Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 23:30

Rosetta - Les rebonds de Philae sur la comète 67P / Churyumov–Gerasimenko vus par la caméra OSIRIS de RosettaL’arrivée de Philae sur la comète 67P / Churyumov–Gerasimenko et le premier rebond. Mosaïque
d’images prises le 12 novembre 2014 par l’instrument OSIRIS de Rosetta entre 15h14 UTC
et 15h43 UTC. Crédit image : ESA / Rosetta / MPS for OSIRIS Team
MPS / UPD / LAM / IAA / SSO / INTA / UPM / DASP / IDA


Décidément la mission Rosetta et l'atterrisseur Philae nous tiennent en haleine...

 

Cela saute aux yeux

L’ESA (Agence Spatiale Européenne) a publié le 17 novembre une nouvelle série d’images très spectaculaires de la descente et des rebonds de Philae sur la comète 67P / Churyumov–Gerasimenko.

Il s’agit d’une mosaïque d’images prises le 12 novembre 2014 par la camera OSIRIS de Rosetta au moment de l’impact et du premier rebond de Philae, sur une période de 30 minutes entre 15h14 UTC et 15h43 UTC.

Le premier contact de Philae avec le sol est détecté à 15h35 UTC.

A ce moment, la sonde Rosetta est à environ 15,5 km de la surface du noyau de la comète (17 km du centre). La résolution est d’environ 28 cm par pixel.

De gauche à droite, quatre vignettes incrustées dans l’image permettent de voir Philae avant le premier impact à 15h14 UTC, 15h19 UTC, 15h23 UTC et après le premier impact 15h43.

Deux autres vignettes donnent une image du point d’atterrissage initial avant l’impact (à 15h18 UTC) et après l’impact (15h43 UTC).

La taille des vignettes insérées dans l’image ci-dessus est de 17 mètres sur 17 mètres.

L’image acquise à 15h43 confirme l’hypothèse formulée après analyse des données transmises par l’instrument CONSERT (mesure de distance du sol) : après le rebond, la trajectoire de Philae est orientée vers l’est, avec une vitesse d’environ 0,5 mètre par seconde.

 

Marche à l'ombre

Vendredi, l’ESA publiait déjà une séquence d’images provenant de la caméra NAVCAM de Rosetta alors que la sonde surveillait le point d’atterrissage prévu pour Philae. Ces images montrent très certainement un nuage de poussière soulevée au moment du premier contact de Philae avec le sol de la comète 67P/C-G.

 

Séquence d'images de la caméra NAVCAM de Rosetta montrant Philae, som ombre et le premier rebond sur la comèteSéquence d’images (animation au format gif) prise par la caméra NAVCAM de Rosetta : Phila,
son ombre et un nuage de poussiière soulevée par le premier rebond de l’atterrisseur.
Crédit image : ESA / Rosetta / NAVCAM. Traitement d'image par Mikel Catania

 

Une analyse plus approfondie effectuée par l’équipe Flight Dynamics de l’ESA confirme que Philae est visible juste après ce premier rebond.

La séquence présentée ici est constituée de 3 images : la première prise à 15h30 UTC jusque avant le premier rebond, la seconde à 15h35 UTC (le cercle rouge indique la position du nuage de poussière). La troisième image est une version de la seconde (15h35 UTC) dans laquelle le contraste a été accentué pour mettre en évidence la position de Philae et l’ombre de l’atterrisseur.

 

 

 

Trouver Philae...

La position finale de Philae est toujours inconnue au moment où je publie cet article. Après le premier impact, Philae a rebondi une seconde fois à 17h25 UTC (après quand même un saut de deux heures) avant d’atteindre son point de chute définitif à 17h32 UTC.

Les experts de l’ESA espèrent parvenir à déterminer l’endroit où Philae a finalement atterri en combinant les différentes mesures (CONSERT), images prises par Philae (ROLIS et CIVA) et les images des instruments de Rosetta (OSIRIS et NAVCAM) qu’ils ont collectées

 

En savoir plus :

Les articles récents du blog Un autre regard sur la Terre sur la mission Rosetta et l’atterrissage de Philae :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francois Rozan 26/11/2014 14:43

Excellent article plein de détails et de photos sur les rebonds de Philae.

Il me semble que la cause origine des rebonds peut être la défaillance du système de propulsion gaz froid, décelée après (ou avant ?) la séparation.
Philae n'étant plus plaqué au sol, même si les harpons se déclenchent parfaitement, pendant le rebond, ils ne pourront harponner que du vide.

Pour moi la défaillance du propulseur gaz froid est surprenante.
Avez-vous des contacts au CNES qui voudraient bien répondre aux points suivants ?
- Schéma du système gaz froid (présence d’un détendeur, de vannes pyrotechniques). Ne serait-ce-t-il pas un héritage des Gaz froids de D2A/D2B ou de Symphonie ?
- Mode de défaillance du propulseur gaz (mécanique, fuite, commande …) ?
- Pour les harpons ont-ils été tirés ou sont-ils restés dans Philae ?

N’ayant plus de contacts aux CNES je n’ai pas pu leur poser directement les questions. Si vous pouvez me mettre en contact avec quelqu’un du CNES ce serait aussi très bien

Cordialement

François Rozan

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...