Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 16:00

L’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE) a publié ce matin les résultats de son enquête PISA, réalisée dans 65 pays auprès de 470.000 jeunes de quinze ans. En tête du classement 2009, on trouve pour les pays de l'OCDE, la Corée du Sud, la Finlande et le Canada. En dehors de l’OCDE, Shanghai, Hong Kong et Singapour. La France passe de la 12ème à la 18ème place en compréhension de l'écrit et du 13ème au 16ème rang en mathématiques. En sciences, elle reste à la 21ème place.

Comme toujours avec ce type de classement ou celui de Shanghai pour les universités mondiales, il faut être très prudent pour tirer des conclusions des résultats : les critères de classement, le « thermomètre », méritent d’être analysés avec soin.  Quand on connaît la pression mise sur les élèves en Corée, cela fait réfléchir... Inutile de se précipiter pour rejeter telle ou telle méthode d'apprentissage de la lecture par exemple. Néanmoins, un classement a le mérite de mesurer une évolution d’une année sur l’autre et de comparer ces évolutions dans les différents pays.

PISA 2009 - Qu'en penchez vous

La tour de Pise penche :
notre système éducatif aussi ?
Qu’en penchez-vous ?

(Crédit image : Gédeon)

 

Des moyennes qui cachent de grandes disparités et un système éducatif de plus en plus inégalitaire

Selon le résumé de présentation des résultats, en France, la proportion d’élèves de 15 ans performants (niveaux 4, 5 et 6 sur l’échelle de compréhension de l’écrit) est au dessus de la moyenne des pays de l’OCDE mais elle combinée à une proportion d’élèves en très grande difficulté scolaire (niveau de compétence 1b et en dessous) elle aussi au dessus de la moyenne des pays de l’OCDE.

En compréhension de l'écrit, la France combine un nombre de bons élèves supérieur à la moyenne de l'OCDE (32 % contre 28 %), mais qui a peu progressé entre 2000 et 2009 (de 8,5 % à 9 ,6 %), contrairement à la proportion d'élèves en très grande difficulté, passée de 15 à 20 % entre 2000 et 2009 et elle aussi supérieure à la moyenne. Même constat en mathématiques.

Etonnant : l'écart entre les garçons et les filles en France en compréhension de l'écrit : tout se passe comme si les filles avaient à 15 ans étudié le français une année de plus que les garçons. Cet écart entre les sexes qui existe partout dans l'OCDE est supérieur à la moyenne dans les pays d'Europe du Nord (hors Danemark).

 

Pisa 2009 - Tableau des performances par pays

Classement des pays selon l'enquête PISA 2009. cliquer sur l'image pour la voir en plei format.
Source : site de l'OCDE. Enquête PISA 2009

 

Culture scientifique : des résultats globalement inchangés en France.

L’enquête PISA 2009 s’intéressait particulièrement à l'évaluation des compétences en lecture, auxquelles étaient consacrés les deux tiers des tests comme c’était déjà le cas en 2000, les compétences en sciences et en mathématiques faisant l'objet du troisième tiers.

En culture scientifique, domaine étudié plus précisément en 2006, la France obtient globalement les mêmes résultats, dans la moyenne, avec un 21ème rang. L’égalité entre les sexes s’observe davantage en sciences.

Par contre, plusieurs pays ont connu une évolution sensible de leur performance en culture scientifique entre 2006 et 2009. Selon la synthèse de l’OCDE : « 11 pays ont vu la performance de leurs élèves s’améliorer. Sur les 33 pays de l’OCDE, 7 sont dans ce cas. En l’espace de trois ans, la Turquie a amélioré sa performance de 30 points. Le Portugal, la Corée, l’Italie, la Norvège, les États-Unis et la Pologne ont augmenté leur performance de 10 à 19 points. Dans les pays partenaires, le Qatar a vu sa performance en culture scientifique augmenter de 30 points ; la Tunisie, le Brésil et la Colombie, de 14 à 15 points. Dans 5 pays, la performance en culture scientifique en 2009 a régressé de façon significative par rapport à 2006. En République tchèque, le score des élèves a reculé de 12 points ; en Finlande et en Slovénie, il a régressé de respectivement 9 et 7 points. Dans les pays partenaires, le score des élèves a reculé de 12 points au Taipei chinois et de 11 points au Monténégro. La performance en culture scientifique reste identique entre 2006 et 2009 dans 40 pays dont la France, compte tenu d’un niveau de confiance de 95 %. »

 

Etonnant : un questionnaire qui n’a pas été actualisé avec les faits et les connaissances récents au sujet du changement climatique

Au sujet de l’évaluation des connaissances scientifiques, il est intéressant de noter que plusieurs questions portent sur les questions d’environnement et de changement climatique. Néanmoins, même si je comprends bien que des questions identiques facilitent les comparaisons d’une année à l’autre, j’ai trouvé que quelques questions sur le changement climatique et la contribution des gaz à effet de serre ne reflétaient pas exactement l’état des connaissances sur le sujet. On aurait pu penser que la formulation de la question, qui apparaissait déjà dans les questionnaires 2003 et 2006, aurait pu être réactualisée en tenant compte des derniers faits avérés et en particulier des conclusions du rapport 2007 du GIEC.

Les illustrations ci-dessous sont les trois pages du questionnaire concernant le changement climatique et les gaz à effet de serre. Le questionnaire PISA serait-il ainsi involontairement un peu climato-sceptique ? En tout cas pas au top de l'état des connaissances. A vous de juger… Pour vous faire une opinion, regardez aussi les réponses dans le document d’évaluation (pages 262 à 265). Je suis peut-être un peu sensible sur le sujet mais des formulations, en anglais sur les figures publiées ici,  comme « gaz à effet de serre : réalité ou fiction », des courbes de température qui s’arrêtent à 1990, ou les faits présentés au conditionnel avec des précautions extrêmes me mettent mal à l’aise.

Pisa-2009---Questionnaire-sciences---page-133.jpg Pisa-2009---Questionnaire-sciences---page-134.jpg
Pisa-2009---Questionnaire-sciences---page-135.jpg

Extrait du questionnaire pour la partie sciences de l'enquête PISA 2009 (page 133 à 135)
Source : site de l'OCDE - enquête PISA 2009

 

En attendant, je continue à penser que les enseignants bien formés qui utilisent des méthodes pédagogiques actives avec leurs élèves obtiennent de meilleurs résultats, à la fois pour les savoirs et pour les savoir-faire, c’est-à-dire les méthodes de travail, les démarches d’investigation. Nous espérons que la démarche de Planète Sciences, comme celle de ses partenaires ou d’autres acteurs de la culture scientifique, y contribue modestement. Y compris en terme de maîtrise de la langue et de la lecture, lorsqu’il s’agit de formuler des questions et des hypothèses, de débattre au sein d’un groupe d’élèves sur les conclusions d’une expérience ou de formaliser les résultats et de les valoriser à l’extérieur.

En réaction à la publication de ces résultats, Luc Chatel, Le ministre de l'Éducation nationale a annoncé qu'il présenterait "certainement début janvier" un "plan sciences" à l'école. Ce plan  viserait "à faire en sorte que tout au long de leur scolarité, les élèves soient davantage inspirés par les sciences et aient plus de possibilités de s'engager dans ces filières", a déclaré Luc Chatel lors d'une conférence de presse. Souhaitons que toutes les bonnes pratiques expérimentées ou déployées localement en France depuis des années soit capitalisées dans ce plan.

 

En savoir plus :


Suggestions d'utilisations pédagogiques en classe :

  • Le blog Un autre regard sur la Terre propose aux enseignants et aux élèves un angle d'approche particulier pour l'enseignement des sciences en s'appuyant sur l'observation de la Terre et les techniques spatiales comme support pédagogique. Tous les articles publiés à ce jour, en utilisant le prétexte de l'actualité ou des grandes questions liées à l'environnement et au climat, sont rédigés pour contribuer à cet objectif.
  • Planète Sciences et ses délégations régionales, dont la délégation en région Midi-Pyrénées, proposent des outils pour une approche pédagogiqe active de l'enseignement des sciences, en faisant vivre aux élèves une démarche expérimentale ou le développement de projets scientifiques et techniques en équipe. Voir les pages "activités à l'école" sur le site de Planète Sciences et les "opérations scolaires" proposées par Planète Sciences Midi-Pyrénées.
  • Ces actions s'appuient sur des partenariats avec de grans organismes scientifiques et technique comme par exemple le Centre National d'Etudes Spatiales (voir les pages sur le site du CNES pour les enseignants et les médiateurs), Météo France (voir par exemple les rencontres Météo Jeunes organisées avec la SMF et l'AMF, récemment récompensées par le prix de l'European Meteorological Society) ou le CNRS (voir les pages jeunes sur le site de la délégation Midi-Pyrénées).

 


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...