Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 15:31

 

L'Univers démasqué ou presque - Bénédicte Mayer - Magri

Les trois acteurs de la pièce « L’univers démasqué… ou presque ». De gauche à droite :
Bénédicte Mayer dans le rôle de Georgette Magritte, Régis Santon dans celui de Georges Lemaître
et Alain Dumas qui joue René Magritte. Compagnie La Chevelure de Bérénice

 

Au théâtre, ce soir…

Je n’ai jamais parlé de théâtre sur le blog Un autre regard sur la Terre.

Je le fais aujourd’hui : j’ai eu la chance d’assister à Toulouse au Théâtre du pavé à une représentation de « L’Univers démasqué… ou presque », une pièce écrite par Bénédicte Mayer et mise en scène par Stéphanie Lanier. Une soirée que j’ai beaucoup appréciée ! Je vous recommande vivement de profiter des dernières représentations à Toulouse.

Quel lien avec Un autre regard sur la Terre ? En bien plutôt un regard sur l’Univers et plus exactement deux regards croisés : Celui d’un artiste, René Magritte, et celui d’un scientifique, Georges Lemaître.

Le titre de la pièce est explicite à ce sujet. Il l’est un peu moins sur un troisième regard également abordé dans la pièce : celui de la religion.

 

π12 : normal de s’intéresser à la science quand on porte un tel nom…

En effet, la théorie du big bang a été exploitée par certains religieux dits « concordistes » et notamment le pape Pie XII. En novembre 1951, celui-ci déclare « Il semble en vérité que la science d'aujourd'hui, remontant d'un trait des millions de siècles, ait réussi à se faire le témoin de ce Fiat Lux initial ». La protestation de George Lemaître, pour qui on ne doit pas confondre la création ex nihilo, au sens théologique, avec le début de l'Univers tel qu'il l'a décrit par son hypothèse de l'atome primitif, est directement abordée dans la pièce. Protestation identique quand des scientifiques, dont Einstein lui-même, lui reprocheront que sa théorie de « l’atome primitif » à l’origine de l’univers est une « abomination » car elle s’apparente à la création divine de la Bible.

Même les passionnés d’espace et d’astronomie ne connaissaient peut-être pas le nom de George Lemaître et son rôle dans la science moderne avant que l’Agence Spatiale Européenne ne baptise le dernier cargo automatique ATV, lancé en juillet 2014 et amarré à la Station Spatiale Européenne depuis le 12 août dernier.

Mathématicien et membre de l’Église catholique, Georges Lemaître fut au centre d’une révolution scientifique majeure : la fameuse théorie du big bang. Comme le russe Alexandre Friedmann, également tombé dans l’oubli, il aura fallu des décennies pour que l’abbé soit enfin reconnu en tant qu’acteur majeur de l’histoire de notre conception de l’univers. Dans son domaine, le théâtre, Bénédicte Mayer lui rend hommage. 

 

Georges Lemaître et René Magritte : une rencontre imaginaire entre deux belges contemporains qui s’interrogent sur la représentation du monde…

René Magritte (1898-1867), peintre surréaliste et Georges Lemaître (1894-1966), chanoine catholique, astronome et physicien, professeur à Université catholique de Louvain, sont belges et contemporains : ils sont morts à une année d’intervalle.

Ils ne se sont jamais rencontrés mais Bénédicte Mayer a construit une rencontre imaginaire qui sert de fil conducteur à sa pièce. 

L'action se déroule en 1951 chez René et Georgette Magritte. Georges Lemaître, le prêtre cosmologiste belge à qui l'on doit la découverte de l'expansion de l'univers ainsi que la théorie du Big Bang, se rend pour la première fois chez le couple : Lemaître demande à Magritte de peindre son portrait, portrait qu’il compte remettre au pape Pie XII lors de l’un entretien à venir (cette rencontre a bien eu lieu).

Même si l’action se situe au début des années cinquante, la pièce aborde des découvertes du début du vingtième siècle. Elle montre à quel point il fut riche de bouleversements dans tous les domaines, que cela soit scientifique ou artistique.

 

L'Univers démasqué ou presque - Bénédicte Maye-copie-1

Lemaître chez Magritte : une rencontre imaginaire 

 

Et si le processus de la création scientifique n'était pas si éloigné de la création artistique ?

Lemaître représente les avancées capitales en science au début du 20ème siècle et Magritte représente la vision du monde qui change avec un désir de ne plus retranscrire le réel.

Bénédicte Mayer propose une approche à la fois réaliste, humoristique et surréaliste de ce qui lie George Lemaître et René Magritte : chacun à leur manière, la même recherche passionnée pour tenter de comprendre le mystère du monde qui nous entoure.

Je ne suis pas souvent convaincu par les tentatives de mêler Arts et Sciences mais cette fois, je me suis laissé séduire.

 

Georgette Magritte, les toiles du berger

Certainement parce que le parti pris de Bénédicte Mayer est de présenter de manière pédagogique des découvertes et des théories, comme la relativité générale ou l’expansion de l’univers, qui ont révolutionné la physique moderne. Elle insiste aussi sur la nature évolutive de la connaissance scientifique.

 

Un masque et des palmes

Sans aller trop loin dans la comparaison, j’ai éprouvé un plaisir similaire à ce que j’avais ressenti en assistant une représentation de la pièce « Les Palmes de monsieur Schutz ». Il était également question des percées scientifiques du début du vingtième siècle et dans les deux cas, un troisième personnage moins connu, Rodolphe Schutz ou Georgette Magritte, amène une touche d’humour et éclaire la relation entre les deux personnages principaux, Pierre et Marie Curie dans un cas, George Lemaître et René Magritte dans l’autre.

 

Lemaitre Einstein et Millikan  George Lemaître entre Robert Millikan à gauche et Albert Einstein à droite. La théorie de l'atome
primitif reconnue. California Institute of Technology. Pasadena, 10 janvier 1933

 

Un œuf, un four à micro-onde, des ballons gonflés à l’hélium et un marteau sur la Lune

Le texte de Bénédicte Meyer et la mise en scène de Stéphanie Lanier veulent aussi montrer que la science n’est pas ennuyeuse et qu’elle permet aussi de rêver et de s’émerveiller.

Cela paraît difficile a priori quand on recense la liste des accessoires utilisés sur la scène. Entre autres un œuf, un four à micro-ondes, des ballons gonflés à l’hélium, des ampoules avec des faux contacts, un marteau et une plume sur la Lune, …

Un œuf au four à micro-ondes ? Pour les affamés, le théâtre du pavé propose une petite restauration avant la pièce.

Ils servent tous à illustrer les messages de la pièce. Même s’ils sont utilisés comme dans certaines animations pédagogiques de Planète Sciences (attention à l’ouverture du four à micro-ondes !), ils contribuent à rendre le texte accessible, compréhensible voire poétique. Tous les animateurs en astronomie se sont amusés au moins un fois à peindre des ronds sur un ballon de baudruche avant de le gonfler pour illustrer l’expansion de l’univers.

 L'Univers démasqué ou presque - Bénédicte Mayer - Régi

Un œuf et des ballons de baudruche pour illustrer la théorie du Big Bang.

 

S’y j’avais un marteau…

De la même manière, ils rêvent tous de pouvoir un jour vérifier la loi sur la chute des corps dans le vide, comme ont pu le faire les astronautes de la mission Apollo XV...

 

En 1971, sur la Lune, l'expérience de la chute de la plume et du marteau. David Scott et James Irwin,
deux astronautes de la mission Apollo 15 montrent expérimentalement la loi de Galilée
sur la chute des corps. “Well, in my left hand, I have a feather; in my right hand, a hammer.
And I guess one of the reasons we got here today was because of a gentleman named Galileo,
a long time ago, who made a rather significant discovery about falling objects in gravity
fields. And we thought where would be a better place to confirm his findings than
on the Moon”. Crédit image : NASA

 

Doc en stock

Cela ressemble à une démarche scientifique rigoureuse : l’auteur s’est visiblement beaucoup documenté avant d’écrire la pièce, aussi bien sur la biographie des personnages, les débats scientifiques qui ont accompagné la théorie du Big bang ainsi que le contexte théologique des années 50.

Par exemple, l’épisode du suicide de la mère de Magritte, qui se noie dans la Sambre en 1912. Ou encore le rôle joué par Fred Hoyle, cosmologiste et astronome britannique, à l’origine de la théorie de l'état stationnaire et principal détracteur de la théorie sur l’expansion de l’Univers : paradoxalement, en utilisant le premier le terme « Big Bang » au cours d’une émission radio de la BBC pour tourner en dérision les idées de George Lemaître, il va contribuer à populariser cette théorie.

 

Le point de vue de l’auteur

Bénédicte Mayer explique qu’un passage du livre « le Cosmos et le lotus » de Trinh Xuan Thuan, qui résume parfaitement ce que j'ai voulu exprimer dans sa pièce :

« Le processus de la création scientifique est étonnement proche de celui de la création artistique. Le scientifique, quand il découvre un aspect caché de la nature, et l'artiste, quand il crée une œuvre d'art, ressentent tous les deux le même sentiment exaltant de s'être approchés un très bref instant de la Vérité éternelle et d'avoir soulevé un modeste pan du Grand Mystère. » 

 

Kisskissbankbank et Kiss Kiss Big Bang…

Bénédicte Mayer et la compagnie La Chevelure de Bérénice ont fait appel au « crowd-funding » pour financer en partie leur projet. L’initiative est présentée sur le site Kisskissbankbank spécialisé en crowd-funding.

La collecte réalisée sert à finaliser le financement du décor et des costumes, un dispositif scénique autonome qui permettra aussi de jouer dans des écoles afin que les enfants découvrent que la science peut être aussi ludique que l'art. Le financement participatif sert également pour la création musicale originale. L’appel à la générosité de la foule est toujours ouvert et permettra de communiquer et d’aider à organiser une tournée.

 

L'Univers démasqué ou presque - Magritte et Lemaître - A

Un projet collectif qui se concrétise avec l’aide du public

 

Pour voir la pièce « L’Univers démasqué… ou presque » :

Dépêchez-vous : encore trois représentations à Toulouse. Si tout va bien, elle devrait ensuite tourner en France et en Belgique… Si vous êtes enseignants, allez-y avec votre classe !

Bizarrement, la pièce ne figure pas dans le programme de la Novela mais elle y aurait toute sa place.

Aller voir la pièce de Bénédicte Mayer est un moyen simple de s’intéresser à la pensée de George Lemaître. Cela reste particulièrement d’actualité, à une époque où les créationnistes et les partisans de l’intelligent design sont plus actifs que jamais….  

 Magritte - Affinités électives - 1933

Un œuf dans une cage. Les Affinités électives René Magritte, 1933

 

Pour voir la pièce à Toulouse…

  • Représentations du mardi 7 au vendredi 11 octobre 2014, 20 heures. A partir de 14 ans. Bord de scène soirée après la représentation : le jeudi 9/10.
  • C’est au Théâtre du pavé : 34, rue Maran à Toulouse. Téléphone : 05 62 26 43 66. Métro ligne B Station St-Agne SNCF. Possibilité de restauration sur place avant le spectacle. Tout près de la rue Saint-Thomas d’Aquin (cela ne s’invente pas, savoureux quand on connaît le sujet de la pièce).

Sur la pièce « l’Univers démasqué… ou presque » :

  • Un texte écrit par Bénédicte Mayer.
  • Mise en scène : Stéphanie Lanier.
  • Avec : Régis Santon, Alain Dumas et Bénédicte Mayer.
  • Scénographie, décor et affiche : Nicolas Thers.
  • Création lumière : Nicolas Simonin.
  • Musique originale : Olivier Gavignaud.
  • Costumes : ARAM, Catherine Gorne Achdjian.
  • Production : La Chevelure de Bérénice, Le Théâtre 95 et le Théâtre du Pavé.

Théatre Univers démasqué - Magritte et Lemaître - Big B

 

En savoir plus :

 

Repost 0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 17:12

 

Rentrée scolaire - Université été - Ballon Cité espaceLâcher de ballon stratosphérique réalisé par les enseignants de l’Université d’Été Espace Éducation
organisée par le CNES à la Cité de l’espace de Toulouse. 14 juillet 2014 à 14h.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées / CNES

 

Lemaître et les maîtres : quelle atmosphère pour la rentrée ?

C’est encore trop tôt la rentrée atmosphérique de l’ATV George Lemaître : il vient de commencer sa mission.

C’est bien de la rentrée scolaire qu’il s’agit : 12 296 400 écoliers, collégiens et lycéens, 839 700 enseignants et… trois ministres !

Après Vincent Peillon et Benoît Hamon, c’est Najat Vallaud-Belkacem qui termine la rentrée scolaire 2014-2015 : à 36 ans, c’est la première femme nommée ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Après la nomination du nouveau gouvernement Valls, la passation de pouvoir a eu lieu mercredi 27 août

Une semaine après cette nomination et après la rentrée des enseignants lundi 1er septembre, ce sont tous les élèves de France qui retrouvent le chemin de l’école ce mardi 2 septembre.

Même si l’été n’a pas vraiment commencé, les vacances d’été sont bien finies et il faut reprendre le rythme de l’année scolaire.

 

Changement de rythme : 4,5 jours de classe pour tous les écoliers

C’est la grande nouveauté de cette rentrée, et le sujet qui suscite de vifs débats : les nouveaux rythmes scolaires (décret n° 2013-77 du 24 janvier 2013) se généralisent cette année dans toutes les écoles maternelles et élémentaires publiques. En septembre 2013, seulement un petit quart des écoles avait commencé à appliquer la réforme sur les temps d’apprentissage.

Très souvent, c’est la formule « 24 heures de cours sur 4,5 jours » qui a été retenue, avec des journées de classe réduites de 45 minutes. L’autre option, c’est 5 matinées de classe avec les 3 heures d’activités périscolaires ¬parfois concentrées sur une après-midi.

 

Eté 2014 pluvieux : pourquoi pas une université d’été ?

Plusieurs dizaines d’enseignants n’ont pas attendu le mois de septembre pour retourner à l’école et préparer l’année scolaire 2014-2015.

Et le temps pluvieux de cet été (un record depuis 1959 selon un bilan provisoire publié par Météo France) n’y est pour rien : comme en juillet 2010 et juillet 2012, ils ont choisi de consacrer une partie de leurs vacances à l’Université d’Été Espace et Éducation que le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) organise tous les deux ans. Dans un cadre particulièrement propice : la Cité de l’espace, à Toulouse. Et rassurez-vous : convivialité et bonne ambiance étaient au rendez-vous !

 

Une formation aux sciences et applications spatiales pour les enseignants

Destinée en priorité aux enseignants de collèges et lycées, dans les disciplines de sciences physiques et chimiques (SPC), Sciences de la vie et de la Terre (SVT), histoire géographie et mathématiques, l’Université d’Été Espace et Éducation a les objectifs suivants :

  • fournir aux participants une vue d’ensemble des différents outils et applications liés aux sciences et techniques spatiales, dans le domaine de l’observation de la Terre,
  • proposer des outils scientifiques, techniques et documentaires utilisables en classe avec les élèves,
  • offrir aux enseignants l’opportunité d’une mise à jour de leurs connaissances l’espace et ses enjeux.

Des conférences (par exemple Rosetta, les enjeux d’Ariane 6 ou le changement climatique), des ateliers et des travaux pratiques (par exemple « comment transformer les mesures satellitales en images », des visites (Airbus Defence and Space, CLS, CNES et Mercator-Océan) et des échanges : un programme très riche pour découvrir le spatial, les lanceurs et les satellites et leurs applications variées.

 

Les ballons, Planète Sciences nous les gonflent, même le 14 juillet

Planète Sciences Midi-Pyrénées proposait cette année un atelier pédagogique permettant aux enseignants de découvrir une des opérations scolaires les plus populaires parmi celles proposées par le service culture spatiale du CNES : « Un ballon pour l’école », un projet durant lequel les élèves conçoivent, réalisent et lâchent une véritable nacelle de ballon stratosphérique. Une excellente opportunité de découvrir la démarche expérimentale tout en vivant un projet en équipe.

Pendant quelques jours, les enseignants intéressés, travaillant en groupe avec l’aide des animateurs de Planète Sciences Midi-Pyrénées, vivaient la même expérience sur un temps plus court.

Un ballon pour l'école - CNES - Planète Sciences Midi-Pyrénées

Décollage du ballon stratosphérique réalisé
par les enseignants. Crédit image :
Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Moins de temps ? Plus d'espace à l'école

La première photo de cet article montre une photographie prise par la caméra embarquée à bord de cette nacelle avec d’autres capteurs mesurant l’état de l’atmosphère.

Les deux photos suivantes montrent la partie beaucoup plus studieuse : la conception des expériences et la mise au point de la nacelle.

 

Planète Sciences - Un ballon pour l'école - Mesure tempé CNES - Spatiobus - Université été espace education 2014

Deux photographies de l’atelier ballons stratosphériques animé par Planète Sciences
Midi-Pyrénées pendant de l’Université d’Été Espace Éducation du CNES.
Crédit image : Planète Sciences midi-Pyrénées

 

Cet atelier a été organisé dans le cadre des activités du Spatiobus, une mission confiée à Planète Sciences Midi-Pyrénées par le CNES.

L'Université d'Été Espace et Éducation est organisée tous les deux ans par le CNES dans le cadre de sa politique éducative, de la convention passée avec le ministère de l’Education nationale et dans la continuité de la formation d’enseignants mise en place de longue date.

 

De nouvelles vacances studieuses ?

Pour ceux qui pensent déjà aux prochaines vacances, pour la Toussaint, fin des cours le samedi 18 octobre et reprise le 3 novembre 2014. Ensuite les vacances de noël, Vacances de Noël avec la fin des cours le samedi 20 décembre 2014 et reprise lundi 5 janvier 2015. Pour les autres périodes de vacances, ça dépend des zones…

Jetez un œil sur les programmes de formation et les manifestations des associations de culture scientifique technique et industrielle : il y a certainement des stages pour vous.

Que diriez-vous par exemple de passer l’agrément micro-fusées pour pouvoir les construire et les lancer vous-mêmes avec vos élèves ?

 

Toulouse - Cité espace - Ballon Spatiobus UEEE 2014

Un peu après le décollage, une autre photo prise par la nacelle du ballon lâché depuis
la Cité de l’espace. Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées / CNES

 

En savoir plus :

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 13:20

Hubble - Belles images - best pictures - GalaxiesUne très belle image prise en septembre 2009 par l’instrument Wide Field Camera du télescope
spatial Hubble. Duel entre deux galaxies… Un moment d’une grande gravité. Tôt ou tard, notre
voie lactée et la galaxie Andromède, notre voisin immédiat, pourraient connaître le même sort.
Rassurez-vous : pas avant quelques centaines de millions d’années.
Référence de l’image : 2MASX J06094582-2140234 Crédit image : NASA /ESA

 

Jours J pour les nuits des étoiles

Vous ne verrez pas un tel spectacle à l’œil nu : cette image spectaculaire provient du télescope spatial Hubble. Par contre, comme chaque année, début août, c’est l’occasion d’observer le ciel nocturne à l’œil nu ou à travers lunettes et télescopes : les nuits des étoiles sont de retour, un peu en avance par rapport aux dernières éditions.

C'est le rendez-vous incontournable entre les amateurs passionnés d'astronomie et le grand public. En 2014, c'est la 24ème édition. Elle a lieu les 1er, 2 et 3 août 2014, partout en France. Les membres des clubs et association d'astronomie se mobilisent toujours beaucoup pour cette occasion : plusieurs centaines de sites accueillent le public pour observer le premier quartier de la lune, les étoiles, les planète et les objets célestes, discuter avec les amateurs et, c'est le thème de l'année 2014, comprendre ce que nous apprennent les comètes et savoir pourquoi l'Agence Spatiale Européenne va bientôt faire atterrir Philae, le passager de la sonde Rosetta sur la comète Churyumov Gerasimenko (67P si vous préférez...)

 

Les cieux avec les amateurs de ciel étoilé…

Après la soirée du 1er août à la Cité de l’espace, c’est à Ramonville Saint-Agne, place Jean-Jaurès, que Planète Sciences Midi-Pyrénées proposait une soirée d’observation ouverte à tous le samedi 2 août.

 

Un ciel du tonnerre !

Vers 19h30, personne n’y croyait : un ciel totalement couvert avec des nuages orageux. L’orage a été court mais a eu le mérite de complètement dégager l’horizon. Vers 21h30, un très beau ciel au-dessus de Ramonville Saint-Agne redonnait le sourire aux organisateurs et aux amateurs mobilisés pour l’occasion.

 

Nuit des étoiles 2014 - Planète Sciences - Ramonville - SUn ciel sans nuages pour les observations pendant la nuit des étoiles à Ramonville Saint-Agne.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées.

 

En cas de mauvais temps, des projections et des animations étaient prévues en intérieur : découverte des planètes, distance dans l’univers, formation des cratères de la Lune et de Mercure, mouvement des comètes et trajectoires de Rosetta, démonstration de logiciels d’initiation à l’astronomie…

 

Nuit des étoiles 2014 - Planète Sciences Midi-Py-copie-1Nuit des étoiles 2014 - Planète Sciences Midi-PyrénéesLes animations proposées pendant la nuit des étoiles à Ramonville Saint-Agne.
Evidemment, les comètes sont à l'honneur en août 2014.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Le public nombreux en a profité mais c’est quand même plus sympa de pouvoir observer le ciel directement, à l’œil nu ou avec des lunettes et des télescopes. « Oh !!! », le cri du cœur de ceux qui regardent pour la première fois dans l’oculaire d’un télescope et découvrent les cratères de la Lune ou les anneaux de Saturne. Explications scientifiques, histoire de l’astronomie ou contes et légendes : il y en avait pour tous les goûts avec la douzaine d’animateurs de Planète Sciences Midi-Pyrénées et les curieux sont restés très tard derrière la médiathèque et le cinéma L’Autan de Ramonville.

 

Nuit des étoiles 2014 - Planète Sciences - Ramonville SaiDes télescopes et des lunettes à l’œil : éducation populaire et soirée ouverte à tous pour la nuit
des étoiles à Ramonville Saint-Agne… Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées.

 

Le rendez-vous de l’été en région Midi-Pyrénées : le Festival d’Astronomie de Fleurance

Dans le Gers, à Fleurance, c’est également la 24ème édition du Festival d’Astronomie, du 2 au 8 août 2014. C’est très certainement la manifestation annuelle d’astronomie la plus importante. Elle illustre comment une ville dynamique du département du Gers, qu’on associe plutôt au canard et au foie gras, a su transformer une opération ponctuelle, la nuit des étoiles, en un évènement important qui fait désormais partie de la carte d’identité du pays des Portes de Gascogne.

 

De la gastronomie à l’astronomie

Le Festival de Fleurance évolue en restant fidèle aux principes qui ont fait son succès : ouverture à tous, participation des meilleurs spécialistes, convivialité.

Festival astronomie - Fleurance - août 2014

L'affiche du festival
d'astronomie de Fleurance

Un programme très riche, avec trois volets principaux : 

  • Le 24ème Festival d’Astronomie (du dimanche au vendredi). Chaque jour sont proposés deux cycles de « grandes conférences » (tous publics), trois cycles de formation, quatre grands ateliers, des soirées d’observation, des animations et expositions et les évènements du « off » (tous publics).
  • Le 9ème Festival Astro-Jeunes (du dimanche au vendredi), avec des matinées d’activités (5 niveaux), une mission scientifique (cette année encore, Planète Sciences Midi-Pyrénées est partenaire de l’atelier ballon stratosphérique), un grand jeu, des ateliers et des rencontres.
  • Le 6ème Marathon des sciences (le samedi).


Festival astronomie - Fleurance - Nuit des étoilesA Fleurance, le grand rendez-vous des passionnés d’astronomie en région Midi-Pyrénées

 

Le Festival de Fleurance est le temps fort d’une activité de loisirs et de formation qui se déroule tout au long de l’année à l’initiative de trois associations locales qui portent ensemble un projet de culture scientifique sur le thème des sciences de l'Univers et de la Terre :

  • L’association du Festival International du Ciel et de l'Espace qui assure l'organisation d’évènements ponctuels, notamment le Festival d'Astronomie de Fleurance, le Marathon des sciences et le Festival Astro-Jeunes
  • L’association A Ciel Ouvert qui a en charge la conception et la mise en oeuvre des contenus pédagogiques et dispose des ressources humaines et matérielles nécessaires à ces activités
  • L’association La Ferme des Etoiles qui gère l'hébergement.

Ces trois structures sont regroupées sous le label commun : « Le Monde de la Ferme des Etoiles », parrainé par Hubert Reeves et associé au CCSTI de la Région Midi-Pyrénées « Science et Animation ». Elles bénéficient du soutien de la Ville de Fleurance, la Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise, le Pays Portes de Gascogne, le Département du Gers et la Région Midi-Pyrénées.

 

Pour aller plus loin : la campagne d'astronomie de Planète Sciences à Molines-en-Queyras

Planète Sciences - Campagne astro 2014 -Molines

Affiche de la campagne astro de Molines-en-Queyras

Comme chaque année, le secteur astronomie de Planète Sciences organise sa campagne d’astronomie, d’observation et d’expérimentation au mois d’août.

Du 15 au 24 août 2014, c’est un moment associatif dédié à la formation, à l’échange, au partage et à la détente.

Dans un cadre dépaysant, sur la commune de Molines-en-Queyras, dans les Hautes-Alpes à 2000 m d’altitude, la Campagne Astro offre un ciel nocturne de très bonne qualité. C’est surtout l’occasion de rencontrer d’autres Astronomes amateurs et de monter, en équipe, un véritable projet expérimental en astronomie. 

Les participants, les "campagnards" auront à leur disposition des télescopes, lunettes, paires de jumelles, matériel de prise de vue (webcam, caméras CCD, appareils photos numériques), matériel pédagogique, ...) afin de réaliser projets et ateliers. À peu près toutes vos envies et idées seront réalisables ! Sauf peut-être envoyer un vaisseau dans l’espace : pour cela, il faut plutôt aller au C'PACE organisé à Biscarosse par le CNES et Planète Sciences. On en reparlera...

 

Etoiles filantes et plans sur la comète : quoi de NEF ?

A l’origine, la Nuit des étoiles, lorsqu’elle donnait lieu à une grande émission en soirée sur France 2 s’appelait « Nuit des étoiles filantes ». Vous vous souvenez peut-être des interventions passionnées d’Hubert Reeves, Oliver Las Vergnas, Eric Piednoël, Thierry Midavaine, Patrick Roth, Alain Cirou, Marie-Odile Monchicourt et bien d’autres « mordus », avec les petites surprises du direct et des duplex avec des sites et des manips étonnantes (le premier lâcher de ballon de Planète Sciences sur le plateau principal à la Cité de l’espace en 1997 pour la 7ème édition par exemple) qui devaient donner des sueurs froides à Laurent Cabrol puis Claude Sérillon qui présentaient l’émission.

 

Pluie d’étoiles filantes ou pluie tout court

L’évènement imaginé par l’Association Nationale Sciences Techniques Jeunesse (désormais Planète Sciences) avec l’Association Française d’Astronomie (AFA) s’appuyait sur au moins quatre ingrédients pour inciter le grand public à s’intéresser: la période des vacances d’été, l’intérêt d’une grande chaîne de télévision pour une émission scientifique à une heure de grande écoute, la forte mobilisation des clubs d’astronomes amateurs, le nombre important d’étoiles filantes visibles pendant la période des Perséides, avec un maximum en gros au cours de la deuxième semaine d’août.

Si vous n’avez pas encore regardé le ciel nocturne cet été ou si vous avez surtout vu des nuages jusqu’à présent, rien n’est perdu : il y a des étoiles filantes en nombre pendant une période d’un mois centrée sur le 12 août. Ne tardez pas trop : la période qui suit la nouvelle Lune, avec un ciel obscur, permet des conditions d’observation optimales.

Les étoiles filantes, quel rapport avec les comètes ?

Lorsqu’une comète se rapproche du soleil, la température de la surface de son noyau augmente : des poussières se subliment et sont arrachées du noyau. Les débris créés se dispersent le long de l’orbite de la comète.

L’augmentation du nombre de météores, les pluies d’étoiles filantes, se produit lorsque l'orbite de la Terre autour du soleil croise celle d'une comète : le nuage de poussières laissé par la comète brûle dans l’atmosphère terrestre et crée le spectacle qui donne l’occasion de faire un vœu. Attention, cela ne veut pas dire que la comète est proche de la Terre : les poussières proviennent des passages anciens.

C’est la comète Swift-Tuttle, découverte en 1862, qui est à l’origine des Perséides. Sa période de rotation autour du soleil est de 130 ans.

 

Début août, un autre rendez-vous important pour Rosetta et Philae…

Pour une mission qui a été lancée il y a plus de dix ans, on peut se dire qu’on peut prendre des vacances de temps en temps…

Pas en août 2014 ! Après un voyage à travers le système solaire de plus de 6 milliards de km, une période d’hibernation suivie d’un réveil un tout petit peu tardif, la sonde européenne Rosetta a enfin rendez-vous avec la comète Churyumov-Gerasimenko : le 6 août, la sonde sera à seulement 100 kilomètres du noyau de la comète 67P (Halley, c’est le numéro 1P dans le catalogue des comètes périodiques). Un record…

 

Un seul pépin : le noyau est double

Les instruments de Rosetta ont déjà fourni depuis quelques semaines des images très détaillées du noyau de la comète et notamment permis de constater qu’il dégazait beaucoup et que le noyau avait une forme étonnante, avec pratiquement un double noyau. Certains le comparent à une cacahuète ou un jouet en forme de canard

 

Rosetta - Osiris - Comète - 1000 km - 01-08-2014 Rosetta - NavCam - Comète - 500 km - 02-08-2014

Rosetta en approche du noyau de la comète Churyumov–Gerasimenko. A gauche image prise par la
caméra OSIRIS à champ étroit le 1er août 2014 à 2h48 UTC. La distance est d’environ 1000 km.
Le point sombre est un artefact. A droite, image prise par la caméra de navigation NAVCAM le
2 août 2014 à une distance de 500 km du noyau. L’image a été agrandie par une technique
d’interpolation. Crédit image : ESA / Rosetta/ MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA.

 

Même si la tentative d’atterrissage de Philae n’est prévue que le 11 novembre 2014, les semaines qui viennent vont être cruciales : les caméras de Rosetta vont cartographier en détail la surface du noyau, avec des détails beaucoup plus fins que sur les images obtenues jusqu’à présent.

En général, pour une mission spatiale, les ingénieurs cherchent à tout planifier à l’avance. Ici, par définition, impossible avant d’être à proximité du noyau de choisir le site d’atterrissage de Philae.

 

Ville rose et pierre de Rosette

C’est ce que devront faire d’ici la fin de l’été les scientifiques des laboratoires impliqués dans la mission avec les équipes du CNES : c’est au Centre Spatial de Toulouse qu’est installé le centre des opérations scientifiques de Philae. Un choix important : d’abord pour assurer le succès de cette nouvelle phase critique, une première mondiale, l’atterrissage d’un vaisseau spatial sur le noyau d’une comète, ensuite pour permettre les mesures scientifiques les plus intéressantes.

Une fois posé sur le noyau, Philae est conçu pour fonctionner de quelques jours à quelques semaines. Le vaisseau principal, Rosetta, devrait accompagner la course de la comète jusqu’en décembre 2015.

Rosetta---Au-plus-pres-du-noyau-de-la-comete---Un-canard.jpg

Le jeu du canard : un canard est caché
dans cette image du noyau de la
comète. Saurez-vous le trouver ?

Les comètes font partie des objets les plus primitifs du système solaire. Rosetta devrait fournir des éléments de réponse à trois questions principales :

  • Comprendre comment les planètes du système solaire se sont formées
  • Déterminer le rôle des comètes comme source d'eau et de matière organique sur Terre.
  • Apporter des éléments de réponse à la question du rôle des comètes dans l'apparition de la vie sur Terre.

On reparlera prochainement des instruments que Rosetta et Philae emportent avec eux pour répondre à ces questions.

Les premières mesures de température du noyau de la comète Churyumov–Gerasimenko ont été réalisées entre le 13 et le 21 juillet par VIRTIS, le spectromètre imageur à infrarouge thermique de Rosetta, conçu par le laboratoire INAF-IAPS de Rome (Italie). Alors que la comète se trouve à environ 555 millions de kilomètres de la Terre, la température moyenne de la surface du noyau est de -70°C, ce qui indique que le noyau serait majoritairement couvert de poussière plutôt que de glace (la température aurait été plus basse, entre -90°C et -100°C selon les estimations des scientifiques). Cela confirme les observations précédentes, montrant que le noyau de la comète a une faible réflectance (surface sombre).

 

Rosetta - VIRTIS - Mesure température noyau comèteLes premières mesures de températures du noyau de la comète Churyumov–Gerasimenko réalisées
par l’instrument VIRTIS de la sonde Rosetta. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Astronomie et espace : d’autres rendez-vous pendant l’été.

A côté des manifestations et des rendez-vous déjà présentés, tous ceux qui s’intéressent à l’astronomie et à l’astronomie spatiale en particulier auront une actualité très riche dans les semaines qui viennent :

  • « Go for Science » : d’abord une nouvelle de la fin du mois de juillet… 7 mois après son lancement par une fusée Soyouz, Gaia va maintenant démarrer sa mission scientifique à 1,5 millions de kilomètres de la Terre. Gaia va effectuer une nouvelle cartographie 3D du ciel : un milliard d’étoiles vont être observées en moyenne 70 fois dans les cinq années qui viennent pour déterminer leur distance précise mais aussi leur magnitude, leur température et leur composition. La revue tenue à l’ESTEC le 18 juillet 2014 a déclaré Gaia « bon pour le service » : les 106 CCD du plan focal fonctionnent, L’horloge atomique au rubidium et le traitement des données à bord fonctionnent bien. Les deux télescopes sont réglés et focalisés pour l’ensemble du plan focal, la rotation du satellite autour de son axe est calée, l’antenne de transmission fonctionne bien et transmet correctement l’ensemble des données, les manœuvres orbitales ont été très précise et laissent une bonne marge de carburant pour la suite et le système de contrôle d’attitude à gaz froid consomme suffisamment peu pour permettre une extension de mission d’au moins un an. L’ensemble des segments sols et des centres de traitement (DPAC) ont été testés et vérifiés, dont l’archive centrale des données gérée par le CNES à Toulouse. Quelques anomalies détectées pendant la phase de recette en vol restent à bien comprendre et à corriger ou contourner :
    • la présence d’eau gelée (contamination) sur certains éléments optiques : le réchauffage des miroirs permet de l’éliminer.
    • Une lumière parasite (« stray light ») supérieure aux prévisions. Elle semble provenir à la fois de réflexion de la lumière par l’extrémité du bouclier thermique et du ciel étoilé lui-même. Elle pourrait entraîner une dégradation de précision de mesure pour les étoiles au-delà de la magnitude 15. Pour les étoiles peu lumineuses, l’impact concerne surtout l’instrument RVS (Radial Velocity Spectrometer)
    • Des variations de l’angle entre les deux télescopes, mesurées par un instrument appelé « basic angle monitor », plus importantes que prévu. Les investigations se poursuivent… Je vous recommande cet article du blog Rêves d’espace pour des explications plus complètes en français. La première version du nouveau catalogue d’étoiles devrait être publiée durant l’été 2016.
  • Entre le 3 et le 6 août 2014, c’est donc la phase des dernières manœuvres de freinage de Rosetta pour ajuster sa trajectoire sur celle de la comète. Les premières manœuvres ont été effectuées depuis le mois de mai : avec plusieurs freinages, Rosetta, qui allait plus vite que la comète, a déjà réduit sa vitesse de 2800 km/h. Le 3 août, une nouvelle réduction de vitesse de 3,2 m/s de Rosetta a parfaitement fonctionné. La dernière manœuvre, un freinage de 1 m/s, sera effectuée le 6 août, la date du rendez-vous officiel, à 55000 km/h quand même… Selon l’activité du noyau de la comète, la distance de Rosetta pourrait atteindre 30 km voire 10 km.
  • Le 6 août, on va également fêter le deuxième anniversaire de l’atterrissage de la mission MSL Curiosity à la surface de Mars. Pour information, la première année martienne, c’était le 24 juin 2014, correspondant à 687 jours terrestres. Curiosity a atteint la base du mont Sharp.
  • Du 15 au 24 août, la campagne astronomie de Planète Sciences à Molines-en-Queyras sera aussi l’occasion de reparler de ces missions scientifiques.

 

La mise en orbite de Rosetta autour de la comète. Crédit image : ESA

 

En savoir plus :

Repost 0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 20:39

 

Trophées de robotique 2014 - Phase finale

Samedi 29 mars à la Cité de l’espace : un des matches de l’édition 2014 des Trophées de robotique
organisés par Planète Sciences Midi-Pyrénées. La silhouette des mammouths rappelle le thème
retenu : la préhistoire. Crédit image : Gédéon

 

Il a fallu trois manches pour départager les deux finalistes, le club Robotronik de Figeac et l’équipe du Lycée Vieljeux de La Rochelle. C’est finalement l’équipe du Lycée Vieljeux qui monte sur la plus haute marche du podium.

Cette année, 13 équipes participaient à la compétition et se sont retrouvaient samedi 29 mars à la Cité de l’espace pour l’homologation de leurs robots et le début des matches de qualification :

  •  Le lycée Léonce Vieljeux, La Rochelle : 88 points
  • Le club Robotronik, Figeac : 66 points
  • Les filles de La Rochelle, La Rochelle : 55 points  
  • PrehisTerrasse, Toulouse : 37 points.
  • Le Crew Magnon Bonnefoy, Toulouse : 34 points 
  • Le Lycée Aucouturier, Carmaux :33 points.
  • Les Cro-magons, de centre de loisirs de Ramonville SAint-Agne : 29 points.
  • Team mouth mouth, Albi : 27 points.
  • Les promeneurs du Tarn, Carmaux : 23 points. 
  • Le lycée Monteil Eurobot, Rodez : 22 points.
  •  L’équipe Bac Pro Elec de Carmaux :17 points.
  • C6PO, Perpignan : 16 points.
  •  Le collège Claude Nougaro, Toulouse : 10 points.

Le nombre de points indiqué correspond aux résultats des phases éliminatoires : huit équipes restaient alors dans la course pour la phase finale. Les résultats complets de tous les matches sont publiés sur les pages trophées de robotique du site de Planète Sciences.

 

Trophées de robotique 2014 - équipes - Planète SciencesDans les coulisses, les équipes attendent d'entrer sur le ring.
Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Préhistobot : dura lex silex

Les Trophées de robotique sont des défis scientifiques et techniques qui proposent à des équipes de jeunes participants (7 à 18 ans) de créer un robot filoguidé afin de découvrir, de façon ludique et pédagogique, les domaines de la robotique: mécanique, électricité, informatique et électronique.

Les équipes sont constituées d’au moins deux jeunes (1 pilote et 1 co-pilote), encadrés par un animateur ou un adulte responsable de l’équipe. Pendant 6 mois, elles doivent concevoir et construire un robot suivant un règlement original et ainsi mener leur projet à terme. Chaque année, le règlement se renouvelle et un nouveau thème y est abordé. Le thème 2014 ? La préhistoire…

 

Trophées de robotique 2014 - Cité de l'espace - qualificaUn terrain de jeu, un pilote, un co-pilote, des arbitres attentifs, des caméramen et un animateur
qui commente pour le public : 90 secondes chrono pour une compétition amicale entre deux
robots filoguidés. Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Pendant les matches, les équipes s’affrontent pour vérifier que leurs robots est capable de remplir sa mission, en tentant de réaliser plusieurs actions, de niveaux de difficulté croissants. Chaque match dure 1 minute et 30 secondes. La compétition est un prétexte pour échanger avec les autres équipes. Les règles du jeu sont conçues de telle manière que la coopération, permet également de marquer des points (au moins pendant les phases éliminatoires.

 

Trophées de robotique 2014 - Pilote - Planète SciencesConcentration et bonne humeur pendant les matches.
Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Même si les matches sont le moment le plus spectaculaire, ce n’est qu’une petite partie de la vie du robot, pendant laquelle les équipes de jeunes vivent un vraie démarche de projet, très formatrice pour découvrir un projet industriel ou de recherche.

Un système de blogs conçu par Planète Sciences est mis à disposition des équipes pour communiquer tout au long du projet et présenter l’avancement des robots et les moments marquants de leur fabrication. Je vous encourage à les visiter pour vous faire une idée de l’ingéniosité des participants et de l’intérêt pédagogique de ces projets techniques.

Cette année, les membres du jury, les arbitres et les organisateurs ont été surpris par la qualité technique et l’originalité des dispositifs imaginés par les participants.

 

En route vers la finale nationale et la finale européenne…

Les deux finalistes des qualifications Grand Sud-Ouest sont sélectionnés pour participer à la finale nationale qui réunit les 60 meilleures équipes de France. Une troisième équipe, celle de PrehisTerrasse (du quartier La Terrasse à Toulouse) y participera également : elle a reçu le prix spécial du jury remis par Michel Taïx, chercheur de l’équipe GEPETTO au LAAS-CNES.

Après une très belle édition toulousaine en 2013, la finale nationale se déroulera les 12 et 13 avril 2014 à Saint Quentin. La finale européenne, Eurobot Junior, réunit les meilleures équipes de chaque pays.

 

Pour les plus grands

A côté des trophées de robotique, il existe également La Coupe de France de Robotique (ancienne Coupe E=M6 de Robotique) un concours coorganisé par l'association Planète Sciences et le ville de la Ferté-Bernard. Elle a lieu tous les ans à la Ferté-Bernard dans le cadre du Festival ARTEC. Créée, à l'origine, en partenariat avec la société VM Productions, (producteur jusqu'en 2005 de l'émission E=M6), la Coupe de France de Robotique reprend chaque année le thème des Trophées. La grande différence : les robots sont autonomes. Il n’y pas de pilote et c’est le logiciel embarqué qui est au commande du robot.

 

Trophées de robotique 2014 - équipe ENAC - Planète ScienL’équipe de l'ENAC explique au public les défis de la programmation des robots.
Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

S’initier à la robotique et à l’informatique

A côté des matches, des animations, des conférences, des présentations des nouvelles technologies, etc., sont organisées par Planète Sciences Midi-Pyrénées et ses partenaires. Elles offrent au public et aux participants la possibilité de découvrir les sciences et techniques d’une manière différente et d’échanger avec des professionnels, des passionnés, des étudiants et d’autres jeunes ayant réalisé des projets similaires.

Les ateliers de programmation de petits robots mobiles ont rencontré un grand succès.

 

Trophées de robotique 2014 - atelier programmation robotLa programmation de robots mobiles : un des ateliers proposés pendant les trophées de robotique
dans le hall de l’Astralia à la cité de l’espace. Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Arduino Day

Une nouveauté en 2014 : un Arduino day organisé avec plusieurs associations et des « mordus » souhaitant partager leur passion avec le grand public. Des réalisations étonnantes ou spectaculaires étaient présentées : une table traçante murale, un robot à deux roues qui « roule debout », un drone, un rover martien, etc.

 

Trophées de robotique 2014 - Arduino dayL’Arduino day pendant les Trophées de robotique : quelques exemples des réalisations présentées.
Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Les Trophées de Robotique Midi-Pyrénées sont organisés par Planète Sciences Midi-Pyrénées en partenariat avec la cité de l’espace, la mairie de Toulouse, la Région Midi-Pyrénées, l’Université de Toulouse, l’ISAE (Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace), le LAAS – CNRS, Snootlab, Linux Edu et Icom.

Une telle opération ne pourrait pas avoir lieu sans la participation actives des nombreux bénévoles de Planète Sciences Midi-Pyrénées, des autres délégations du réseau Planète Sciences et des animateurs et des enseignants qui encadrent les équipes..

 

Trophees-de-robotique-2014---equipe-Planete-Sciences.jpgL’équipe d’organisation des Trophées de robotique : la photo-souvenir après la remise des prix.
Crédit image : Gédéon - Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Dans toute la France, sept rencontres régionales sont organisées par les délégations régionales de Planète Sciences : Picardie/Nord Pas-de-Calais, Ile-de-France, Bretagne, Sarthe, Midi-Pyrénées, Méditerranée, Rhône.

 

En savoir plus :

 

 
Repost 0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 12:58

  PISA 2012 - Résultats - Système éducatif - OCDE

Enquête PISA 2012 : extrait de la couverture du rapport de l'OCDE. Source : OCDE

 

Le classement des meilleures pizzas du monde ?

Pas vraiment...

PISA est un acronyme qui signifie « Program for International Student Assessment » ou « Programme international pour le suivi des acquis des élèves ».

Il s’agit d’une enquête à grande échelle menée par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pour évaluer les capacités des élèves et la performance des systèmes éducatifs dans le monde. Cette évaluation internationale est réalisée tous les trois ans dans les pays de l'OCDE et ses partenaires. L’objectif est de comparer la performance des différents systèmes éducatifs en évaluant les capacités des élèves de 15 ans dans trois domaines : la lecture, les mathématiques et les sciences.

L'étude est menée tous les 3 ans depuis 2000. L'enquête 2012 est la cinquième édition.

 

PISA : on va en faire tout un fromage

Les résultats de l'enquête Pisa 2012 (Programme pour le suivi des acquis des élèves), rendus publics le 3 décembre 2013 par l'OCDE, ne sont pas bons pour la France.

Evidemment, comme pour tout classement, il faut tenir compte du « thermomètre » utilisé et du contexte local. L’OCDE rappelle la prudence nécessaire dans toute comparaison : « les pays ne sont pas nécessairement comparables entre eux". Les critères d’évaluation peuvent favoriser certaines méthodes éducatives, très différentes d’un pays à l’autre.

Néanmoins, c’est un indicateur à prendre en compte. Sa valeur provient de la démarche rigoureuse mise en œuvre et des possibilités de voir les évolutions au fil du temps (voir l’article sur les résultats de l’enquête PISA 2009).

On peut également discuter la notion de « performance » d’un système éducatif mais les faits sont têtus et aucun individu, avec un peu d’esprit scientifique, ne contestera l’intérêt de se confronter à la réalité et de procéder à une évaluation rigoureuse de ses hypothèses.


Mention passable, du relâchement... L’élève France doit mieux faire

En 2012, avec 499 points, la France occupe la 25ème place des 65 pays classés, avec des résultats moins bons qu’en 2003. En 2009, la France était à la 22ème position. C’est en mathématiques que la baisse est la plus sensible (495 points en 2012 contre 511 en 2003).

Les résultats sont stables en lecture (505 points) et la situation s’améliore un tout petit peu en science (499 points).

 

Echec en maths

En regardant les détails, il faut certainement relativiser les titres choisis par les médias qui évoquent un « décrochage important » ou « une nette dégradation du éducatif français s'est nettement dégradé ». Evidemment, un pays qui veut rester influent et dans le classement de tête des économies mondiales, ne peut pas se contenter d’être « dans la moyenne ».

Au moment où on parle tant de nouvelles méthodes pédagogiques, de refondation de l’école et de réforme des rythmes scolaires, il serait bon de relire les contributions de Célestin Freinet, Gaston Bachelard ou d’André Giordan.

Et se convaincre également que l’éducation ne se fait pas uniquement à l’école…Et que les personnels de l'éducation nationale ne sont pas les seuls acteurs.

 

Enquête PISA - OCDE - Classement 2012 - FranceEnquête PISA 2012 : le classement des pays. La France en 25ème position. Source : OCDE

 

Egalité et performance : certains pays y parviennent 

Au-delà des capacités des élèves, le classement et son analyse permettent de comparer les résultats des politiques et des systèmes éducatifs.

C’est à ce niveau que le rapport de l’OCDE est le plus intéressant pour les acteurs de l’éducation.

Par exemple, les responsables et les animateurs de Planète Sciences ou d’autres associations de diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle, se posent régulièrement des questions sur leurs pratiques éducatives et la manière de concilier « atteindre le niveau le plus élevé possible » et « donner accès au plus grand nombre ». La lecture du rapport complet va certainement alimenter le débat.

 

Ecole à deux vitesses : l’écart se creuse

Les résultats 2012 de l’enquête PISA montrent malheureusement que les écarts se creusent entre les bons et les mauvais élèves, en particulier en mathématiques avec une augmentation de la part des élèves en grande difficulté. Ils montrent aussi l’influence déterminante de l'origine sociale des élèves. Selon l’OCDE, la France fait ainsi partie des pays où cet écart est le plus accentué.

"En France, le système d'éducation est plus inégalitaire qu'il ne l'était neuf ans auparavant. En d'autres termes, lorsqu'on appartient à un milieu défavorisé, on a aujourd'hui moins de chance de réussir en France qu'en 2003".

 

Voyages d’étude en vue

Il est très préoccupant que notre école réussisse aussi mal avec les élèves en difficulté. D’autres pays, comme l'Allemagne, ont bien réussi à améliorer leurs résultats globaux tout en réduisant l'écart entre élèves favorisés et défavorisés.

En Europe, les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne L'Estonie, la Pologne, l'Irlande, la Slovénie sont mieux classés la France. La Finlande, longtemps considérée comme un modèle éducatif, est rétrogradée dans le classement à la douzième place.

Comme en 2009, les pays Asiatiques squattent toutes les premières places, avec la Chine, Singapour, Hong Kong, la Corée du Sud, Macao et le Japon.

 

Enquête PISA - Comparaison des pays OCDE

PISA 2012, le grand défi : concilier réussite et égalité des chances. Source : OCDE

 

En savoir plus :

 

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 07:47

 

Novela - Ciel en fête - 2013 - Cité de l'espaceSeptembre 2013, la Novela est de retour avec son volet spatial consacré cette année à l’astronomie,
quelques semaines avant le lancement de la sonde Gaïa.

 

Partager les savoirs…

C’est parti pour la Novela 2013, la fête connaissance, organisée par Toulouse Métropole, le grand rendez-vous de la culture scientifique technique et industrielle de la ville rose.

La cinquième édition de la Novela a démarré le 27 septembre 2013, avec un programme d’activités très riche et très varié jusqu’au 13 octobre 2013 : les colporteurs des savoirs, la soirée des novélisés (le 4 octobre), Rendez-vous au village du Quai des savoirs, penser et vivre ensemble, Toulouse numérique, Passions Gaïa, sans oublier les activités spatiales.

Après les 25 ans du premier satellite Spot, l’océanographie spatiale, l’année 2013 propose un rendez-vous au plus près des étoiles pour découvrir la Terre dans son univers.

 

A Toulouse, capitale européenne du spatial

Le 27 septembre, c’était la grande soirée de lancement de Ciel en Fête avec une conférence d’Hubert Reeves, président de l’association Humanité et biodiversité, sur le thème « astronomie et écologie ». Un thème particulièrement d’actualité le jour de la publication du 5ème rapport du GIEC sur le changement climatique.

 

Réveil vert… Qui l’entend sonner ?

En un peu plus d’une heure, Hubert Reeves nous raconte l’histoire de l’univers dans lequel nous sommes nés, depuis la formation des atomes et des étoiles jusqu’à l’apparition de la vie et de l’homme sur la Terre. En nous rappelant comme l’intelligence humaine a engendré les dangers (pollution, changement climatique, destruction de la biodiversité) qui menacent notre propre existence, il incite chacun à agir à son niveau, en s’inspirant de l’action de John Muir, du Sierra club, avec la création du parc Yosemite et du Sequoia National Park, et des premiers écologistes californiens à la fin du XIXème siècle.

Il est très réjouissant et motivant de voir l'enthousiasme d'Hubert Reeves et sa détermination à agir et à convaincre les autres d'agir.

 

Hubert Reeves - Astronomie et écologie - Ciel en fête - 2Photomontage réalisé à partir de plusieurs photographies prises pendant la conférence
d’Hubert Reeves le 27 septembre 2013 à la Cité de l’espace. Crédit image : Gédéon

 

Pendant le week-end, les astronomes amateurs de la région Midi-Pyrénées proposaient au public de découvrir l’astronomie dans le parc de la cité de l’espace : observation au télescope ou à la lunette, animations pour les jeunes et les moins jeunes, avec bien sûr les incontournables fusées à eau.

 

Novela - Ciel en fête - Animations astronomie - 2013Les animations de Ciel en Fête dans le parc de la Cité de l’espace.
A droite, une paire de jumelle assez inhabituelle. Crédit image : Gédéon

 

Toute l’histoire de l’univers en une année…

Parmi ces animations, une de celles proposées par l’observation de Sabarat faisait écho à la conférence d’Hubert Reeves.

Il s’agit d’une fresque de plusieurs mètres de longueur sur laquelle l’histoire de l’univers, depuis le Big bang il y a environ 14 milliard d’années (les derniers résultats de la mission Planck donnent 13,819 milliards d’années) jusqu’à aujourd’hui, est ramenée à la durée d’une année terrestre (365 jours) : une journée représente environ 38 millions d’années et une heure correspond à 1,6 millions d’années

 

Du big bang à l'homo sapiens - Fresque observatoire sabarat

La grande fresque conçue par l’équipe d’animation de l’observatoire de Sabarat : toute l’histoire
de l’univers en un an. Crédit image : Gédéon.

 

A cette échelle, notre galaxie se forme un peu avant le printemps. Notre système solaire naît le 3 septembre. La naissance de la vie sur Terre avec les premières bactéries correspond au début de l’automne. C’est autour de noël que reptiles, premiers dinosaures et premiers mammifères apparaissent.

Et toute l’histoire de l’homme, depuis Toumaï au Tchad il y a environ 7 millions d’années, tient en une seule journée : la journée du 31 décembre. Plus précisément, notre homo sapiens arrive seulement vers 23h53.

Le réveillon un peu trop arrosé l’a peut-être amené à faire quelques bêtises en poussant un peu trop les radiateurs juste avant le nouvel an.

En espérant qu’on reparte sur des bonnes bases dans le futur, bonne Novela née !

 

Pour découvrir les métiers de l’espace : l’espace des métiers

Un des prochains rendez-vous importants de la Novela 2013, en tout cas pour son volet spatial, est l’espace des métiers, à la Cité de l’espace. Il aura lieu le jeudi 10 octobre. Pour sa troisième édition, ce forum des métiers aborde le thème de l’astronomie. Une occasion de découvrir tous les métiers du spatial, de la construction des satellites jusqu’à l’exploitation des données qu’ils transmettent, pour la recherche ou pour notre vie quotidienne.

L’espace s'adresse aux élèves et étudiants issus de collèges, lycées ou d’établissements d’enseignement supérieur qui s'interrogent sur leur orientation. Le forum s’articule autour de trois volets.

L’affiche de l’espace des métiers

 

Novela 2013 - Espace des métiers - Planète Sciences Midi-Pyrénées

Speed dating avec un chercheur ou un ingénieur

Le « speed dating » permet aux jeunes de rencontrer des scientifiques, ingénieurs, techniciens mais aussi des représentants de métiers auxquels on ne pense pas immédiatement. 3 à 5 jeunes, un professionnel, une vingtaine de minutes et l’appui de supports concrets : objet, maquette, photographie… Ces rencontres sont l’occasion de découvrir concrètement cette filière : de la recherche fondamentale jusqu'à la mise en oeuvre de modèles.

Quelques « mini-conférences » présentent concrètement ce que les technologies spatiales apportent. Cette année, il est bien sûr question d’astronomie et de distance des étoiles, de la naissance et d’évolution des galaxies, de l’âge de l’Univers…

Enfin, une table ronde sur les filières de formation permet aux scolaires, parents et individuels d’avoir les réponses à leurs questions sur les filières à suivre pour entrer dans les métiers du spatial et les aidera à faire le meilleur choix d’orientation.

 

Novela - Espace des métiers - formations et orientations -Découvrir les métiers du spatial avec l'espace des métiers. Un exemple pendant l'édition 2011.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

En savoir plus :

 

Suggestions d’utilisations pédagogiques en classe :

Participer avec votre classe à l’espace des métiers 2013 :

  • C’est jeudi 10 octobre 2013 à la Cité de l’espace, de 9h à 12h et de 13h30 à 16h pour les groupes scolaires sur inscription.
  • Le créneau de 16h30-18h30 est ouvert aux étudiants des classes préparatoires.
  • La table ronde est ouverte aux parents et aux individuels.
  • Entrée gratuite.
  • Pour participer : remplir la fiche d’inscription ou contacter Planète Sciences Midi-Pyrénées (0561731022).

 

 

 

Repost 0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:08

Cité espace - Nocturne - Ariane 5 - Feu artifice Feu d’artifice autour d’Ariane 5, à l’occasion d’une nocturne à la Cité de l’espace de Toulouse.
Crédit image : Gédéon

 

Des nocturnes pour découvrir la Cité de l’espace

La seconde soirée, c’était le jeudi 25 juillet, le jour du lancement de la 70ème fusée Ariane 5 qui emportait les satellites Alphasat et Insat-3D. Un évènement exceptionnel à la Cité de l’espace de Toulouse avec une projection du lancement sur… la fusée Ariane. Suivi d’un feu d’artifice. Impressionnant !

 

Des nocturnes qui éclairent…

Toute la soirée, des astronomes amateurs et des animateurs de Planète Sciences Midi-Pyrénées proposaient aux visiteurs de découvrir le ciel nocturne et de faire un peu connaissance avec les étoiles, les planètes et la Lune.

C’est le principe des nocturnes proposées par la Cité de l’espace : chaque jeudi de l’été entre le 18 juillet et le 22 août, la Cité de l’espace est accessible au public jusqu’à 23h avec, en plus, de nombreuses animations.

 

Un éclairage différent

C’est également l’occasion pour les petits et les grands de découvrir de manière inhabituelle les jardins, spécialement éclairés pour l’occasion, et les expositions de la Cité de l’espace : 2000m² d’espace d’exposition permanente récemment renouvelés et très réussis. Au moment du premier anniversaire de l’arrivée du rover Curiosity sur Mars, il ne faut surtout pas rater la très belle exposition temporaire sur Mars : elle sera retirée à la fin de l’été.

 

Cité espace - Nocturne - Eclairage parc - Allée infiniLe parc de la Cité de l’espace pendant la nocturne du 25 juillet 2013. Crédit image : Gédéon

 

Pendant les nocturnes, une partie des activités, qui se déroulent normalement à l’intérieur des bâtiments, sont proposées à l’extérieur. C’est le cas par exemple du pôle Météo où les prévisionnistes de Météo France partagent les secrets de la météorologie.

Observer les cratères de la Lune, Jupiter et ses satellites, les anneaux de Saturne ou simplement apprendre à se repérer dans le ciel et reconnaître les constellations : l’affluence autour des télescopes et des lunettes installés dans le parc montre que le public est toujours attiré par l’astronomie, surtout lorsque c’est en compagnie d’amateurs passionnés.

Pour terminer la soirée, un feu d’artifice autour de la fusée Ariane. Auparavant, les plus jeunes avaient fait décoller leurs fusées à eau.

Les visiteurs de la Cité de l’espace peuvent participer aux nocturnes sans supplément de tarif (demi-tarif à partir de 19h).

 

Cité espace - Nocturne - Ariane 5 - Public - Feu artifice

Un public nombreux pour les nocturnes de la Cité de l’espace. Crédit image : Gédéon

 

Etoiles doubles pour le jeudi 8 et le vendredi 9 août

Cette semaine, à la Cité de l’espace, c’est ration double pour les amateurs d’astronomie : une nouvelle nocturne est organisée le jeudi 8 août, immédiatement suivie de la 23ème édition de la Nuit des étoiles le vendredi 9 août, de 19h30 à une heure du matin, une grande soirée gratuite. Au programme, dans le parc de la Cité de l’espace :

  • A partir de 19h30, observation du Soleil et des tâches solaires.
  • A partir de 22h30, découverte du ciel avec des télescopes et des lunettes en compagnie d’astronomes amateurs des associations et des clubs de la région Midi-Pyrénées.
  • Spectacle de Planétarium « mesurer l’espace » et animation interactive « les distances dans l’Univers ».
  • Déambulation de robots lumineux « les Androlux »,
  • et de nombreuses autres animations proposées par les associations Planète Sciences Midi-Pyrénées et les Petits Débrouillards : ateliers de lecture de cartes du ciel, contes et légendes, exposition « A la découverte du système solaire », quizz spatial et ateliers scientifiques dans le labyrinthe de la galaxie…

Les tickets d’accès au Planétarium et à l’animation interactive seront distribués à l’entrée de la Cité de l’espace à partir de 19h30, dans la limite des places disponibles.

 

Cité de l'espace - Nuit des étoiles - Astronomie - PlanèDécouverte de l’astronomie avec les animateurs de Planète Sciences Midi-Pyrénées.
Crédit image : Gédéon

 

23ème édition : c’est en 1991 que la Nuit des étoiles voit le jour

A l’époque, le succès de la nuit des étoiles est le résultat de grandes idées qui se rencontrent : une initiative de l’association Planète Sciences qui cherche à développer ses clubs d’astronomie pendant l’été et le souhait de la chaîne de télévision France 2 de créer une émission scientifique populaire.

Les Nuits des étoiles 2013 auront lieu les 9, 10 et 11 août 2013. Partout en France et dans plusieurs pays d’Europe et d'Afrique, sur des centaines de sites, des amateurs et des professionnels proposent au grand public de découvrir le ciel nocturne et de s’initier à l’astronomie.

 

Le ciel à Cordes-sur-ciel : pas de cordes dans le ciel

Planète Sciences Midi-Pyrénées propose par exemple un autre site d’observation à Ramonville Saint-Agne (Ferme de Cinquante) le samedi 10 août. Le 6 août, en avance de phase, une soirée astronomie avait lieu à Cordes-sur-Ciel, dans le cadre d’une série d’animations proposées par le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES).

Pour la fin de la semaine, espérons que la météo reste suffisamment clémente pour permettre une observation des astres dans de bonnes conditions. Après l’épisode orageux et parfois la grêle du début de la semaine, Météo France annonce le retour d’un temps ensoleillé.

Même si France 2 ne propose plus de grande émission sur l’astronomie, la nuit des étoiles reste une opération très populaire qui mobilise un large public, avec un état d’esprit inchangé : une manifestation gratuite, ouverte à tous, la volonté d’un partage des connaissances et d’une découverte du ciel pour tous.

 

Arpenter les étoiles avec Gaïa : un milliards de pixels pour un milliard d’étoiles

Pour l’année 2013, le thème choisi pour la nuit des étoiles est « les distances dans l'univers ».

Un sujet pas tout à fait choisi au hasard : en novembre 2013, le satellite Gaia, conçu et construit par Astrium pour l'Agence Spatiale Européenne (ESA), sera lancé de la base française de Kourou en Guyane par une fusée Soyouz.

L’objectif de la mission Gaïa est d’améliorer notre connaissance de près d'un milliard d'étoiles de notre Galaxie ainsi que d’autres corps célestes. En effectuant une cartographie très précise des étoiles, Gaia va d'affiner les mesures effectuées par son précurseur Hipparcos lancé en 1989.

Petit bijou technologique, Gaïa pourra ainsi étudier des étoiles à luminosité très faible (allant jusqu'à une magnitude de 20), alors qu'Hipparcos ne pouvait détecter que des astres de magnitude plus élevée que 12,4.

On reparlera bientôt de cette mission exceptionnelle sur le blog Un autre regard sur la Terre : en octobre, l'astronomie est également le thème retenu pour le volet spatial de la Novela à Toulouse...

 

Gaia - Cartographie des étoiles - Plan focal -ESAGaia - Hipparcos - Comparaison précision - Catalogue étoilesCombien de millions de pixels, votre appareil photo numérique. Pour Gaïa, c'est un milliard !
Schéma du plan focal de la mission Gaïa et comparaison de la précision de mesure de différentes missions. Crédit image : ESA (Agence Spatiale Européenne)

 

En savoir plus :

 

Repost 0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 22:13

Ça y est : avec le début de l’oral de rattrapage du baccalauréat et la publication des résultats définitifs du bac, du brevet et des autres examens ou concours, c’est presque la fin de l’année scolaire et, avec l’été qui semble être enfin vraiment là, le début de vacances d’été bien méritées pour les élèves et leurs enseignants.

Pour Planète Sciences Midi-Pyrénées, c’est le moment de faire un premier bilan des opérations scolaires de l’année 2012-2013. Parmi celles-ci, nous n’avons pas encore eu l’occasion de parler des éditions 2013 des Rencontres Météo Jeunes et des défis solaires, deux opérations importantes qui marquent l’aboutissement de projets réalisés par des équipes de jeunes pendant l’année scolaire. Météorologie et énergie solaire ? Malgré la météo capricieuse en mai et juin, ces deux opérations ont connu un grand succès.


Pas de vacance pendant les vacances

En attendant la rentrée scolaire et le lancement des nouveaux projets, le rythme ne baisse pas pour autant : pour les équipes loisirs de Planète Sciences Midi-Pyrénées, l’été est la période la plus intense de l’année avec les séjours de vacances Planète Sciences, avec beaucoup de nouveautés en 2013.

 

10èmes Rencontres Météo-Jeunes : rendez-vous avec la météo

 

Rencontre Météo Jeunes - mai 2013 - Photo souvenirLa photo-souvenir des dixièmes Rencontres Météo-Jeunes. Crédit image : Météo-Jeunes

 

Les dixièmes rencontres régionales Météo-Jeunes (RRMJ) ont eu lieu à Toulouse, sur la météopole, le jeudi 23 mai 2013. Malgré la météo capricieuse du mois de mai, l’opération proposée par Météo-France, Planète–Sciences Midi-Pyrénées, l’Association des Anciens de la Météo (AAM), la SMF Météo & Climat et Infoclimat fut à nouveau un grand succès.

Le principe est simple : pendant l’année scolaire, en classe ou en dehors du temps scolaire, des groupes d’élèves travaillent en équipe sur un projet en lien direct ou indirect avec la météorologie ou le climat. Une fois par an, en mai, les différentes équipes se rassemblent à Toulouse pour présenter leurs travaux et participer à des ateliers proposés par Planète Sciences Midi-Pyrénées et les professionnels de la météo. Les mots clés : convivialité, bonne humeur et rigueur scientifique.

Au total, plus de 200 jeunes météorologistes des écoles, des collèges et même une classe d’un lycée d'Aix-en-Provence étaient présents. La remise des prix était présidée par Joël Collado.

Trois ballons sondes ont été lâchés à l’occasion de cette journée. Les balises de radiosondage fournies par Météo-France permettaient de suivre en temps réel la trajectoire et l’évolution des principaux paramètres. Les participants ont pu ainsi découvrir directement les profils de température et de pression et les changements de la direction des vents en fonction de l’altitude.

 

RRMJ 2013 - Relevé radio-sondage - Profil pression-tempérRRMJ 2013 - Relevé radio-sondage - Trajectoire - Ballon-soDeux illustrations montrant l’exploitation pédagogique de relevés de radiosondage.
En haut, profils d’évolution de la température et de la pression. En bas, trajectoire du ballon
représentée avec Google Earth. Lâcher effectué le 23 mai 2013 à la Météopole de Toulouse.
Crédit image : Météo France.

 

Si vous pensez comme nous que la météorologie est une excellente opportunité pour intéresser vos élèves aux sciences et techniques, contactez dès la rentrée Planète Sciences Midi-Pyrénées : les onzièmes Rencontres Régionales Météo-Jeunes devraient se dérouler le jeudi 22 mai 2014, toujours dans le Centre International de Conférences de Météo-France.

L’intérêt pédagogique des Rencontres Météo-Jeunes est reconnu par les professionnels : en 2010, la Société Européenne de Météorologie (l'EMS) lui a décerné son prix.

 

Les défis solaires 2013 : un vrai défi, trouver le soleil !

L’édition 2013 des défis solaires s’est déroulée du vendredi 31 mai au dimanche 2 juin 2013 à la Cité de l’espace à Toulouse.

Inutile de dire que le premier défi est de trouver le soleil à travers les nuages. Malgré la météo déprimante, la plupart des équipes inscrites ont fait preuve d’une grande ténacité et se sont présentées sur la ligne de départ pour les trois catégories d’épreuves : collèges (vendredi 31 mai), lycées (samedi 1er juin), enseignement supérieur et loisirs (dimanche 2 juin).

 

France - Nuages et pluie - Mai-Juin 2013La couverture nuageuse au-dessus de la France le 31 mai et le 2 juin 2013 2013. Composition
d’images prises par le capteur MODIS des satellites Aqua et Terra.
Crédit image : NASA / GSFC, MODIS Rapid Response

 

A partir d’un cahier des charges préparé par Planète Sciences Midi-Pyrénées et le lycée Déodat de Séverac, les participants doivent construire des mini-véhicules utilisant exclusivement l’énergie solaire pour fonctionner. Les équipes se retrouvent pour participer à plusieurs épreuves : courses de vitesse, slalom et endurance. La compétition est surtout une occasion de mener un projet technique multidisciplinaire en équipe tout au long de l’année scolaire.

 

Deloreane et General Lee : retour vers le futur et peur du shérif !

Contrairement à leurs noms de baptême, ce ne sont pas des véhicules de série… Team Solar 1, Delorean 39, Ch’ti Buggy, Labsun, Black Bird, Phoenix, Sunjet 09, General Lee : les noms des véhicules témoignent de l’imagination des équipes mais c’est surtout en consultant les dossiers techniques préparés par les concepteurs qu’on se rend compte de leur créativité et ingéniosité : mécanique et suspension, réduction des frottements, rendement des cellules et optimisation de l’énergie à bord, etc.

Au-delà de l’objectif principal de réalisation d’un projet technique selon une démarche industrielle, les défis solaires amènent les jeunes à se poser des questions sur le développement durable les énergies renouvelables et les transports.

 

Défis solaires 2013 - Planète Sciences Départ course lycDéfis solaires 2013 - Planète Sciences Midi-Pyrénées -L’édition 2013 des défis solaires. En haut, derniers préparatifs sur la ligne de départ avant la
course d’endurance des lycées. En bas, une des équipes pendant la remise des prix.
Crédit image : Gédéon / Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Le classement final et la liste des prix remis par le jury sont consultables sur le site de Planète Sciences Midi-Pyrénées. Une galerie plus complète de photographies des défis solaires est disponible ici.

Comme les Rencontres Météo Jeunes, les défis solaires sont le résultat d’un partenariat : ils sont co-organisés par Planète Sciences Midi-Pyrénées, Délires d’Encre, le Lycée Déodat de Séverac et la Cité de l’espace. Cette opération est rendue possible grâce au soutien de la Ville de Toulouse, de la Région Midi-Pyrénées et de l’Europe.

 

Des sciences pendant les vacances avec les vacances Planète Sciences

Si vos enfants n’ont pas pu profiter d’activités de découverte et de pratique des sciences et techniques pendant l’année scolaire, ils peuvent encore le faire pendant les vacances.

Des sciences en vacances ? Pas drôle... Si, au contraire !

Partir en séjour de vacances avec Planète Sciences Midi-Pyrénées, c'est se détendre, jouer, pratiquer les sciences pour le plaisir. C'est participer à une aventure passionnante en réalisant ses envies en se faisant de nouveaux amis.

Planète Sciences s’engage à proposer des séjours de qualité avec :

  • Des effectifs réduits (25 à 35 jeunes).
  • Des équipes compétentes et un encadrement important (un animateur pour cinq jeunes).
  • Du matériel spécifique pour mener à bien les projets scientifiques et techniques.
  • Des implantations soigneusement sélectionnées.

Il reste encore quelques places à la fin du mois de juillet et début août pour des séjours courts ou pour les activités du centre de loisirs sans hébergement de la Maison des Sciences à Ramonville Saint-Agne. Vous pouvez inscrire vos enfants en ligne sur le site qui présente tous les séjours du réseau Planète Sciences.

 

Planète Sciences - Séjours de vacancesLes séjours de vacances proposés par Planète Sciences Midi-Pyrénées pour l’été 2013

 

Du neuf en 2013 : la préhistoire

A côté des séjours de vacances traditionnel, les bénévoles du Planète Sciences Midi-Pyrénées innovent en 2013 en proposant un chantier de fouilles paléontologiques à Montréal du Gers. C’est dans le Gers…

Découvert en 1987, le gisement paléontologique de Montréal-du-Gers appartient à la Ville de Toulouse et est géré par le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse. C’est un des sites majeurs d’Europe et le gisement paléontologique le plus important découvert en France au 20ème siècle. Il est daté d’environ 17 millions d’années (période du miocène). Le gisement fait partie des différents inventaires de Patrimoine Géologique, et est considéré d’intérêt international.

De curieuses fouilles…

En partenariat avec le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, Planète Sciences Midi-Pyrénées a conçu un chantier de fouille conçu pour les adolescents. En alternant journées de fouilles et activités de loisirs, les participants, encadrés par un paléontologue et des étudiants en paléontologie pourront ainsi découvrir :

  • Activités de fouilles paléontologiques.
  • Dégagement, repérage, catalogue et conditionnement des fossiles pour le transfert au Muséum.
  • Rencontres et discussions avec scientifiques professionnels.
  • Sensibilisation au Patrimoine Géologique.

Avant de se lancer dans la grande aventure, les jeunes commenceront par découvrir les méthodes utilisées par les professionnels en paléontologie. Ensuite place à l’aventure avec au programme : observation, déduction, empreinte, identification, technique de terrain…

 

Sur la route des origines

Le site du gisement paléontologique de Montréal-du-Gers vient d’être réaménagé pour améliorer les conditions de travail et le confort des fouilleurs, pour permettre des visites pour le grand public et pour la protection des fossiles. L’inauguration aura lieu mercredi 10 juillet à 11h00. Une exposition itinérante « La Route des Origines » est visible à l’Hôtel de ville de Montréal-du-Gers.

 

En savoir plus :

Repost 0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 12:20

       

Trophées de robotique : concentration des pilotes pour les phases finales de la compétition.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées
 

 

Les robots envahissent la Cité de l’espace

Geotrouvetou, Les filles de la Rochelle, Cherry Shaker, Qui s’y frotte s’y pique, ou encore Les survoltés… Quelques exemples noms de robots ou d’équipes qui se retrouvaient le 30 et le 31 mars à la Cité de l’espace à Toulouse pour la finale 2013 des Trophées de robotique.

Malgré la météo, l’ambiance était effectivement survoltée avec 63 équipes venues de toute la France pour cette compétition qui est surtout un prétexte pour pratiquer les sciences et techniques de manière originale.

Dans le courant du mois de mars, sept qualifications régionales, auxquelles ont participé 239 équipes de jeunes, ont été organisées par les délégations de Planète Sciences : Bretagne, Ile de France, Méditerranée, Nord-Belgique, Rhône-Alpes, Sarthe et Midi-Pyrénées.


Tee-shirts roses dans la ville rose

A l’occasion du vingtième anniversaire des Trophées de robotique, c’est Planète Sciences Midi-Pyrénées qui organisait pour la première fois la finale nationale. Une manifestation très ambitieuse et une grande réussite, de l’avis de tous les participants et des partenaires de Planète Sciences (Mairie de Toulouse, Toulouse Métropole, Cité de l’espace, Région Midi-Pyrénées, Association des Amis de la Cité de l’espace, Robotics Place Midi-Pyrénées).

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - Les robots font  Une sortie au cirque pour fêter un anniversaire : 20ème édition des trophées de robotique
à la Cité de l’espace. Une installation exceptionnelle grâce à la compagnie de Bals et aux Petits
Cow-boys. Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées
 

 

Plusieurs établissements d’enseignement supérieur et des équipes de recherche (Université de Toulouse, LAAS-CNRS, ISAE) présentaient aux participants les filières de formation pour les métiers de la robotique, les activités de recherche et des démonstrations de robots utilisés dans les laboratoires toulousains.

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - LAAS - Cité de

Impressionnante démonstration du robot humanoïde NAO et explications de Michel Taix,
chercheur du LAAS. Des jeunes visiblement captivés et, très certainement, des vocations en vue.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Des associations (Les amis de la Cité de l'espace, LinuxEdu, Science Animation, Snootlab, Tétaneutral pour le Wifi et l'Internet pendant tout le week-end, la Compagnie de Bals pour le superbe chapiteau de cirque, Founambules pour les gradins, Le Petit Cowboy pour la vidéo et le son en live) et des entreprises (ICOM) participaient également à l’opération. Un grand merci en particulier à Raïssa Vignier, Elizabeth Germain, Laurent Garby, Patrick Dedieu, Rémi Boule, Jean-Jacques Runavot, Pierre Ollier, André Richard et leurs équipes.    

Au total 110 bénévoles encadraient les 700 jeunes participants !  

 

Les résultats des phases finales

Voici les résultats complets et quelques photographies qui vous donneront une idée de l’ambiance et de l’ampleur de la manifestation… Deux albums photos des journées de samedi et dimanches sont visibles sur Picasa.

Après une phase qualificative en quatre matches, 16 équipes ont été retenues pour la phase éliminatoire finale. Les résultats complets de tous les matches sont publiés sur le blog des trophées de robotique.

Le podium de l’édition 2013 des trophées de robotique est le suivant :

  • Le vainqueur est l’équipe Fatal Picards IV (10ème après les qualifications), de la Cité technique Jules Verne de Chateau-thierry (02) en Picardie.
  • La deuxième équipe, parvenue en finale est iBeauneBot’s (12ème après les matches de qualification) venant de Beaune (21).
  • Le troisième est Game team, vainqueur de la petite finale, arrivé en tête du classement des qualifications. L’équipe vient du collège Saint-Louis Saint-Clément de Viry-Châtillon (91). La petite finale l’opposait à Team party de Chambéry (73) qui prend la quatrième place.

Les trois premiers prix ont été remis par Bertrand Monthubert, mathématicien et Président de l'université de Toulouse III Paul Sabatier, Marie-Pierre Gleizes, professeur des universités et Vice-Présidente de la commission Recherche et Enseignement Supérieur à la Région Midi-Pyrénées et Catherine Guien, adjointe au maire de Toulouse, en charge de l’innovation et de la culture scientifique.

 

Trophees-de-robotique---2013---Troisieme-prix----copie-1.jpg

Trophées de robotique - 2013 - Deuxième prix - iBeauneBotTrophées de robotique - 2013 - Premier prix - Fatal Picard   La remise des trois premiers prix des Trophées de robotique 2013.  

Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

Les prix spéciaux du jury  

En marge des compétitions et du classement des épreuves, un jury constitué de représentants des partenaires de l’opération a rencontré toutes les équipes des Trophées de robotique. L'Association des amis de la Cité de l'espace était particulièrement représentée dans le jury. Après une délibération difficile, dix prix spéciaux ont été attribués : 

  • Prix de la démarche de projet : équipe Roboticks de l'école primaire Jean-Zay de Paris 14ème. Le pilote et le co-pilote sont des élèves de CP et CM1.

 

Trophées de robotique - 2013 - Démarche de projet - LAAS

Prix de la démarche de projet remis à l'équipe Robotix par Daniel Sidobre, chercheur au LAAS.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

  Trophées de robotique - 2013 - Prix du blog - Science Acco

Conception du robot de Sciences Accord avec Google Sketchup. Un peu plus que du
bricolage ingénieux, une vrai démarche de projet technique…
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

  • Prix d’encouragement : robot Gâteau Mobylette de l’Institut Médico-éducatif Europe de Les Ponts-de-Cé (49), près d’Angers.      
  • Prix de l’engagement : au robot Fourcade II et aux enseignants du Lycée Marie-Madeleine Fourcade à Gardanne, suivi par Planète sciences Méditerranée.
  • Prix de l’implication pédagogique : pour l’équipe du collège/lycée Saint-Clément de Viry Chatillon (91).
  • Prix coup de cœur : équipe Happy Team, Collège Saint-Louis Saint Clément de Viry Chatillon (91).
  • Prix de la communication : équipe Titane Premium, 2ème aux qualifications d’île de France et 11ème après les qualifications.

 

Beaucoup d’autres équipes ont séduit les membres du jury qui auraient aimé attribuer d’autres coups de cœur aux groupes de jeunes : le robot Big anniv du centre de loisirs de la ville d’Angers, les filles de la Rochelle et l’équipe du lycée Léonce de Vieljeux, Qui s’y frotte s’y pique, etc. Les adultes, enseignants ou animateurs de centres de loisirs, qui encadrent les équipes méritent également des encouragements et des félicitations : ils font un travail remarquable !

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - Bon Anniv - Cent Happy Birthday : ambiance de goûter d’anniversaire avec les jeunes de l’équipe Big Anniv.
Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées
 

 

Le prix des bénévoles…

Un bénévole, ça n’a pas de prix… Aux côtés des salariés de Planète Sciences, il y avait plus de cent bénévoles pour préparer et encadrer leur trophées de robotique. Ils font cela parce qu’ils aiment la robotique mais surtout faire partager leur passion au plus grand nombre. Sans eux, une telle manifestation d’éducation populaire ne pourrait avoir lieu.

Le samedi soir, une fête d’anniversaire était organisée en leur honneur. Mister Planète Sciences et Miss Planète Sciences ont été élus mais le prix récompense d’abord leurs efforts collectifs…

Si vous avez participé à cette soirée, merci de poster un commentaire avec votre adresse email, vous aurez accès aux photos des coulisses des trophées de robotique…

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - Bénévoles

Happy Birthday pour les 20 ans des Trophées de robotique : les bénévoles.
Un beau travail d’équipe. Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

En savoir plus :

 

 

 

 

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 01:17

  Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - MatchLes trophées de robotique : des défis techniques pour s’initier à la robotique de manière ludique.
Les qualifications régionales à Toulouse en Mars 2013. Crédit image : Gédéon

 

Originaires de La Rochelle, elles s’appellent Louna et Manon. Elles ont 7 ans (en CE1) et 10 ans (en CM2). Toujours un grand sourire mais elles ne sont pas venues pour rigoler : le 16 mars 2013, face à des équipes de collègiens ou de lycéens, les « Filles de la Rochelle » ont atteint les demi-finales de la qualification Grand Sud-Ouest des trophées de robotique.

Comme 239 autres équipes encadrées par Planète Sciences partout en France, Louna et Manon ont tenté de décrocher leur ticket pour la finale nationale des Trophées de Robotique. En 2013, à l’occasion du vingtième anniversaire de cette opération, la finale se déroule pour la première fois à la Cité de l’espace, à Toulouse, les 30 et 31 mars.

 

Planète rouge dans la ville rose

A l’heure où le rover Curiosity analyse le sol martien, cap sur Toulouse où une partie des instruments de MSL ont été développés… Espace, aéronautique mais aussi robotique !

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - Louna et ManonBonne humeur et concentration : les qualités pour tenter d’emmener son robot en finale…
Crédit image : Gédéon

 

Des compétitions de robots pour découvrir les sciences et techniques…

Les Trophées de Robotique sont des défis techniques qui permettent à des jeunes de 7 à 18 ans de découvrir la robotique de façon ludique et innovante. Inspirés des concours de robotique américains, les Trophées ont été créés en 1994 et sont organisés par l’association Planète Sciences.

Dans une ambiance de fête, des équipes de jeunes passionnés rivalisent d’ingéniosité pour concevoir et mettre au point des robots capables de remplir une mission précise.

Après six mois de travail acharné, les équipes candidates participent, dès le mois de février, à une des sept qualifications régionales. Les 65 meilleures équipes d'ingénieurs en herbe sont sélectionnées pour la finale nationale. Plus de 1000 jeunes participants de 8 à 18 ans sont attendus à Toulouse !

Comme le rover Curiosity sur Mars, les robots des Trophées sont pilotés à distance et doivent remplir une mission complexe en un temps limité…

Ici pas question de creuser le sol martien et d’analyser les roches pour déterminer si la planète Mars a pu abriter la vie…

Pour les 20 ans des Trophées de robotique, les robots mis au point par les jeunes participants doivent relever un défi exceptionnel: participer à un goûter d’anniversaire ! Tous les parents qui en ont organisé un chez eux savent que c’est une épreuve terrible…

En 2013, les robots doivent donc :

  • Ouvrir les cadeaux : les robots doivent ouvrir chaque cadeau pour en découvrir le contenu.
  • Souffler les bougies : les robots doivent souffler un maximum de bougies et coopérer pour en éteindre encore plus.
  • Servir des rafraîchissements, si possible en empilant les verres pour construire une fontaine à jus de fruits.
  • Mettre les cerises sur le gâteau, en évitant les fruits pourris (pas génial le jour d'un anniversiaire…)

Bref, de quoi stimuler la créativité et l’ingéniosité des participants et les inciter à vivre une aventure pédagogique motivante…

 

Trophées robotique 2013 - Happy Birthday - défis à releverLes 20 ans des Trophées de robotique à Toulouse : les défis à relever pour le goûter d’anniversaire
des robots. Crédit image : Planète Sciences Midi-Pyrénées

 

A Toulouse, c’est l’équipe « Qui s’y frotte s’y pique » qui a été la meilleure pendant la qualification régionale. Les « filles de la Rochelle » ont gagné la petite finale (3ème place). Leurs aînés du lycée Léonce Vieljeux, encadrés par Rémy Grenier, enseignant en STI2D (Science et Technique de l'Industrie et du Développement Durable) dans la spécialité Energie Environnement, ont obtenu la deuxième place : « Je tiens à ce que les idées soient celles des jeunes, je suis là pour assister et conseiller, ou apporter un peu d'aide pour les parties dengereuses (perçage des pièces) ». L’équipe « Le Gaillard » de l’école Jules Ferry de Brive-la-Gaillarde arrive derrière.

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - Remise des prixPhotos souvenirs après la remise des prix des Trophées de robotique à Toulouse.
Crédit image : Gédéon

 

En 2013, une « quinzaine des robots » à la Cité de l’espace :

Du 16 mars (qualification régionale Grand Sud-Ouest) au week-end du 30 et 31 mars (finale nationale), une quinzaine des robots à la Cité de l'espace est organisée pour fêter les 20 ans des Trophées de robotique.

A côté des robots construits par les amateurs, l’exposition « Les robots débarquent ! » est l’occasion de découvrir 40 ans de l’histoire de la robotique à Toulouse : plusieurs robots (PR2, Mana, Nao) mis au point par les laboratoires de recherche et les écoles d’ingénieurs de la région Midi-Pyrénées sont présentés au public. Expositions, films, portraits de chercheurs, conférences, démonstrations, autant de moyens pour découvrir les métiers de la robotique et de rencontrer les acteurs de la filière robotique.

L’accès est libre pendant les compétitions et les rencontres (ou sur billet d’entrée hors événements).

 

Trophées de robotique - 2013 - Toulouse - Rencontre jeunesDes étudiants et des élèves ingénieurs présentent leurs activités aux plus jeunes. Des vocations
en vue pour les carrières scientifiques et techniques ? Crédit image : Gédéon.

 

La finale des trophées de robotique, co-organisés par Planète Sciences, Planète Sciences Midi-Pyrénées bénéficient du soutien de la ville de Toulouse, de Toulouse Métropole, de la Cité de l’espace, de la région Midi-Pyrénées, de l’association des Amis de la Cité de l’espace, du LAAS-CNRS (Laboratoire d’Automatique et d’Analyse des Systèmes), de Linux'EDU, du cluster Robotics Place, de l'Université de Toulouse, de Sciences Animation, d'ICOM, de l'ISAE (Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace) et de Snootlab.

L’équipe d’organisation s’appuie sur une cinquantaine d’animateurs bénévoles de Planète Sciences. Merci à eux !

 

Partenaires-Trophees-de-robotique---Finale---Toulouse---20.jpgLes partenaires de la finale des Trophées de robotique 2013

 

Les rendez-vous pour la finale des Trophées de robotique :

  • Samedi 30 mars : 1ère et 2ème séries de matches de 15h à 19h.
  • Dimanche 31 mars : 3ème et 4ème séries de matches de 9h à 12h30 – Phases finales à partir de 13h30 – Finale à 15h – Remise des prix à 15h30.

 

Autres rendez-vous :

Des rencontres, projections de documentaires, échanges avec des passionnés et des professionnels du secteur de la robotique :

  • Samedi 16 et samedi 30 mars entre 15h et 17h : rencontre avec un « roboticien ».
  • Mercredi 20 mars à 18h : des robots sur Mars ! Après Curiosity, venez découvrir la future mission de sismologie martienne Insight, développée à Toulouse (présentation par Philippe Lognonné, de l’Institut de Physique du Globe).

 

En savoir plus :

 

 

  •    
Repost 0

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...