Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 21:33

Alors que le dernier week-end de juillet est habituellement celui du grand chassé-croisé entre deux vagues de vacanciers avec ses traditionnels bouchons, la dernière semaine du mois de juillet a surtout été marquée cette année par plusieurs catastrophes naturelles de grande ampleur qui ont frappé l’Europe et le reste du monde : gigantesques incendies en Russie, inondations en Roumanie, inondations également et glissement de terrain dus à des pluies torrentielles au Pakistan et au Burkina Faso.

Les secours en réponse à ces évènements dramatiques mobilisent un nombre important de membres des unités de protection civile et d’organisation non gouvernementales. Des moyens humains et matériels importants sont également déployés dans un but de prévention et d’alerte : c’est le cas en Corse ou dans la plupart des pays méditerranéens soumis au risque de feux de forêts, de manière à intervenir très rapidement au moindre départ de feu et en limiter l’impact.

Il est va de même pour le service européen GMES de réponse aux situations d’urgence : l’organisation mis en place pour le compte de la Commission Européenne est un réseau d’opérationnel d’acteurs spécialisés dans le support à la gestion des risques et des crises, l’acquisition et le traitement rapide des images des satellites d’observation et la fourniture des cartes spécialisées.

 

Des équipes prêtes à agir à tout moment :

Toute l’année, des équipes sont en astreinte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 : le « point focal » (sous la responsabilité de Spot Infoterra) qui reçoit les demandes de support des services de protection civile et qui coordonne l’ensemble des opérations, les fournisseurs d’images provenant des satellites d’observation (la fourniture des données images est coordonnée par l’Agence Spatiale Européenne), les sociétés ou organisations spécialisées en cartographie rapide (SERTIT, DLR, etc.) et celles produisant des cartes de références ou des informations spécialisées (Spot Infoterra, Keyobs, Altamira, INGV, etc.)

Différents systèmes d’alerte, sur la base de prévision météorologique (assurés par les service météo nationaux ou les organisations européennes et internationale) ou d’autres mécanismes tels que ceux opérés par le Centre Commun de Recherche (GDACS, EFFIS, etc.) sont systématiquement surveillés pour anticiper le plus possible les demandes des utilisateurs et réduire les délais d’intervention.

Entre le 26 et le 30 juillet, le service européen GMES SAFER a été activé trois fois, dont deux activations le vendredi 30 juillet. Des doubles activations avaient déjà eu lieu, par exemple fin un an plus tôt, fin juillet 2009 au moment des incendies au nord de Marseille et en Corse du sud (Aullène). C’est la première fois que les équipes de SAFER doivent apporter leur support pour trois crises au cours de la même semaine (activations 46, 47 et 48).

 

Incendies dévastateurs en Russie :

L’image ci-dessous a été acquise le 29 juillet 2010 par le capteur MERIS du satellite européen ENVISAT. Elle montre de nombreux panaches de fumée provenant des incendies touchant la région est de Moscou. La ville elle-même est située dans le coin inférieur gauche de l’image. La résolution du capteur MERIS est de 300 mètres : les panaches de fumées proviennent de foyers répartis sur plusieurs centaines de kilomètres.

forest_fires_MoscowMER_FR_20100729_43977.jpgLes incendies touchant la Russie vus par le satellite ENVISAT.
Image provenant du capteur MERIS acquise le 29 juillet 2010 (Crédit image : Agence Spatiale Européenne).

 

Lundi 2 août, le bilan fait état de 37 morts et plus de 2.000 habitations détruites. Les incendies qui frappent la Russie couvrent des centaines de milliers d’hectares et les moyens importants (hommes, véhicules d’intervention, avions, armée) déployés ont beaucoup de difficulté à les maîtriser.

Jusqu’à présent, ce sont les régions à l’est de Moscou (région de Nijni Novgorod) et le bassin de la Volga qui sont les plus touchés. Dimanche, les incendies touchaient également la région de Khabarovsk, dans la partie orientale à proximité de la Chine.

Plus d'un demi million d'hectares auraient été dévastés par le feu depuis le début de l'été, liés à la sécheresse et à la température caniculaire (le mois de juillet 2010 est un des plus chauds enregistrés). Les services de prévision météorologique restent pessimistes pour les jours à venir. Le vent violent et certaines zones marécageuses difficiles d’accès compliquent la tâche des secours.

 

Inondations et glissements de terrain au Pakistan :

Fin juillet, pendant la période de la mousson, des pluies torrentielles ont causé des inondations et des glissements de terrain. Selon un premier bilan officiel publié lundi 2 août, il y aurait au moins 1.100 victimes et 1.500.000 personnes affectées par les inondations. Ce bilan pourrait s’alourdir car les régions les plus touchées, la province de Khyber-Pakhtoonkhwa, reste difficilement accessible par les secouristes. Le service européen GMES SAFER a été activé (activation n°48).

 

SERTIT_SAFER_GERS048_P02b_Pakistan_Peshawar_EmergencyMap_20.jpgExemple de carte produite par le SERTIT (Université de Strasbourg) en mode "cartographie rapide" pour les inondations au Pakistan dans le cadre du service GMES SAFER. Les cours d'eau de référence sont extraits d'images Landsat d'archive. Les zones inondées ont été cartographiées par photointerprétation d'une image RADARSAR-2 à 12,5 mètres de résolution acquise le 31 juillet 2010 (Crédit image : SERTIT)

 

Inondations dans l’est et la région centre nord du Burkina Faso :

Du 20 au 22 juillet, en pleine saison humide en Afrique de l’ouest, des pluies diluviennes ont frappé le Burkina Faso. L’AFP rapporte 14 décès par noyade. Plus de 31000 personnes ont subi les dégâts des inondations. Plusieurs villages, difficilement accessibles n’avaient pas encore été secourus le 31 juillet. Le service européen GMES SAFER a été activé (activation n°47).


Inondations en Bulgarie :

Des inondations causées par de fortes pluies ont touché le sud et le centre de la Bulgarie. Le service européen GMES SAFER a été activé (activation n°46). Infoterra a coordonné les opérations et c'est le DLR qui a assuré la cartographie rapide.

DLR_20100727_bulgaria_flood_disaster_extent_detail_Saedinen.jpgCarte produite par le DLR pour le service GMES SAFER. La zone d'intérêt est dans ce cas la ville
de Pazardzhik. L'image de référence est une image acquise par le satellite Spot 5 acquise en
octobre 2009. L'image de crise est une image du satellite GeoEye-1 acquise le 28 juillet 2010
(Crédit image : DLR)

 

En savoir plus :

- Le site Internet du service GMES SAFER et la liste des dernières activations.

- Le site Internet d’informations sur GMES de la commission européenne.

- D’autres articles sur le rôle de l’observation de la Terre en support à la gestion des crises et des catastrophes naturelles sur le blog « Un autre regard sur la Terre ».

- Des informations sur le satellite ENVISAT.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...