Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 11:24

C’est le capteur ASTER (« Advanced Spaceborne Thermal Emission and reflection Radiometer ») embarqué à bord du satellite américain Terra qui a pris cette image le 15 novembre 2009. L’image complète couvre une zone de 57 kilomètres sur 36 kilomètres au centre du Soudan, au sud de Khartoum entre le Nil blanc et le Nil bleu. Le centre de l’image correspond à la latitude 14,7°N et à la longitude 33,1°E.

Jérémie et Serge ont bien identifié l’image du quiz de novembre presqu’immédiatement après la publication. Seul Serge a également déterminé le satellite et le capteur qui a acquis cette scène.

 

Aster - Soudan - Al Jazirah - 15-11-2009La solution du quiz image satellite de novembre 2011 : la région d’Al Jazirah au Soudan vue par le
capteur ASTER du satellite Terra. Image acquise le 15 novembre 2009.
Crédit image : NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS et and U.S./Japan ASTER Science Team

 

A l’ouest de la mer rouge, des parcelles vertes entre le Nil blanc et le Nil bleu…

A environ 130 kilomètres de Khartoum, la zone couverte par l'image se situe au sud de la confluence entre le Nil Blanc (également appelé Bahr al Jabal au sud Soudan) à l’ouest et le Nil Bleu à l’est, un peu à l’ouest de Wad Madani, la capitale de l’état d’Al Jazirah (appelé également Gezira), un des quinze états du Soudan.

Le patchwork des parcelles cultivées crée des motifs géométriques très réguliers et semble s’étendre à l’infini. Avec un peu d’attention, on peut identifier les zones habitées et les villages assez nombreux de couleur plus claire : Abu Sa’id, Jawadah, Abu Dhaqn, Nuwaylah, ‘Ufaynah, Wad Qulayd, etc. Au total, grâce à la fertilité de ses terres, l’état d’Al Jazirah est assez peuplé avec près de 3 millions d’habitants sur environ 28000 km2.

La région est devenue une des principales zones agricoles du Soudan. Elle s’est développée avec l’agriculture irriguée pérenne, grâce au programme Gezira (« Gezira scheme » en anglais), un projet d’aménagement démarré au début du vingtième siècle pour promouvoir la culture du coton, pour l’exportation. C’est un des projets d’irrigation les plus ambitieux, avec en particulier la construction du barrage de Sennar et de son réservoir achevés en 1925.

A partir du Nil Bleu, la pente douce des sols permet une irrigation par gravité naturelle grâce à un énorme réseau de canaux et de fossés d’irrigation d’une longueur totale de plus de 4300 kilomètres. Les sols riches en argile limitent également les pertes d’eau en profondeur.

A partir des années 1980, les céréales ont remplacé une partie des champs de coton. Les principales cultures irriguées sont le sorgho (première production végétale en valeur selon les chiffres de la FAO pour 2009), le blé, le coton, le tournesol, les légumes, les arbres fruitiers, la luzerne et le sorgho fourrager.

En lisant des articles plus détaillés (voir par exemple cette page de l’encyclopédie Larousse ou d’autres textes proposés à la fin de cet article) sur les crues du Nil et leur rôle en agriculture et sur les aménagements du fleuve au cours de l’histoire, on comprend pourquoi la gestion de l’eau peut devenir une question stratégique très sensible.

Une autre image, provenant ici du satellite Spot 5 , montre la même zone à une autre période de l’année (4 août 2006) et permet de sa faire une idée de l’apparence de la même occupation des sols.

 

Spot 5 - Soudan - Wad Madani - 04-08-2006La région d’Al Jazirah au Soudan vue par le satellite Spot 5 en août 2006. La résolution est
réduite par rapport à celle de l’image d’origine.
Crédit image : CNES 2006 - Distribution Astrium Services / Spot Image S.A.

 

Soudain deux Soudan dans le Soudan

Un pays qui vient de perdre le quart de sa superficie…

Avec 2 505 813 km2, le Soudan était encore très récemment le plus vaste pays d’Afrique. C’était également le pays qui avait le plus de pays limitrophes : 9 avec, en partant du nord dans le sens des aiguilles d’une montre, l’Egypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, l'Ouganda et la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Tchad et la Libye.

Après un referendum d’auto-détermination au début de l’année 2011, le Soudan du sud est devenu indépendant le 9 juillet 2011. C’est ainsi que la République du Soudan a vu sa superficie passer à 1 886 068 km2, au troisième rang des pays africains derrière l’Algérie et la République Démocratique du Congo. Le Soudan du Sud est désormais bordé par l’Éthiopie, le Kenya, l'Ouganda et la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et, au nord, le Soudan.

En incluant le Soudan du Sud, la population du Soudan serait actuellement d'environ 43,5 millions d’habitants (selon les chiffres de la Banque Mondiale pour 2010). Les estimations de la FAO ou de la CIA (World Fact Book) diffèrent légèrement.

Dans son ancien périmètre, le Soudan s’étendait sur près de 2150 kilomètres du nord au sud, entre le tropique du Cancer et l’équateur, et 1815 kilomètres de l’ouest à l’est, entre le lac Tchad et la mer rouge, du Sahara à la forêt tropicale.

Les deux images satellite suivantes extraites d’une scène acquise par le capteur MERIS du satellite européen Envisat permet de se rendre compte des situations très contrastées entre les régions du Soudan liées aux différences de climat et de régime des précipitations. Les motifs géométriques des parcelles agricoles se retrouvent sur l’extrait centré sur la région d’Al Jazirah. Sur le Nil Bleu à l’est, les surfaces d’eau plus larges aident à localiser le réservoir du barrage de Sennar et plus au sud (dans le coin inférieur droit de l’image) le réservoir et le barrage de Roseires.

 

Envisat - MERIS - Soudan - 23-12-2011 - 08h03 - RR2Envisat - MERIS - Soudan - Al Jazirah - 23-12-2011 - 08h03Deux extraits d’une image acquise par le satellite européen Envisat le 23 décembre 2011 à 8h03.
En haut, l’image d’ensemble est d’une résolution réduite d’un rapport 2. En bas, l’image centrée
sur la région d’Al Jazirah est en pleine résolution. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

Le climat est désertique au nord du Pays et aride méditerranéen le long de la mer Rouge; le climat est tropical aride ou semi-aride avec une courte saison des pluies en été dans le centre du pays. Le climat devient tropical avec une saison humide plus longue dans le sud et le sud-ouest. Le massif du Jabel Marra, à l’ouest, bénéficie de précipitations plus élevées (1000 mm par an) que les régions à plus basse altitude.

Un élément très important est la quantité de précipitations et la durée de la saison sèche, influencée par deux flux d’air principaux :

  • Un vent sec venant de la péninsule arabique au Nord.
  • Un vent plus humide provenant du bassin du Congo au sud-ouest.

Lorsque le vent du nord est prédominant, les précipitations sont réduites voire nulles, causant des sécheresses avec les conséquences dramatiques pour l’agriculture et la population, aggravées par les conflits et l’insécurité. Après la crise du Darfour, c’est semble-t-il le cas actuellement au Sud Soudan, selon les avertissements lancés par les responsables du Programme Alimentaire Mondial (PAM ou WFP) pour le premier trimestre 2012.

Les graphiques suivants montrent le régime des précipitations et les températures moyennes pour différentes régions du Soudan.

 

Enfin, les dernières illustrations de cet article montrent toujours la même zone sous le « regard » du radar ASAR du satellite Envisat en mode WSM (Wide Swath Mode ou mode champ large), avec à gauche une vue large de la région au sud de Khartoum et à droite un extrait en pleine résolution centré sur les parcelles irriguées d’Al Jazirah.

 

Envisat - ASAR - Soudan - Karthoum - 21-12-2011 - 07h47 - REnvisat - ASAR - Soudan - Al Jazirah - 21-12-2011 07h47Deux extraits d’une image acquise par le radar ASAR du satellite européen Envisat le 21 décembre
2011 à 7h47. En haut, l’image d’ensemble est d’une résolution réduite d’un rapport 3. La ville de
Khartoum est au niveau de la confluence des du Nil Blanc et du Nil Bleu. En bas, l’image est centrée sur
la région d’Al Jazirah. Elle est en pleine résolution. Crédit image : Agence Spatiale Européenne (ESA)

 

En savoir plus (dont la liste des sources utilisées) :


Suggestions d'utilisations pédagogiques en classe :

  • Travail sur les aménagements hydrauliques, l'agriculture irriguée et les pratiques agricoles dans la vallée du Nil. Approche historique ou géographique.
  • Travail de recherche personnel sur les grands projets de barrages le long du Nil et de ses affluents. Impacts, positifs ou négatifs, sur l'environnement, les populations et l'économie.
  • Travail sur la question du partage de l'eau dans le monde.
  • En télédétection, travail sur l'occupation des sols et les pratiques agricoles en utilisant les images publiées ici ou des images optique ou radar prises à d'autres périodes de l'année et disponibles sur le site MIRAVI de l'ESA, le site MODIS Rapid Response de la NASA ou les galeries d'images des principaux fournisseurs d'images satellites. Quels sont les paramètres qui aident à caractériser les types de cultures ? Quel est l'apport des approches multitemporelles ? etc.


Les quiz image satellite d'observation et environnement des mois précédents :

   

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gédéon - dans Quizz-du-mois
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...