhabituel mais qui peut motiver vos élèves… Les fleuves et les rivières peuvent aider à condition de savoir les reconnaître. Pour la solution, cliquer ici pour voir l’image affichée sous Google Earth (vous devez auparavant avoir installé le logiciel Google Earth sur votre ordinateur personnel). On trouve bien sûr des images équivalentes aux Etats-Unis ou au Canada et je vous recommande de naviguer un peu sur les sites de l’Agence Spatiale Européenne (MIRAVI) et de la NASA (MODIS Rapid Response).

 

Aqua - MODIS - Europe Est - 01-12-2010Extrait d’une image acquise par le satellite américain Aqua (capteur MODIS) le 1er décembre 2010.
Crédit image
: NASA/GSFC, MODIS Rapid Response

 

En écrivant cet article, j’ai également essayé de trouver un image avec vraiment beaucoup de neige et, spontanément, j’ai pensé à la chaîne de l’Himalaya et à l’Everest, à la frontière entre le Népal et le Tibet. ENVISAT a justement acquis une belle image sans nuage le 1er décembre 2010. La voici :

 

Envisat - Everest - 01-12-2010 - 4h27Extrait d’une image acquise par le satellite européen ENVISAT (capteur MERIS) le 1er décembre 2010
à 04h27 UTC. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA).

 

Quelques repères : l'Everest est pratiquement au centre de la ligne de montages. Les glaciers sont visibles en zoomant l'image. Au sud et à l'est, le Bangladesh avec le delta caractéristique formé par le Gange et le Brahmapoutre. A côté de l'Hymalaya et de l'Everest qui culmine à 8848 mètres, le Bangadesh contraste : avec 162 millions d'habitants en 2009 (source : Banque mondiale) et une des densités de population les plus élevées, des pentes très douces et la moitié du territoire situé à une altitude inférieure à dix mètres  (source : revue Echogeo) et parfois en dessous du niveau de la mer, est régulièrement victime d'inondations meurtrières. Pendant la saison sèche, c'est l'eau qui fait défaut pour l'irrigation. Cette situation particulière fait du Bangladesh une "cible" vulnérable au changement climatique, à la fois à cause de l'élévation du niveau de la mer et à cause de le fonte des glaciers hymalayens.

Au premier abord, la couverture neigeuse est surprenante… Cela fait penser à l'été dans les Alpes ou les Pyrénées. Pourtant l'Himalaya est bien dans l'hémisphère nord. Est-ce qu’un enseignant en géographie postera un commentaire expliquant la couverture neigeuse ? Pourquoi l’allure des deux versants est si différente ? Quel est le rôle de la chaîne de montagne dans le climat régional ? Etc.

J’ai hésité à en faire un quiz pour le mois de décembre. Ce sera finalement une autre image publiée demain. Mais je suis preneur de vos commentaires et explications. Idem si vous avez pris quelques photographies insolites de l’épisode neigeux en France. J’en publierai volontiers quelques unes avec votre autorisation...

 

En savoir plus :

 

Suggestions d’utilisations pédagogiques en classe :

  • Exercices de cartographie sur un « feuille blanche », des images satellites de régions sous la neige provenant des sites MIRAVI ou MODIS Rapid Response. Je recommande d’utiliser les images en pleine résolution disponibles sur ces sites : le site qui héberge le blog Un autre regard sur la Terre ne permet pas de publier les images en plein format quand la taille de celle-ci est grande (la limite semble être de 1200 pixels). Davantage que le résultat, c’est la méthode de travail qui est intéressante à analyse : quels éléments principaux permettent de construire la carte (cours d’eau, côtes, etc.) Que peut on vraiment voir « en aveugle » sans utiliser une carte existante ?
  • Voir d'autres suggestions dans les articles du blog Un autre regard sur la Terre sur le thème de la météorologie.

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 15:30

ENVISAT - Neige en France -30-11-2010 - 10h04 La neige sur le Cotentin le mardi 30 novembre 2010.
Extrait d'une scène acquise par le satellite européen Envisat le 30 novembre 2010 à 10h04 UTC.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA) 

 

Depuis deux jours, le froid et la neige ont réussi à détrôner les « révélations » de Wiki Leaks sur la diplomatie américaine à la première place de l'actualité. Mardi 30 novembre,  la vague de froid amorcée ce week-end a permis d’enregistrer des températures très basses. Un record pour un mois de novembre a été battu à Orléans avec -15,3°C, près de 6°C de moins que le précédent record enregistré en 1956 avec -9,5°C. Dans le Jura, souvent cité en hiver dans les flashs de prévision météo, on a relevé mardi 30 au matin -22°C à Mouthe, notre « Petite Sibérie, mais ce n’est pas un record (-36,7°C en janvier 1968). Coïncidence du calendrier, le jour même, Frédérique Rémy, directrice de recherche au LEGOS, donnait une conférence à Toulouse sur la fonte des glaces...

Cette période de froid touche plusieurs pays d'Europe, un flux de Nord-Est apportant de l’air polaire très froid : Russie, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Autriche ont publié des bulletins de vigilance sur ces conditions hivernales précoces, qui se sont toutefois pas exceptionnelles début décembre.

Les conditions de circulation sont très difficiles, la région Rhône-alpes étant actuellement la plus touchée. Mardi soir, la circulation des poids lourds a été interdite dans les départements en alerte (voir ci-dessous une des dernières cartes de vigilance publiées par Météo France).

Le trafic aérien est également perturbé. Vendredi après-midi, j’ai eu droit à Orly au premier dégivrage de la saison d'un avion dans lequel j’avais embarqué puis à une fermeture de l’éroport pendant une bonne heure, après qu’un avion ait quitté la piste à l’atterrissage, heureusement sans faire de blessés. Aujourd’hui plusieurs vols sont annulés à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

Dans le Loiret et le Loir-et-Cher, plusieurs milliers de foyers étaient privés d’électricité mardi-après-midi. Le réseau de transport d’électricité (RTE), filiale d’EDF, craint une augmentation de la consommation d’électricité, avec un record attendu dans la soirée du jeudi 2 décembre.

Malgré la couverture nuageuse, les images du satellite européen ENVISAT donnent un aperçu des régions touchées par les chutes de neige, avec un point de vue très différent de celui du piéton ou de l’automobiliste. Elles montrent aussi que dans quelques cas particuliers la neige est une aubaine quand elle coïncide avec un grand ciel bleu ; c’était le cas samedi 27 novembre en Andorre et les premiers skieurs ou surfeurs ont pu en profiter. Toutes les images proviennent du capteur optique MERIS qui fournit des images de résolution moyenne (environ 250 mètres) mais d'une couverture large permettant une bonne vision des phénomènes globaux ou régionaux.


ENVISAT - Neige en France -29-11-2010 - 10h41La neige sur le massif central et une partie de la région Rhône-alpes le lundi 29 novembre 2010.
Extrait d'une scène acquise par le satellite européen Envisat le 29 novembre 2010 à 10h41 UTC.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)


ENVISAT - Neige en France -27-11-2010 - 10h14La neige dans les Pyrénées orientales et en Andorre le samedi 27 novembre 2010.
Extrait d'une scène acquise par le satellite européen Envisat le 27 novembre 2010 à 10h14 UTC.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

bulletin vigilance - 01-12-2010 - 10h11

Bulletin de vigilance publié par Météo France le mercredi 1er décembre 2010 à 10h11.
9 départements sont en vigilance orange. Créidit image : Météo France.

 

 

En savoir plus :


Suggestions d'utilisations pédagogiques en classe :

  • Températures maximales et moyennes, courbe de température, neige, nuages : la météorologie est une source inépuisable d'activités pédagogiques motivantes pour l'enseignement des sciences. C'est également la possibilité de mener des expériences simples, par exmeple en installant une station météo, de comparer les mesures obtenues avec celles d'autres établissements scolaires ou les mesures publiées par Météo France.
  • Voir d'autres suggestions du blog Un autre regard sur la Terre s'appuyant sur les phénomènes météorologiques.

 

 

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 01:28

Les perturbations océaniques se sont succédées au cours du long week-end du 11 au 14 novembre, entraînant des pluies importantes sur les régions du Nord et de l'Ouest de la France. Ces précipitations ont par endroit représenté l’équivalent d’un mois de pluie ou plus.

La cause de ces perturbations est une dépression formée sur l’océan Atlantique et positionnée au nord de l’Irlande.

La première image provient du satellite Meteosat 9. Elle a été acquise le 11 novembre à 14h00 UTC et montre la dépression très spectaculaire. Les deux images suivantes sont des images du satellite Envisat acquises par le capteur MERIS. Envisat n’est pas un satellite spécialisé en météorologie mais, dans ce cas précis, les images qu’il fournit m’ont parues très intéressantes. On peut noter la situation très contrastée entre le nord et le sud de la France : dans les Pyrénées, grand ciel bleu et temps ensoleillé faisant fondre les premières neiges. Au nord, épaisse couverture nuageuse…

 

Meteosat---11-11-2010---14h00.jpg

Image acquise par le satellite Meteosat 9 le 11 novembre 2010 à 14h00 UTC.
Composition colorée des canaux 3, 2 et 1. Crédit image : Eumetsat.

 

Atlantique---Envisat--Meris---11-11-2010-11h39---Extrait.jpg France---Envisat---Meris---13-11-2010---10h27-copie-1.jpg

Deux images acquises par le capteur MERIS du satellite Envisat. A gauche, acquise le 11 novembre 2010 à 11h39 UTC et centrée sur la dépression. L’image d’origine a une résolution de 250 mètres.
A droite, image couvrant la France acquise le 13 novembre 2010 à 10h27 UTC.
Cliquer sur les images pour les agrandir. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Avec une pression au centre très basse (950 Hpa) et des isobares très resserrées, cette dépression très creusée a également engendré de fortes rafales sur une grande partie de la France. Jeudi 11 novembre, des vitesses de rafales de vent ont été de 109 km/h à Lille-Lesquin, 96 km/h à Ouessant, 94 km/h à la pointe de la Hague, Limoges et Dieppe.

 

De fortes précipitations et des inondations :

Pour la semaine du 7 au 14 novembre 2010, les cumuls de précipitations relevés par Météo France sont donnés dans le tableau suivant. Il montre que la majorité des précipitations a été relevée au cours du week-end du 11 novembre. 

 

  Du 7 au 14 novembre 2010 Du 11 au 14 novembre 2010
Abbeville (Somme) 76 mm (équivalent d'un mois de pluie) 52 mm
Arras (Pas-de-Calais) 87 mm (équivalent d'un mois de pluie) 57 mm
Rouen 94 mm (soit un mois de pluie) 54 mm
Lorient 107 mm (plus qu'un mois de pluie) 56 mm
Charleville-Mézières 110 mm (plus qu'un mois de pluie) 85 mm
Plouay (Morbihan) 165 mm (un mois et demi de pluie) 112 mm

 

Ces cumuls de pluie importants ont entraîné des inondations locales et des débordements de cours d'eau. Météo France a levé totalement lundi après-midi les alertes aux pluies et aux crues qu'elle avait émises.

Plusieurs départements avaient été placés samedi en vigilance orange. La Belgique a également été fortement touchée par ces pluies qui y ont causé des inondations meurtrières.

precipitations-lille---Novembre-2010.jpg

Précipitations relevées à Lille depuis début
novembre et comparaison avec la normale mensuelle


Vigilance---13-11-2010.gifLa carte de vigilance publié par Météo France le 13 novembre à 10h05

 

En savoir plus :

 

Suggestions d’utilisations pédagogiques en classe :

  • Travail sur les températures, les précipitations et les valeurs utilisées en météorologie : unités de mesures, notions de valeur moyenne annuelle et mensuelle, valeur maximale et minimale. Représentation sur forme de courbes ou d’histogrammes. Exercices pratiques avec Excel (Microsoft) ou Calc (Open Office). Travail similaire sur les courbes de température concernant le changement climatique.
  • Pour les sources de données météo, la première option est d'utiliser les données publiques de Météo France dont le site Internet a récemment été modifié pour faciliter l'accès aux données publiques (dans le cadre de la directive européenne Inspire). Par exemple, des bulletins climatologiques mensuels sont disponible (consulter ici le bulletin de septembre 2010 pour la Haute-Garonne).
  • L'autre option, qui permet un démarche plus expérimentale sur la collecte de mesures, consiste installer un station météo (que les élèves pourront éventuellement construire eux-mêmes) dans l'établissement scolaire et de faire des relever réguliers. Ces relevés pourront être comparés avec les observations publiées par Météo France. Une extension possible pour ceux qui veulent se lancer dans des projets sur Internet est d'associer plusieurs établissements scolaires, dans la même région, dans plusieurs régions, ou même à l'étranger avec des écoles partenaires
  • Travail sur le rôle des satellites dans la prévision météo.
  • Travail personnel sur les principaux phénomènes météo.
  • Voir d'autres suggestions dans les articles publiés sur le même thème sur le blog Un autre regard sur la Terre et les pages sur les opérations scolaires proposées par Planète Sciences Midi-Pyrénées.
Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 14:00

Le dernier article du blog Un autre regard sur le terre sur la saison des ouragans dans l’atlantique décrivait Karl. En trois semaines environ, la saison 2010 des tempêtes tropicales dans l’atlantique a vu la naissance de Lisa, Matthew, Nicole et Otto, avec une parité rigoureusement respectée.

L, M, N, O, P… Paula est là.

THE CENTER OF HURRICANE PAULA WAS ESTIMATED NEAR LATITUDE 21.3 NORTH... LONGITUDE 85.9 WEST. PAULA IS MOVING TOWARD THE NORTH NEAR 9 MPH...15 KM/HR... AND THIS GENERAL MOTION IS EXPECTED TO CONTINUE THIS MORNING. A TURN TOWARD THE NORTHEAST WITH A DECREASE IN FORWARD SPEED IS FORECAST TO BEGIN BY THIS AFTERNOON. ON THIS TRACK...THE SMALL CORE OF HURRICANE PAULA WILL CONTINUE TO MOVE OVER THE YUCATAN CHANNEL TODAY...AND BE NEAR OR OVER WESTERN CUBA BY TONIGHT OR EARLY THURSDAY.

Dans le dernier bulletin du centre national des ouragans de Miami (NHC) publié aujourd’hui à 12h00 UTC, l'ouragan Paula s’est renforcé. Il est passé en niveau 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson (qui compte 5 niveaux). Avec des vents moyens à 160 km/h et des rafales atteignant les 200 km/h, il se dirige vers la péninsule mexicaine du Yucatan à une vitesse de 17 km/h environ. La situation est jugée "dangereuse" par les services  de prévision météo en raison des fortes pluies à venir. La région du Yucatan et la ville touristique de Cancun ont été mises en état d’alerte.

L’image suivante a été acquise le 12 octobre par le satellite américain Terra. Elle est présentée à gauche en couleurs naturelles et à droite selon la composition colorée dite « 721 ».

Paula---Terra---12-10-2010---500m---CN.jpg
Paula---Terra---12-10-2010---500m.jpg

Deux représentations d'une image acquise le 12 octobre 2010 à partir de 16h15 UTC par le satellite Terra.
A gauche, en couleurs naturelles. A droite, une combinaison colorée dite "721".
Cliquer sur les liens dans cette légence pour voir les images projetées sur Google Earth.
Crédit image : NASA/GSFC, MODIS Rapid Response.

 

Pour ne pas en voir de toutes les couleurs : quelques explications sur les compositions colorées.

La combinaison en « couleurs naturelles » ou « couleurs vraies » produit une représentation des images similaire à ce que verrait un œil humain. Dans le cas du capteur MODIS, les bandes spectrales 1, 4 et 3, correspondant respectivement à des longueurs d’onde de lumière rouge (0,670 µm) verte (0,565 µm) et bleue (0,479 µm), sont associées aux canaux  rouge, vert et bleu de l’écran de visualisation.

La combinaison « 721 », comme son nom l’indique (à condition de bien connaître MODIS) utilise les bandes spectrales 7 (infrarouge thermique, centrée sur la longueur d’onde 2,155 µm), 2 (proche infrarouge à 0,876 µm), et 1 (rouge, centrée sur la longueur d’onde 0,670µm). Ces trois bandes sont respectivement associées aux canaux rouge, vert et bleu de l’écran de visualisation. Cette combinaison est beaucoup utilisée avec le système « MODIS temps réel» car elle met bien en évidence les zones brûlées après un incendie. Dans cette représentation La végétation active, en raison de la synthèse chlorophyllienne, apparaît en vert intense. L’eau apparaît en noir et en bleu foncé s’il y a des sédiments en suspension. Les nuages de glace en altitude, plus froids et rayonnant moins dans l’infrarouge thermique, absorbent également le proche infrarouge : ils apparaissent bleutés. Les autres nuages sont blancs, les petites gouttes d’eau diffusant de manière équivalente les bandes visibles et proche infrarouge.

 

Un sondeur infrarouge pour mesurer la température :

La seconde image provient du capteur AIRS du satellite Aqua, l’alter ego de Terra. AIRS est un soudeur infrarouge. Il mesure la température de surface, de la terre ou du sommet des nuages. En violet apparaissent les températures les plus basses, correspondant aux nuages les plus élevés avec des précipitations intenses. Les températures plus chaudes apparaissent en orange et en rouge.

NASA---Aqua-AIRS---12-10-2010---19h23.jpg

Image de température de brillance acquise le 12 octobre 2010 à 19h23 UTC par le capteur AIRS du
satellite Aqua. Crédit image : NASA/JPL, Ed Olsen

 

La carte ci-dessous est une mise à jour publiée mercredi 13 octobre à 12h00 UTC. Elle montre la prévision de trajectoire de Paula qui se déplace vers le nord-est et menace désormais l’île de Cuba qui pourrait être touchée par les premiers vents violents en fin d’après-midi. Le bulletin du NHC mentionne aussi un risque de précipitations intenses (avec en corollaire de possibles crues éclairs ou coulées de boue sur les reliefs, des vagues destructrices et une submersion marine sur la côte.

083515W5_NL_sm.gifCarte montrant l'évolution possible de la trajectorie du cyclone Paula.
Crédit image : National Hurricane Center (NHC) - NOAA

 

Paula a déjà causé des dégâts au Nicaragua et dans le Honduras où une alerte rouge avait été déclenchée. Au Honduras, les très fortes précipitations ont endommagé plusieurs dizaines de maisons, détruit des routes et endommagé la piste de l’aéroport de la ville d’Ahuas dans le département de « Gracias a Dios ». Cette année, la saison des pluies a un caractère exceptionnel au Honduras.

 

En savoir plus :

 

Suggestions d’utilisations pédagogiques en classe :

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 11:05

En Europe, on connaît le Sirocco, vent en provenance du Sahara, qui entraîne des fines particules de sable à haute altitude dans l’atmosphère. Le matin, il en reste souvent des traces sur la voiture avec une coloration jaune ou ocre. C’est fréquent dans le sud de la France avec des quantités de sables plus ou moins importantes et il n’est pas rare d’en retrouver au nord de la Loire, voire en Belgique ou en allemagne. Parfois, le phénomène devient très spectaculaire lorsque les vents sont violents : les tempêtes de sable sont alors visibles sur les images des satellites d'observation, comme c’est le cas pour cet exemple au large de l'Afrique de l'ouest vue par le satellite européen ENVISAT le 15 et le 16 septembre 2010.


ENVISAT - MERIS -15-09-2010 - 11h19-copie-1
ENVISAT---MERIS--16-09-2010---10h48-copie-1.jpg

Deux extraits d’images du satellite européen Envisat acquises le 15 (à gauche)et le 16 septembre 2010 (à droite) vers 11h00 UTC. Les différences de couleurs du sol selon les régions sont très visibles avec le capteur MERIS. Les vignettes présentées ici couvrent des carrés d’environ 1000 km de côté. Cliquer sur les images pour les voir en plus grande taille. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA).

 

Pour cet exemple spectaculaire, j’ignore si la présence de l’ouragan Julia, avec une dépression importante, a joué un rôle particulier. Si quelqu’un sait répondre à cette question, merci de poster un commentaire en bas de cet article.

Le phénomène a également été observé par le satellite Terra (capteur MODIS). de la NASA L’image ci-dessous qui couvre un champ plus large, montre deux nuages distincts : au nord, un nuage en provenance du Sahara occidental. Plus au sud, à partir de la côte de Mauritanie, un nuage plus foncé s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres et finit par se mélanger avec les nuages au dessus des îles du Cap Vert. Le trait noir sur l’image marque la frontière au nord de la Mauritanie. Sur les trois images, un traitement destiné à améliorer le contraste a été appliqué par Planète Sciences Midi-Pyrénées. La résolution est réduite par rapport aux images originales.


TERRA - MODIS -16-09-2010Une image acquise par le satellite Terra de la NASA le 16 septembre 2010. Elle couvre un champ
plus large avec une résolution plus réduite qu'Envisat. Les îles du Cap vert sont visible en bas au
mileu de l'image. Crédit image :
NASA/GSFC, MODIS Rapid Response

 

Un phénomène météo intéressant :

A l’origine, une dépression se crée au-dessus du désert. Les nuages se forment mais ne donnent pas ou très peu de pluie. Les particules restent en suspension dans l’atmosphère. Si les courants atmosphériques les entraînent vers nos régions, elles passent au-dessus de la mer Méditerranée. L’air chaud et humide, causé par l’évaporation, monte et se refroidit en altitude. Les particules de sable jouent alors le rôle de noyau de condensation et des nuages se forment.

Trois cas peuvent se produite quand les particules de sable survolent notre pays :

  • Si le nuage ne contient pas assez d’eau, il poursuit sa route vers d’autres régions.
  • Si le nuage est saturé en eau et si les précipitations restent modérées, l’eau se dépose sur le sol, les voitures, les vitres, … La pluie cesse rapidement et, en s’évaporant, elle laisse une fine couche de sable collée à la surface. La couleur, jaune, ocre ou même rouge, dépend de l’origine géographique du sable.
  • Si de fortes pluies se produisent, l’eau s’écoule sur les véhicules, le sol et puis vers les égouts et emporte avec elle les particules de sable : la marchand de sable ne passe pas…

 

En savoir plus :

 

Suggestions d’utilisations pédagogiques en classe :

  • Sur le site du CNES, les possibilités du projet Callisph’Air, projet éducatif d’étude de l’atmosphère.
  • En prenant contact avec Météo France dans votre région, travail pédagogique sur les vents régionaux, leurs causes et leurs effets.
  • Avec le logiciel Gimp et des images provenant des sites MODIS Rapid Response de la NASA ou Miravi de l’ESA, découvrir les corrections de tables de couleurs et les manipulations d’histogramme. Utiliser si possible des images au format TIF ou BMP disponibles sur ces sites mais le format JPEG convient également.
Repost 0
Publié par Gédéon - dans Météorologie
commenter cet article

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...