Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 22:17

Le Royaume restera uni : c'est le non qui l'emporte avec avec avance de onze points une victoire plus nette que ce qui était annoncé... 55,42% contre 44,58% pour le camp du oui, après le dépouillement de 31 des 32 circonscriptions.

Consolation pour les indépendantistes : Glasgow, la plus grande ville d'Ecosse, a voté oui. Partout, la participation a été très élevée, à 80% environ.

 

Bière ou whisky pour fêter sa victoire ou faire passer sa déception
Exceptionnellement, les pubs sont restés ouverts toute la nuit...
Jeudi 18 septembre : c'était le grand jour en Ecosse. Les bureaux de vote avaient ouvert leurs portes à 7 heures du matin et les écossais pouvaient exprimer leur vote jusqu'à 22 heures (soit 23 heures à Paris). Des horaires étonnants ? Comme pour les élections européennes, on vote traditionnellement le jeudi et c'est une journée de travail normale...

« L'Écosse doit-elle être un pays indépendant ? »
Près de 4,3 millions d’électeurs résidant en Ecosse votaient donc par référendum répondre à la question suivante : "Should Scotland be an independent country?"

 

Terra - Modis - UK - Ireland - 26-03-2012 - 500mUne image prise par l'instrument MODIS du satellite américain Terra le 26 mars 2012.
Crédit image : NASA / GSFC / MODIS Rapid Response

 
Se compter dans ces comtés
Le résultat du scrutin et la victoire du non n'ont été connus que tard dans la nuit de jeudi à vendredi, à partir de 3 heures pour des estimations sérieuses et même vers 7 heures du matin pour des résultats plus définitifs : dans les plus gros des 32 comtés, comme Glasgow, Edimbourg ou Dundee, il faudra encore un peu temps pour dépouiller tous les bulletins.

Les indécis font la différence
Le résultat s'annonçaient très indécis : les derniers sondages publiés mardi donnaient 4 points d'avance au "non" (52% contre 48% pour le "oui") mais avec une marge d’erreur de 3%.
Une victoire du oui aurait signifié pour l'Ecosse la fin d'une aventure commune de 307 ans au sein du Royaume-Uni.
Même si le non l'emporte de manière un peu plus nette que ne l'annonçaient les sondages, l'Ecosse bénéficiera de toute façon d'une autonomie accrue au sein du Royaume Uni : les partis britanniques (conservateurs, travaillistes ou libéraux-démocrates) s'y sont engagés.
Je profite de l'intérêt suscité par ce référendum pour présenter quelques images satellites qui permettent de redécouvrir la géographie de l'Ecosse et préciser une terminologie qui fait parfois hésiter : Angleterre, Grande-Bretagne, Royaume-Uni...
Pas si facile de trouver une image satellite sans nuage couvrant l'ensemble du Royaume-Uni et de l'Irlande. Pendant l'été 2014, c'était même pratiquement mission impossible. C'est finalement une image MODIS que j'ai retenue pour démarrer cet article. J'ai trouvé également une belle image MERIS du satellite Envisat mais elle a quand même une couverture nuageuse nuageuse.

 

Great Britain and IrelandUne image prise par l'instrument MERIS du satellite européen Envisat.
Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)


Royaume-Uni, Grande-Bretagne et Angleterre : des poupées russes
Le Royaume-Uni ou United Kingdom ou UK regroupe actuellement la Grande-Bretagne et la partie nord de l'île d'Irlande, partagée avec la République d'Irlande.
Séparée de la France par la Manche et de l'Iralnde par la mer d'Irlande, la Grande-Bretagne, ou Great Britain, est la plus grande partie du territoire du Royaume-Uni. Elle regroupe, au moins jusqu'au résultat du référendum sur l'indépendance l'Angleterre, le Pays de Galles et l'Écosse.


Quatre nations : les deux tiers d'un tournoi
Quatre nations constituent donc le Royaume-Uni actuel :  

  • L’Angleterre, ou England, au sud, avec 130000 km2 environ et 53 millions d'habitants. La capitale est Londres.
  • Le Pays de Galles, ou Wales, à l'ouest, avec 21000 km2 et 3 millions d'habitants. La capitale est Cardiff.
  • L'Iralnde du Nord, ou Northern Ireland, au nord-ouest, avec 13800 km2 et 1,8 millions d'habitants. La capitale est Belfast.
  • L'Ecosse, ou Scotland, au nord, avec 79000 km2 et 5,3 millions d'habitants Edimbourg est la capitale mais la plus grande ville est Glasgow.

Une autre paire de Manche

Je vous passe les subtilités sur des cas particuliers comme l'île de Man, entre Irlande et Grande-Bretagne, ou les îles anglo-normandes (Jersey et Guernesey) qui ne font partie ni du Royaume-Uni ni de l’Union européenne mais dépendent de la Couronne britannique...

United Kingdom

Les quatre nations du Royaume-Uni.
Crédit image : Matt Lewis (CC-BY-SA)

Une aspirine dans votre whisky ?

 

Tartan ou Tweed

Sur l’image du satellite Envisat, on peut localiser la frontière entre l’Ecosse et l’Angleterre. C’est une ligne oblique d’environ 150 kilomètres de longueur qui passe au niveau des villes de Gretna à l’ouest, Coldstream, au nord du Northumberland National Park et Berwick-upon-Tweed à l’est. On reconnaît facilement le point de départ, avec l’échancrure bien marquée du golfe de Solway (Solway Firth) qui débouche sur l’île de Man

 

Le cœur et la raison…

Les arguments économiques ont beaucoup pesé au cours des dernières semaines de la campagne et la presse a recensé les risques et les opportunités économiques d’une éventuelle indépendance de l’Ecosse. Tous les secteurs ont été passés en revue : pétrole de la mer du nord, industrie et construction navale (Glasgow), banque et services financiers (Edimbourg est un grande place financière en Europe). La croissance et la création d’emploi sont là et font rêver d’autres pays : 2,5% de croissance prévue pour 2014, un taux de chômage qui passe de 8,5% en 2012 à mois de 7% en 2014…

Pour les amoureux du kilt en Tartan, la raison et les incertitudes économiques liées à un retrait du Royaume-Uni ont certainement fortement contrebalancé les arguments du cœur.

 

Petits pois (écossais)

Pour terminer ce petit voyage à la découverte de la géographie de l’Ecosse au sein du Royaume-Uni, je vais plutôt m’intéresser à une denrée alimentaire qui contribue à la notoriété internationale de l’Ecosse.

Il ne s’agit pas des petits pois, très connus par la pub « Ecossais, les petits pois ! ». J’aime bien leur couleur verte mais j’ai quand même une nette préférence pour une boisson de couleur ambrée : le whisky.

L’image suivante provient du satellite Landsat 8. Acquise le 23 juillet 2014, elle couvre la partie ouest des Lowlands. On identifie facilement la tâche sombre de Glasgow, troisième ville du Royaume-Uni, le long de la rivière Clyde. A l’ouest le Firth of Clyde puis des nombreuses îles : Arran, Colonsay, Gigha, Islay, Jura, Mull.

 

Landsat 8 - Scotland - écosse - Islay - Jura - Glasgow - 2Glasgow, l’ouest des Lowlands et l’archipel des Hébrides intérieures (Skye, Mull, Islay, Jura) vus
par le satellite Landsat 8. Image acquise le 23 juillet 2014. Crédit image : USGS

 

Ile de malt : 45% ou 46%

Le whisky que j’ai bu hier soir en solidarité avec les écossais qui votaient un jour de travail était un Ardbeg de l’île d’Islay. Comme le score du « oui » au référendum, il dépassait 45%. J’ai un faible pour les whiskies « subtilement tourbés ou fumés » qu’on distille sur Islay : Bunnahabhain, Caol illa, Bruichladdich et donc Ardbeg.

 

Plus de 16 ans : pas pour les moins de 18 ans

Même si vous n’aimez pas le whisky, un bon moyen d’approfondir la géographie de l’île d’Islay en particulier et de l’Ecosse en général consiste à localiser les distilleries. Vous trouverez sur Internet des sites proposant des fichiers kml à utiliser avec Google Earth pour vous aider dans cette ballade. Attention à l’abus d’alcool…

 

Ecosse - Scotland - Whiskies - Google Earth - KMLLes distilleries de whisky en Ecosse. Copies d’écran obtenues à partir de Google Earth et de
fichiers kml spécialisés.

 

En vous promenant un peu sur Google Earth, vous verrez qu’il est difficile de trouver une lettre de l’alphabet qui n’ait pas son nom de whisky. Je n’en ai trouvé que 7 : Q, U, V, W, X, Y, Z. Et pas de Glenn John en Ecosse…

Pour le reste, vous avez l’embarras du choix dans le Speyside, les Highlands, l’île de Skye, etc. : Aberlour, Balvenie, Cragganmore, Cardhu, Dalmore, Dalwhinnie, Glenfarclas, Glenfiddich, Glenkinchie, Glenlivet, Glenmorangie, Highland Park, Jura, Macallan, Oban, Scapa, Tamnavulin, etc.

Vous pouvez choisir en toute indépendance !

Bien entendu, la visite des distilleries est incontournable mais ne suffit pas à donner une bonne idée de l’Ecosse, de ses paysages et de ses villes. Un voyage sur place s’impose. Pour les amoureux de nature, par exemple sur l’île de Jura, pour le brame du cerf ou la migration des oies.

Si vous êtes plutôt fan de villes et d’architecture urbaine, voici une dernière image pour finir notre petit voyage en Ecosse : la ville d’Edimbourg vue par le satellite Spot 6.

 

Spot 6 - Edimbourg - Ecosse - 06-07-2013La ville d’Edimbourg vue par le satellite Spot 6. Image prise le 6 juillet 2013.

Crédit image : Airbus Defence and Space

 

En savoir plus :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...