Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 07:32

Les autorités américaines ont annoncé officiellement que, jeudi 6 mai, du pétrole a pour la première fois atteint une plage des îles Chandeleur, au large de la côte sud-est de la Louisiane, avec des premiers oiseaux touchés. La société BP se prépare à déployer, à 1500 mètres de profondeur, son caisson destiné à réduire de 80% la quantité de pétrole sortant de son puit Deepwater Horizon. Les courants importants rendent l'opération extrêmement complexe.

Cette marée noire qui menace la Louisiane rappelle que celle-ci avait déjà été durement frappée par le puissant ouragan Katrina en août 2005. Katrina, après avoir traversé la Floride, avait touché le côtes de Louisiane à proximité de la Nouvelle-Orléans et de Biloxi. Les dégats sont considérables. Katrina a fait officiellement 1836 morts. C'est un des ouragans les plus puissants ayant touché les Etats-Unis.

Dans le cas de Katrina, les satellites d'observation de la terre ont joué un double rôle :

- Un rôle de prévision, d'anticipation et d'alerte : les satellites utilisés pour la météorologie (géostationnaire ou a défilement) détectent dés leur formation les dépressions tropicales susceptibles de se transformer en tempêtes tropicales. Dans le cas de Katrina, cette dépression a été localisée le 23 août au-dessus des Bahamas. L'image, ci-dessous à gauche, montre le situation du 29 août vue par le satellite géostationnaire américain GOES-12, au moment où Katrina touche la côte de Louisiane. A droite, la trajectoire suivie par Katrina depuis sa formation. Les données satellites et les modèles météorologiques sont utilisés pour prévoir la trajectoire et l'évolution des dépréssions tropicales.

photo hurricane katrina

Crédit NOAA - Image GOES-12

Katrina_2005_track.png

Trajectoire Katrina - Illustration de Nilfanion

- Un rôle de cartographie rapide des dégâts et de l'impact de la catastrophe : la méthode la plus fréquente consiste à comparer une image acquise avant la crise (si possible peu de temps avant) avec une image acquise juste après et de cartographier, le plus rapidement possible, les changements. Dans le cas de Katrina, les deux images ci-dessous proviennent des satellites Spot. Spot Image a programmé en urgence l'acquisition de l''image de crise, à droite, dans le cadre de l'activation de la charte internationale Espace et Catastrophes Majeures. A partir de ces images, le SERTIT a produit plusieurs cartes de crises comme celle présentée ci-dessous.

NO082001
NO082005

Images Spot de la Nouvelle-Orléans (2001 et 2005) - Copyright CNES / Distribution Spot Image

P04 neworleans event spacemap midres

Une des cartes de crise produite par le SERTIT dans le cadre de l'activation de la Charte Espace et Catastrophes Majeures pour Katrina.

Depuis 2009, la commission européenne a lancé une nouvelle étape du programme GMES (Global Monitoring for Environment and Security) avec le lancement du projet SAFER qui prépare le service européen de réponse aux situations d'urgence. Coordonnées opérationnellement par Infoterra, les équipes SAFER coopérent régulièrement avec celles de la charte sur des actions de support aux opérations en cas de crise, en apportant des informations extraites de l'image satellite.

Repost 0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 01:12

La satellite européen ENVISAT a acquis une nouvelle image de la zone de la marée noire le dimanche 2 mai à 16h08 UTC.

 A droite, un aperçu de la scène complète (environ 4500 pixels de côté, 260 mètres de résolution). La couverture nuageuse est très importante sur la partie terrestre mais la nappe de pollution est visible.

La surface a encore augmentée par rapport à la situation du 1er mai.

L'image ci-dessous est un extrait centré sur la zone de la marée noire. Un léger traitement a été appliqué pour améliorer la lisibilité.

quicklook MERIS-02-05-2010-16h08

 

 

Crédit image: Agence Spatiale Européenne
Satellite Envisat (capteur MERIS)

extrait MERIS-02-05-2010-16h08-processed

Crédit image: Agence Spatiale Européenne - Satellite Envisat (capteur MERIS) - Traitement Infoterra


La NOAA a également publié une nouvelle carte de situation avec une prévision d'évolution pour le 3 mai. Par ailleurs, la NOAA a décidé d'interdire la pêche commerciale et de loisirs pendant au moins 10 jours sur une zone s'étendant de l'embouchure du Mississippi jusqu'à la baie de Pensacola en Floride (voir la carte de droite).

NOAA---situatiion-report-and-forecast---02-05-2010.jpg

 NOAA---carte-interdiction-peche.jpg

Sur place en Louisiane, le président Barack Obama a déclaré que la marée noire est une catastrophe "peut-être sans précédent". Pour le président US, "BP est responsable, BP paiera".

 

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 11:00

Oil slick pollution in Louisiana and Guf of Mexico : ENVISAT ASAR image and situation report from NOAA

L'Agence Spatiale Européenne a publié aujourd'hui cette image radar ASAR du satellite européen ENVISAT de la marée noire dans la golfe du Mexique. L'image montre la situation le 28 avril à 03h45 UTC.

 

ASAR_29_April_2010.jpg

Crédit photo : Agence Spatiale Européenne (ESA). Image ASAR du satellite ENVISAT

 

Les points blancs dans la surface sombre (correspondant à la nappe d'hydrocarbures) sont des navires participant aux opérations sur la zone.

La NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration, agence fédérale du gouvernement des Etats-Unis) a également publié le 1er mai une nouvelle carte de situation (mise à jour quotidiennement) avec une prévision d'évolution pour la journée du 2 mai. La côte de la Louisiane est désormais directement affectée. La société BP a une étonnante manière de célébrer l'année internationale de la biodiversité !

 

NOAA---situatiion-report-and-forecast---01-05-2010.jpg

Evolution de la situation entre le 27 avril et le 1er mai. Prévision pour le 2 mai (Crédit NOAA)

 


Suggestions et possibilités d'utilisations pédagogiques en classe :
  • Comparer les images publiées sur ce blog et sur d'autres sites avec les cartes d'évolution de la situation de la NOAA.
  • Analyser la progression de la marée noire. Rechercher des informations sur la météo des derniers jours et les courants dans le golfe du Mexique. Essayer de justifier l'évolution de la marée noire.
  • Travail de recherche bibliographique sur l'environnement côtier de la Louisiane (marais, mangrove, etc.) et les impacts à craindre sur la biodiversité.

  Ressources à consulter :


Voir également :

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 22:53

Oil spill pollution in the gulf of Mexico and the Louisiana Coast: new situation report with the ENVISAT satellite

 

Une nouvelle image MERIS acquise par le satellite ENVISAT le jeudi 29 avril 2010 vers 16h00 UTC et reçue par la station de Gatineau au Canada montre l'extension de la marée noire dans le Golfe du Mexique à proximité immédiate des côtes de la Louisiane.

 

MERIS-29-04-2010-16h02-processed.jpg

Crédit Agence Spatiale Européenne - Image MERIS du satellite ENVISAT - Traitement Infoterra

Un traitement de rehaussement de dynamique a été appliqué à l'image par Infoterra pour mettre en évidence la nappe d'hydrocarbure à la surface de la mer.

L'image montre la taille de la nappe (plus de 1500 km2), la proximité de la côte avec ses écosystèmes fragiles, les bancs de sable et les îles barrières, bien visibles en couleur claire. Les marais côtiers de la Louisiane constituent en effet un sanctuaire pour la faune (oiseaux aquatiques). La Floride, l'Alabama et le Mississippi craignent que la nappe de pétrole n'affecte également leurs plages et ne pollue les pêcheries, vitales pour l'économie locale.

Avec le vent qui pousse la nappe de pétrole vers l'ouest, Il semble malheureuseument fort probable que la côte ou le delta du Mississippi soit touchés vendredi ou samedi. La zone la plus à risque dans l'immédiat se trouve à l'extrémité sud-est de ce delta, combinant bras de mer et marais.

La région, sa population, son économie et son environnement avaient été déjà lourdement frappés en août 2005 par l'ouragan Katrina.

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 10:37

Louisiana: increasing concern about the oil slick in the Gulf of Mexico and Louisiana. The situation seen by the Terrasar-X satellite

Au large de la Louisiane, la situation reste très difficile avec une pollution plus importante que prévu : une seconde fuite a été détectée et ce ne seraient pas 1.000 mais 5.000 barils de pétrole, soit environ 800.000 litres, qui s’écoulent chaque jour dans les eaux du golfe du Mexique. Redoutant que la marée noire ne touche la côte à la fin de la semaine avec un impact dramatique sur un écosystème riche et fragile, Bobby Jindal, le gouverneur de Louisiane a demandé une aide d'urgence.

Le satellite radar allemand Terrasar-X a acquis le dimanche 25 avril à 11:50 UTC cette image qui confirme l'ampleur de la pollution (zone sombre) dés le début de la crise. L'image, acquise en mode Scansar, a dans ce cas une résolution au sol d'environ 17m. On distingue également nettement des sillages de navires et les navires eux-mêmes (objects clairs).

 

20100427_USA_GulfOfMexico_OilSlick-copie-1.jpg

 

Comme d'autres satellites radar à ouverture synthétique, Terrasar-X possède plusieurs modes d'acquisition. Une des ses caractéristiques les plus intéressantes est sa capacité à acquérir des images sa très haute résolution (1 mètre en mode Spotlight et 3 mètres en mode Stripmap). Lancé en juillet 2007, Terrasar-X a été contruit par Astrium. Les opérations commerciales sont assurées par Infoterra GmbH. Un satellite similaire (Tamdem-X) doit prochainement rejoindre Terrasar-X en orbite pour permettre la réalisation de modèles numériques de terrain de haute qualité. Le lancement est prévu au début de l'été 2010.

 

- En savoir plus sur le site de Terrasar-X.

- Voir également un article sur le même sujet.

 

Repost 0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 08:13

Une nappe de pétrole s'étend sur une grande surface dans le Golfe du Mexique, au large de la Louisiane, à la suite du naufrage d'une plate-forme pétrolière après une forte explosion. Cette marée noire pourrait devenir "une des pires" pollutions de l'histoire américaine, si la fuite n'est pas colmatée rapidement. La pollution devrait atteindre les côtes dans le courant du week-end.

L'image ci-contre provient du radar à ouverture synthétique du satellite européen Envisat. Elle a été acquise le 26 avril at 15:58 UTC. La nappe d'hydrocarbures apparaît en gris sombre en bas à droite. Le pétrole à la surface de l'eau, par sa consistance, réduit les mouvements en surface : l'eau se comporte dans ce cas avec le signal Radar comme un miroir et celui-ci est moins réfléchi dans toutes les directions, comme c'est le cas sur une eau agitée. Le signal reçu par le satellite a donc une intensité plus faible. 

ASAR_WSM_20100426_1558.jpg

Crédit : Agence Spatiale Européenne

L'image ci-dessous provient également du satellite ENVISAT, mais du capteur optique MERIS. La nappe est plus difficilement visible mais un simple traitement de rehaussement du contraste et de la luminosité, réalisé ici par Infoterra, la met également assez bien en évidence. D'un diamètre de près de 100 km de diamètre le 26 avril, la nappe continue à s'étendre. 

Image golfe mexique - oil spill - Avril 2010


Suggestions et possibilités d'utilisations pédagogiques en classe :
  • Fonctionnement des satellites Radar. Différences entre observation active et observation passive. Analogies et expériences en classe avec des signaux sonores et leur réflexion sur différentes types de surfaces.
  • Expériences sur le comportement d'une nappe d'hydrocarbures à la surface de l'eau (par exemple avec de l'huile colorée, voir la manière dont la tâche se répand et comment la surface s'agite avec et sans huile).
  • Initiation au traitement d'image avec des logiciels classiques de retouche photo ou avec les outils plus spécialisés (voir la page des ressources en ligne) : dynamique et contraste, travail sur les tables de correspondance de radiométrie et de couleurs, manipulation et rehaussement de contraste, etc.
  • Estimation et mesures de surface et d'étendue de la nappe en prenant en compte la résolution des images. Comparaison avec certains chiffres annoncés dans les médias. Questions et explications.
  • Travail bibliographique et recherche sur le Web sur les principales pollutions par hydrocarbures et leur impact sur l'environnement.

 

Ressources à consulter :


Repost 0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 08:18

Le cyclone tropical Paul a balayé le côte nord de l'Australie le 30 mars 2010. L'image ci-dessous provient du satellite Aqua de la NASA. Elle a été acquise par le spectromètre imageur à moyenne résolution MODIS à 14h55 TU (soit 2h25 heure locale) le 30 mars.


paul_amo_2010089.jpg

Image Aqua / MODIS (Nasa)

La région faiblement habitée de Arnhem Land a été la plus affectée par le passage du cyclone. Plusieurs petites localités ont été inondées, des routes coupées et des lignes électriques arrachées. Des centaines de foyers ont été privés d'électricité. On ne déplore pas de victime ni de blessé.


Le spectroradiomètre imageur à résolution moyenne (MODIS) équipe les satellites Terra (lancé en 1999) et Aqua (lancé en 2002) en orbite à 705 km d'altitude. MODIS possède 36 bandes spectrales d'une résolution de 250m à 1000 m selon les bandes. Avec un largeur de fauchée est de 2350 km, il observe l'ensemble de la surface terrestre en un ou deux jours selon les régions. Les bandes spectrales ont été choisies pour mesurer la couleur de l'eau (phytoplanction et biogéochimie), la vapeur d'eau atmosphériques, la température de surface de l'eau et des nuages, la température atmosphérique, l'ozone et l'atitude du couvert nuageux.

 

Les produits MODIS sont archivées et distribuées par le Goddard Space Flight Center (GSFC) à Greenbelt, au Maryland. Les images terrestres sont distribuées par le centre d’acquisition des données sur les processus terrestres du Centre de données EROS de l'USGS. Les images sur la cryosphère (neiges et glaces terrestres) sont traitées par le National Snow and Ice Data Center de Boulder, au Colorado.Les images couleurs et température de surface des océans relèvent de l’OCDPS (Ocean Colour Data Processing System) du GSFC. Les utilisateurs qui disposent d’un émetteur-récepteur en bande X peuvent capter directement des données régionales émises par le satellite en utilisant le signal de communication directe MODIS.

Repost 0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 16:32

Des feux de forêts dramatiques ont fait rage en Europe en juillet et en août 2007. Pour la Grèce, ce fut l’une des pires années avec plus de 280000 hectares partis en fumée. La période la plus critique était la dernière semaine d’août. 2007 avec près de 180000 hectares détruits . Soixante-six personnes, dont six pompiers, ont perdu la vie.

 

Parmi les cartes produites à partir d'images satellite, la figure ci-contre montre un exemple d’analyse d’ensemble des surfaces brûlées produit le 30 août 2007 sur la zone du Péloponnèse sévèrement touchée au cours de la semaine précédente. Les zones touchées par les incendies entre le 24 et le 30 août 2007 dans la péninsule du Péloponnèse


Comme l'illustre ce cas très particulier (les feux de cette ampleur sont heureusement très rares en Europe), le principal atout du satellite  ENVISAT est dans ce cas sa capacité de revisite sur de larges zones, très efficace pour surveiller des évènements de grande ampleur durant plusieurs jours.

Un
mois plus tard, en réponse à une demande de la commission européenne une carte détaillée des dommages et des types de cultures touchées a été produite. Cette carte a également été livrée au ministère grec de l’agriculture. La carte produite par Infoterra met en évidence qu'une information précise et à jour de l’occupation des sols est indispensable pour l’évaluation des dommages. L'imagerie satellite est également très utile pour la mise à jour des cartes d'occupation des sols.

Croisement entre le périmètre de la zone brûlée et une carte d'occupation des sols Inventaire des dégâts pour chaque zone administrative


Dans l'exemple ci-dessus, la carte d'occupation des sols est produite à partir d'une image Spot dite "de référence", acquise avant les incendies. C'est l'intérêt de disposer d'une archive à jour couvrant l'ensemble des zones d'intérêt.
Le contour de la zone brûlée précis est également extrait d'une image Spot acquise cette-fois juste après les incendies.


Suggestions et possibilités d'utilisations pédagogiques en classe :
  • Sur support papier (image imprimée) ou sur ordinateur, à partir de l'image multispectrale d'archive, travail sur les courbes de réflectance par type de végétation.
  • Réaliser une classification grossière de la végétation, à partir de chacune des bandes spectrales de l'image spot.
  • Idem pour la cartographie de la zone brûlée : tracer le  contour de feux et estimation la surface totale brûlée.

Ressources à consulter :




Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 12:07

Infoterra et Spot Image ont réalisé une évaluation des zones brûlées aux îles Canaries à partir des images acquises par les satellites Spot. Cette évaluation a mis en œuvre les satellites Spot 2 et Spot 5 opérés par Spot Image et les services de gestion des crises d’Infoterra France.

Les deux incendies ravageaient depuis plusieurs jours Tenerife et Grande-Canarie, dans l'archipel espagnol des Canaries. Les deux incendies ont dévasté en l'espace de six jours des surfaces très importantes, entraîné l'évacuation de plus de 12.000 personnes et des maisons ont été détruites. Les estimations des surfaces brûlées sont très différentes selon les sources. Le dernier communiqué du ministère de l’environnement espagnol, daté du 3 août, revoit à la baisse (11.000 hectares) les estimations faites initialement (35.000 hectares).

Burnt-areas---Infoterra---0207.jpg

La carte des dommages produite à partir des images satellites est particulièrement bien adaptée pour les zones difficiles d’accès comme c’est le cas aux Canaries. Elle fournit rapidement une estimation complète et objective des dégâts. Elle permet aux équipes opérationnelles de la protection civile et des pompiers de se concentrer sur leur missions prioritaires et réduisant le temps consacré à l’évaluation des dégâts. Elle permet aux autorités politiques et aux assureurs d’estimer rapidement les coûts du sinistre et aide à la prise de décision.

L’image ci-dessous acquise le 31 juillet par Spot 5 donne ne vision de l’ampleur des dégâts sur l’Ile de Tenerife, alors que l’incendie était toujours très actif.

image Spot 5 de l'ile de Tenerife acquise le 31 juillet 2007



Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 23:59

Description de l'évènement et activations des moyens spatiaux :
Un tremblement de terre, d'une magnitude supérieure à 7, frappe Haïti le 12 janvier à 21h53 GMT soit 16h53 heure locale. L'épicentre est situé à 15 km au sud-ouest de Port-au-Prince. Les dégats sont très importants et on craint, dès l'annonce du séisme, un nombre élevé de victimes.

L'alerte est diffusée immédiatement (notamment via le système européen GDACS). Les moyens satellite sont immédiatement activés par les principales organisations intervenant dans les secours (protections civiles françaises et allemandes, programme alimentaire mondial, croix rouge, etc.). En Europe, deux mécanismes sont directement concernés :
- GMES et le service SAFER de réponse aux crises et aux situations d'urgence (Le projet GMOSAIC qui traite les questions de sécurité contribue également). SAFER fourni un serve intégré d'acquisition d'image, de production d'information à valeur ajoutée et de distribution aux acteurs des secours (quartiers généraux et équipes sur le terrain)
- La charte internationale "espace et catastrophes majeures" : la charte fourni un accès à des données satellites et s'appuie sur SAFER pour la production de valeur ajoutée.

Compte tenu de l'ampleur de la crise, les deux mécanismes sont étroitement coordonnés.
En Europe, les principaux acteurs sur cette crise particulière sont Infoterra (Coordination des opérations SAFER), le CNES (coordination des opérations Charte), Spot image (fourniture d'images optiques), Infoterra GmbH (fourniture d'image Radar), Agence spatiale européenne (coordination des acquisition d'image mutli-mission pour SAFER/GMES), le SERTIT et le DLR et Infoterra (production d'Information à valeur ajoutée).

Des moyens satellites complémentaires, en particulier des satellites américains à haute résolution, ont également rapidement été mis à disposition de SAFER.

Principaux produits livrés cartographiques:
Trois types de produits sont livrés à différentes étapes de la crise :

 - Le premier besoin est une cartographie de référence la
plus à jour possible
. Elle permet aux secours de préparer leur déploiement. C'est le besoin le
plus critique en terme de temps de réponse (quelques heures). On s'appuie en général sur des images acquises à l'avance sur les zones à risques. L
a carte de référence peut également être produite en mode rush s'il n'existe pas de bonne carte.  

Image 2 - SAFER - Expressmaps Haiti - 15-01-2010

Carte de reference Expressmaps produite en urgence
par Infoterra après le tremblement de terre

C'est ce qui a été fait pour Haïti avec le produit Espressmaps d'Infoterra et Spot image.

- Le second besoin correspond à la cartographie de crise, soit dans le but de mettre à jour la carte de référence (avec par exemple l'état réel des routes, ports et aéroports) après le séisme, soit dans le but de faire un inventaire précis des dégâts et d'identifier les zones d'intervention prioritaires (rassemblements de personnes par exemple)
Ce besoin ne peut être couvert que par de nouvelles acquisitions et des remontées d'information du terrain. En général, le traitement classique d'une image satellite consiste à comparer une image d'archive avec une nouvelle acquisition et d'identifier ainsi les changements. les illustrations ci-dessous donnent deux exemples : une carte de référence actualisée produite par Infoterra (carte de "trafficabilité" indiquant l'état réel des routes) et une carte d'estimation des dégâts produite par le SERTIT.

 

Image 5 - GMOSAIC Haiti - Trafficabilité - 15-01-2010Carte indiquant l'état des routes et des rues après
le tremblement de terre. Produit par Infoterra
dans le cadre de GMES (projet GMOSAIC)

Image 6 - SAFER - Degats 1 Carte des zones affectées par le
tremblement de terre. Produit par le SERTIT
dans le cadre de GMES (projet SAFER

- Un troisième besoin, à la limite de la gestion de l'urgence et des opérations de secours à plus long terme, est couvert par un certain nombre de produits spécialisés indiquant par exemple les zones permettant d'installer des hébergements temporaires, à l'abri du risque inondation ou du risque de glissement de terrain consécutif au tremblement de Terre.

Contribution du spatial dans le cas du tremblement de Terre d'Haïti :
La difficulté dans le cas d'Haiti, compte tenu de l'événement et de la nature de l'habitat  est le besoin de très haute résolution optique. La limite de tels satellites est le champ relativement restreint qui ne permet pas une vue d'ensemble non seulement de Port-au-Prince mais de l'ensemble des zones touchées (Jacmel, Leogane, etc.) Les images Spot 5 à 2,5 mètres de résolution, grâce à leur couverture plus large,  ont pour leur part permis d'élargir l'analyse à ces zones. Ces l'utilisation combinée de ces moyens qui permet un service complet.

Le double enjeu est, d'une part,  la disponibilité d'images d'archive récentes et, d'autre part, la réactivité des moyens spatiaux. La capacité mutli-satellite est indispensable.

Image 3 - Geoeye - extrait 1

Extrait d'une image Geoeye acquise le 13 janvier (Palais présidentiel)
Copyright Geoeye

Image-1---Extrait-Spot-5---14-01-2010.jpg

EXtrait d'une image Spot 5 acquise le 14 janvier
(Zone portuaire et nord de Port-au-Prince)
Copyright CNES - Distribution Spot Image

 

Spot 5 fournit également les images d'archive utilisées pour la cartographie de référence. De même, c'est Spot 5 (ou d'autres moyens satellites de mesure du relief) qui fournit un modèle numérique de terrain utile pour tracer les courbes de niveau ou pour identifier le risque de glissement de terrain.

Les satellites de télécommunication sont par ailleurs un outil essentiel pour mettre en place des réseaux de communication de secours ou diffuser les produits de géoinformation aux équipes de terrain.

 

Pour en savoir plus :
- Le service Expressmaps d'Infoterra et Spot Image.

- Le service GMES SAFER.

- Le site d'information de la Commission Européenne sur GMES.

Repost 0

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...