Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 18:55

3.. 2.. Inde..

Champagne matinal à Toulouse !

Dimanche 9 septembre au matin, pas de grasse matinée à Toulouse : beaucoup de salariés d’Astrium se sont levés tôt pour assister, avec leurs enfants, à une étape très importante de la vie de la famille Spot : le lancement de Spot 6, le petit dernier.

C’est à 6h23 du matin en heure française, soit 4h23 UTC et 9h53 en heure locale que la fusée indienne PSLV-C21 a décollé du centre spatial Satish Dhawan à Sriharikota. Elle a mis en orbite polaire trois satellites : Spot 6, Proiteres, un satellite japonais de 15 kg de l’institut de technologie d’Osaka et un satellite expérimental indien

Le compte-à-rebours a démarré le 7 septembre 2012 après la revue d’aptitude au lancement et le feu vert donné par le LAB (Launch Autorisation Board) de l’ISRO (Indian Space Recherche Organisation).

A l’heure où je mets à jour cet article, on attend la confirmation des paramètres orbitaux. Ceux de Proiteres ont déjà été publiés par des radio-amateurs japonais.

 

lancement-PSLV--C21---Spot-6---Decollage---ISRO---Astrium.jpg9 septembre 2012, 4h23 UTC : décollage de la fusée indienne PSLV-C21 avec le satellite Spot 6
sous sa coiffe. Crédit image : ISRO

 

Spot 6 : petit, agile, il fera mieux que ses parents

L’année du dixième anniversaire du lancement de Spot 5, Spot 6, qui sera rejoint dans un an par son jumeau Spot 7, assurera la continuité de la famille Spot.

Réalisés à Toulouse par Astrium Satellites et opérés par Astrium Services, Spot 6 et Spot 7 seront placés sur la même orbite que les satellites Pléiades. Positionnés ainsi, la constellation de 4 satellites pourra fournir des images très rapidement.

Mieux que ses parents ? Il est beaucoup plus léger, 720 kilogrammes, à comparer aux trois tonnes de Spot 5. Il conserve un des atouts qui a fait le succès de Spot 5 : une large fauchée de 60 km. La performance, c’est de fournir sur des images couvrant une zone aussi large en une seule passe une résolution très supérieure : les produits images seront échantillonnés à 1,5 mètres.

Au total, une capacité d’acquisition de six millions de km² par jour !

Un autre record : Spot 6 et Spot 7 sont conçus pour avoir une durée de vie de 10 ans. C’est beaucoup plus que la norme pour les satellites en orbite basse.

 

Astrium - Satellite Spot 6Vue d’artiste du satellite Spot 6. On distingue au premier plan les deux télescope de 200 millimètres
pour assurer un champ de 60 km. Un air de famille avec la plate-forme de Pléiades : oui, ce sont
deux satellites agiles. Crédit image : Astrium

 

Dernier record : le calendrier de développement. 3 ans et demi : même en réutilisant en partie des solutions éprouvées (le télescopes NAOMI en SiC par exemple), c’est un exploit de mener à bien un programme aussi exigeant en si peu de temps. Il fallait également innover pour tenir les exigences de qualité : une nouvelle plateforme Astrosat 500 MkII, une nouvelle avionique, un nouveau détecteur pour l’instrument.

Cela a été rendu possible grâce à l’exceptionnelle mobilisation de plus de 500 personnes dans les équipes impliquées.

Anecdote : dimanche, c'était en fait le deuxième vol de Spot 6. Le 1er août 2012, il avait quitté Toulouse à bord d’un Boeing 747 cargo pour rejoindre l’Inde. Pendant tout le mois d’août, l’équipe projet sur place a préparé ce lancement.

J’aurai l’occasion de revenir en détail sur les caractéristiques de Spot 6 en présentant, très vite je l’espère, les premières images.

On reparlera également de son financement : c’est peut-être la plus grande nouveauté... un modèle totalement inédit.

 

4 étages pour monter au ciel : la fusée indienne PSLV

Ce lancement est également une bonne opportunité de découvrir le programme spatial indien et la fusée PSLV.

Sur son site, l’ISRO parle de sa 100ème mission spatiale, avec, après le lancement de Spot 6, 62 satellites et 38 fusées. Je vous laisse le soin de faire la liste complète.

La fusée PSLV est la plus utilisée et la plus fiable des fusées indiennes. Elle a volé pour la première fois en 1993 et le lancement de dimanche sera son vingt-deuxième vol.

Le lancement de Spot 6 est la deuxième mission de l’année, après la mise en orbite du satellite indien Risat-1 en avril 2012.

Avec 44 mètres de hauteur et 2,80 mètres de diamètres, PSLV est une fusée à quatre étages.

Il a fallu attendre 1080 secondes, soit 18 minutes, et trois séparations d’étages pour avoir la confirmation de l’injection en orbite de Spot 6, à 660 kilomètres d’altitude sur une orbite inclinée à 98,23°, juste avant Proiteres.

La coiffe, que les indiens nomment bouclier thermique ("« heat shield") est larguée à 150 kilomètres d’altitude environ après un peu plus de 3 minutes de vol.

 

ISRO - Spot 6 - PSLV C21 - Lanceur

La fusée indienne PSLV-C21
pendant les préparatifs du
lancement du 9 septembre 2012. Crédit image : ISRO
 

Pour Spot 6, c’est la configuration “Core Alone” qui est utilisée, c’est-à-dire sans l'ensemble des propulseurs d’appoint à poudre entourant le premier étage.

 

ISRO---Profil-lancement---Spot-6---Proiteres---PSLV-C21.jpgLe profil de lancement de la mission PSLV-C21 jusqu’à la séparation de Spot 6 et de Proiteres.
Crédit image : ISRO

 

Le centre spatial Satish Dhawan

On a souvent évoqué sur ce blog les centres de lancement de Kourou en Guyane française, le Kennedy Space Center en Floride ou encore Baïkonour au Kazakhstan.

Le lancement de Spot 6 est l’occasion de faire connaissance avec le centre spatial indien.

Couvrant une surface d’environ 175 km2, c’est le principal centre de lancement indien situé au sud-est de l’inde, à Sriharikota, dans l’état d’Andhra Pradesh, à une centaine de kilomètres au nord de Chennai (anciennement Madras).

Les coordonnées géographiques sont d’environ 13°43’ de latitude nord et 80°14’ de longitude est.

Il a été mis en service en 1971 avec des lancements de fusées-sondes Rohini de type RH 125. C’est également de ce site de lancement qu’est partie la sonde lunaire Chandrayaan 1 en octobre 2008.

L’acronyme SHAR est très utilisé : il correspond à l’ancien nom du site : Sriharikota High Altitude Range qui s’est ensuite appelé Sriharikota Launching Range. Le nom actuel date de 2002, du nom de l’ancien president de l’ISRO mort cette année-là.

La position et les équipements du centre et de ses deux ensembles de lancement, sur la côte est, permettent des lancements en orbite polaire ou en orbite de transfert géostationnaire. Il est également utilisé pour les lancements de fusées sonde pour l’étude de l’atmosphère.

 

Terra---MODIS---Inde---06-09-2012---500m.jpgPour fixer les idées, une image du sud de l'Inde acquise par le capteur MODIS du satellite Terra le
6 septembre 2012. Je n'ai pas sous la main d'images à haute résolution de Spot 5 ou de Pléiades.
Le SHAR est pratiquement en haut à droite, légèrement en dessous de la bande nuageuse, sur la
bande étroite à l'est du lac Pullicat. Le fleuve au nord est le Pennar (la navigation doit être facile...)
Crédit image : NASA/GSFC, Rapid Response.

 

Un curiosité : quart d’heure toulousain et demi-heure indienne

9h51 en heure locale, 4h21 UTC… 5h30 de décalage avec l’heure UTC ? Effectivement c’est une petite curiosité : l’Inde est un des rares pays, du fait de sa position géographique, qui n’utilise pas un décalage d’une nombre d’heures entier avec l’heure du méridien de Greenwich.

 

Pas de choix dans l’heure…

La fusée est partie avec seulement 2 minutes de décalage par rapport à la chronologie prévisionnelle, a priori un retard volontaire en fonction des calculs de risques de débris (je n'ai pas la confirmation). Comme pour les autres lancements de satellites héliosynchrones, il n’y avait pas beaucoup de marge de manœuvre sur l’heure de départ de la fusée. S’il y avait eu un retard de chronologie ou un décalage dans les préparatifs de lancement, il aurait fallu à nouveau se lever très tôt le lundi matin...

 

Les paramètres orbitaux…

En attendant les valeurs pour Spot 6, voilà un premier jeu de paramètres publié par des radio-amateurs japonais pour le second passager Proiteres.

 

         1 00000U 12000000 12253.19548611 .00000000 00000-0 00000-0 0 00000
         2 00000 098.2866 318.6661 0007529 339.8320 229.4493 14.73777833 00000

 

Pour ceux qui ne lisent pas couramment le format TLE (Two-Lines Elements), cela donne :

  • Demi grand-axe : 7027,17 km
  • Excentricité : 0.00075298
  • Inclinaison : 98,287°
  • Ascension droite du noeud ascendant : 318,67°
  • Argument du périgée : 339,83°
  • Altitude de l'apogée : 654,32 km
  • Altitude du périgée : 643,74 km
  • Anomalie vraie : 229,38°

Cela ne vous parle toujours pas ? Je crois qu'il faudra présenter tout ça en détails dans un prochain article.

 

En savoir plus :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anthony Le Cazals 16/09/2012 10:38

merci pour tous vos articles sur la communauté SCIENCE, ils sont vraiment très instructifs et doivent prendre quelques heures de rédaction :)

Cosmo31 10/09/2012 08:25

Article très documenté. Bravo pour votre blog.

A part votre article, c'est étonnant que la presse ne parle absolument pas du lancement réussi de Spot 6.

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...