Mercredi 6 juin 2012 3 06 /06 /Juin /2012 14:34

CSTI ? Un sigle barbare pour une activité qui rend moins barbare

Du 28 mai au 3 juin 2012, pendant la 7ème édition des journées nature Midi-Pyrénées, c’était vraiment la semaine de la culture scientifique technique et industrielle (CSTI) à Toulouse et en région Midi-Pyrénées avec un programme d’activités très dense.

En 2012, trois rendez-vous de fin d’année scolaire avaient lieu en même temps que le grand colloque ECSITE, the European network of science centres and museums, ou, en toulousain dans le texte « le réseau européen des musées et des centres de sciences con ».

Un choix délibéré destiné à créer une passerelle entre les 1000 congressistes venant du monde entier pour assister à la réunion annuelle d’ECSITE et les jeunes toulousains. Cette bonne idée a demandé une très forte mobilisation des salariés et des bénévoles de Planète Sciences Midi-Pyrénées et des autres associations de CSTI impliquées, qu’elles soient spécialisées (Association des anciens de la météo, CIRASTI, Délires d’Encre, Les Chemins buissonniers, Petits débrouillards, RAMIP, Sciences Animation Midi-Pyrénées, Société Météorologique de France) ou plus généralistes (Les Francas, Ligue de l’enseignement, CEMEA).

Si vous n’y avez pas assisté, les courtes présentations et les photographies suivantes vous donneront une idée du déroulement de ces manifestations. Si vous êtes enseignant, j’espère que leur intérêt pédagogique vous donnera envie de participer directement à ces opérations pour l’année scolaire 2012-2013. Quelques semaines avant les vacances d’été, c’est le moment de commencer à penser aux inscriptions.

 

Les rencontres régionales Météo Jeunes : une chaude ambiance et un excellent climat

Organisées par Planète Sciences Midi-Pyrénées avec Météo France, la Société Météorologique de France, les Anciens de la Météo et Infoclimat, les rencontres régionales regroupaient les clubs météo pour la 9ème année consécutive.

C’était l’occasion pour chaque équipe de venir présenter son projet à un jury de professionnels de la météo et de la CSTI. Les 250 jeunes présents sur place avaient également la possibilité de participer à des ateliers de découverte de la météorologie (instruments, prévisions, etc.) et des démonstrations (lâchers de ballons-sondes).

Le CNES y contribue directement puisque c’est le Centre National d’Etudes Spatiales qui est à l’initiative de l’opération Un ballon Pour l’Ecole, toujours très populaire, comme le prouve le nombre de projets de nacelles de ballons stratosphériques présentés.


Rencontre Météo Jeunes - 2012 - Photo de groupeRencontre Météo Jeunes - 2012 - PrévisionDeux photos des rencontres régionales Météo Jeunes 2012. En haut, la photo de groupe après
la remise des prix. En bas, un des ateliers pédagogiques sur la prévision météorologique.
Crédit image : Hélène Lafargue et Sophie / Les Francas du Tarn

 

Les défis solaires : des cellules qui libèrent l’imagination

Pour la huitième année consécutive, Planète Sciences Midi-Pyrénées et Délires d’Encre, en partenariat avec le Lycée Déodat de Séverac et la Cité de l'Espace, organisaient les Défis Solaires. D'autre partenaires comme Tenum ou l'association Soleval participent activement

Imaginée à l’origine par la Cité de l’espace, c’était en 2003 et 2004 une course d’endurance réservée aux individuels passionnés. Depuis 2005, c’est devenu l’aboutissement d’un projet pédagogique mené par des équipes d’élèves de lycées et lycées techniques, de collèges et, depuis 2010 avec des règles différentes et des véhicules de plus petite taille, d’écoles primaires. A partir de 2007, à l’initiative de Planète Sciences Midi-Pyrénées, l’opération a pris une ampleur nationale, avec des défis similaires organisés par les délégations régionales du réseau Planète Sciences. Les partenaires institutionnels sont l'éducation nationale (académie de Toulouse), la mairie de Toulouse, la région Midi-Pyrénées, la Cité de l’espace et l’Europe (FEDER).

Le défi à relever : concevoir, construire et faire fonctionner un modèle réduit de véhicule fonctionnant uniquement à l’énergie solaire avec des panneaux d’une surface limité à environ un quart de m2. Deux épreuves, une de pilotage et de manœuvrabilité (slalom) et une d’endurance (course de quatre heures), permettent de valider et de comparer les performances respectives des véhicules.

En marge des courses, un village d’animation permettait de s’informer sur les énergies avec en particulier la voiture solaire du lycée d’Artagnan de Nogaro, le four solaire du lycée Déodat de Séverac et ses Chamallows grillés, le spatiobus du CNES avec la maquette à du satellite Pléiades et ses panneaux solaires fonctionnels, le point information énergie de Soleval (avec Aurore, un prénom bienvenu pour démarrer une journée ensoleillée…)

 

Défis solaires - 2012 - Lycées - Voiture solaireArrêt au stand pour la voiture REPTSOL de l’équipe du lycée Déodat de Séverac. Vérification du circuit électrique avant de repartir sur les chapeaux de roue et sous les chapeaux de soleil.
Crédit image : Gédéon

 

C’est à piles ? Non, encore plus attractif !

L’opération est décrite dans un cahier des charges détaillé qui permet de se faire une idée de l’intérêt du projet que réalisent les élèves avec leurs enseignants.

Quelques chiffres permettent de mesurer l’ampleur de l’édition 2012 :

  • Dans la catégorie « écoles primaires », 13 écoles, 21 classes et 34 véhicules avec près de 800 participants (élèves et accompagnants) présents le vendredi à la Cité de l’espace, avec une très forte mobilisation des élèves et des enseignants du lycée Déodat de Séverac (4( personnes !) pour assurer l’organisation et l’encadrement.
  • 9 collèges, 13 équipes et 13véhicules solaire en course dans la catégorie « collèges ».
  • 15 équipes dans la catégorie « lycées »
  • 13 équipes dans la catégorie « loisirs, grandes écoles et individuels », qui ont fait preuve d’une grande ténacité malgré un dimanche particulièrement pluvieux. Cela a beaucoup compliqué l’épreuve d’endurance mais les véhicules qui présentaient la plus grande efficacité énergétique ont quand même bouclé plus de 100 tours de circuit.
  • Au total, 73 véhicules et des équipes enchantées de voir aboutir leurs projets. 

 

Sans oublier, pour la première fois en 2012, une épreuve de qualification départementale organisée dans les Hautes-Pyrénées, avec 7 écoles primaires et 19 véhicules.

Des élus représentants les partenaires, mais aussi le Conseil général de Haute-Garonne, le Sicoval et le rectorat de l'académie de Toulouse, représenté par Bernard Royannais (IA-IPR), ont remis les prix et les coupes.

 

 

Planète Sciences - Défis solaires 2012 - primaires - 01-0Nombreux supporters en culotte courte pour assister aux courses de voitures solaires des écoles
primaires. Crédit image : Camille Rossignol / Délires d’encre

 

Les résultats détaillés seront publiés dans un prochain article et seront également mis en ligne sur le site des défis solaires de Planète Sciences Midi-Pyrénées. Sur le plan pédagogique, la course n’est que la partie émergée (dimanche, elle était aussi immergée…) de l’iceberg : c’est surtout l’occasion de valoriser un travail de projet menée tout au long de l’année scolaire.

La grande nouveauté de l’année 2012, c’est la mise en place de blogs conçus par les bénévoles de Planète Sciences Midi-Pyrénées. Ils donnent une visibilité sur l’avancement des travaux en cours et mettent l’accent sur la démarche de projet avec des revues intermédiaires. Je vous invite à les consulter pour découvrir les coulisses de la mise au point des voitures solaires. Si vous êtes enseignants, jetez également un œil sur les dossiers techniques (par exemple celui du lycée Saint-Exupéry de Blagnac) préparés par les équipes. Ils ont été mis en ligne pour permettre aux membres du jury de les évaluer.

En 2013, les blogs, très appréciés, seront généralisés à l’ensemble des opérations scolaires proposées par Planète Sciences Midi-Pyrénées.

 

Planète Sciences - Défis solaires 2012 - collèges - 01-0La remise des prix dans la catégorie collège, en présence du directeur de la Cité de l’espace,
Jean-Baptiste Desbois, de Bernard Royannais, représentant l'académie de Toulouse, et de plusieurs élus : Catherine Guien (Mairie de Toulouse), Alain Fillola (Conseil Général), Marie-Claude Leclerc
(Conseil Général), Françoise Emery (Sicoval).Crédit image : Camille Rossignol / Délire d’encre

 

Pas d’image satellite dans cet article ?

J’allais oublier… En voilà trois…

D’abord deux images montrant la situation météo en France et en Europe le jour des rencontres régionales météo-jeunes, au moment de la remise des prix, et le dimanche matin au moment du départ de la course de véhicules solaires dans la catégorie loisirs. Il n’y a pas photo : temps ensoleillé et chaleur le jeudi, ciel gris et pluie le dimanche.

 

Meteosat 9 - Toulouse - 31-05-2012 - 13h00Meteosat 9 - Toulouse - 03-06-2012 - 08h00Deux extraits d’images acquises par le satellite Météosat. En haut, le 31 mai à 13h00 UTC.
En bas, le 3 juin à 8h00 UTC. Crédit image : Eumetsat.

 

Energie solaire : pour ne pas tomber dans le panneau

Ensuite, pour ceux qui ont des doutes sur l’avenir de l’énergie solaire et sur les possibilités de développement industriel, au moment où Solar Impulse, le premier avion conçu pour voler de jour et de nuit sans carburant ni émissions polluantes grâce à l'énergie solaire, vient de réussir à Rallier Rabat Salé depuis Madrid Barajas après un vol de 18h30, voici une image très spectaculaire

Quand on parle de panneaux solaires comme source d’énergie électrique, on pense d’abord aux satellites. Voici un exemple plus "terre à terre" : le Gujarat Solar Park, un gigantesque programme indien d’énergie solaire. L’image montre la centrale solaire du Charanka Solar Park, inaugurée le 19 avril dernier. C’est à l’ouest de l’Inde, à Charanka dans le district de Patan, à proximité du Pakistan. La puissance totale installée dépasse maintenant 600 MW.

 

GeoEye - Gujarat Solar Park - Inde - 27-04-2012 - RR25La centrale solaire de Charanka Solar Park. Image acquise par le satellite GeoEye 1 le 27 avril 2012.
Crédit image : GeoEye satellite image.

 

Cela continue pendant l’été…

Découvrir les sciences et technique de manière attractive, en pratiquant directement une démarche expérimentale et en vivant l’aventure d’un projet technique en équipe : c’est la base du projet pédagogique de Planète Sciences Midi-Pyrénées.

Les enseignants qui ont participé à ces opérations scolaires connaissent tout l’intérêt de la démarche dans le cadre scolaire.

C’est possible aussi pendant les loisirs et même pendant les vacances :

  • Mercredi 6 juin, c’est la Journée du Loisir Scientifique (JLS) organisée par le CIRASTI Midi-Pyrénées à la Cité de l’espace : l’occasion pour les jeunes des centres de loisirs de la région de découvrir les activités scientifiques et techniques de manière ludique, avec des défis à relever.
  • Pendant l’été, le centre de loisirs de la Maison des sciences de Planète Sciences Midi-Pyrénées accueille les jeunes pour des stages sans hébergement à Ramonville Saint-Agne.
  • Pour une immersion plus complète, essayez les Vacances Planète Sciences : il reste quelques places pour nos séjours de vacances : "le plein de découverte" pour les 10-13 ans du 8 au 15 juillet, du 16 au 23 juillet et du 24 au 31 juillet et "De la terre à l'espace" pour les 13-16 ans du 8 au 26 juillet.

 

En savoir plus :

Par Gédéon - Publié dans : Activités éducatives et pédagogiques - Communauté : Science & Avenir
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Partager

Rechercher

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Présentation

  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Flux RSS

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés