Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 14:02

  Pyrénées - Vignemale - Glacier Ossoue - Bellevue - 21-09-Pyrénées - Vignemale - Glacier Ossoue - Bellevue - vers 1Le glacier d’Ossoue, au pied du Vignemale, dans les Pyrénées. En haut, photographie prise le 21
septembre 2013 au niveau des grottes de Bellevue (Crédit image : Gédéon).
En bas, le glacier au début du vingtième siècle.

 

Climate change 2013 : The Physical Science Basis

Il s’appelle AR5, pour assessment report n°5. C’est le cinquième rapport du GIEC, l'IPCC pour les anglo-saxons, dont les principales conclusions ont été rendues publiques le 27 septembre 2013 à Stockholm par le groupe international d’experts du changement climatique. Le rapport complet sera publié le30 septembre.

Les chiffres cités témoignent de l’ampleur du travail de coopération scientifique internationale pour préparer ce 5ème rapport: 209 auteurs principaux, 50 éditeurs de 39 pays, 600 contributeurs de 32 pays…

Au-dela de ces quelques chiffres, les conclusions du rapport, leur niveau de confiance et les perspectives sont à la fois impressionnants et inquiétants. En voici une petite synthèse, extraite du résumé mis en ligne sur le site du GIEC, avec une zome sur le glacier du Vignemale dans les Pyrénées et quelques images des satellites d’observation ou d’illustrations provenant de données spatiales.

 

La confiance règne, c'est sûr...

Pour chaque thème, les experts indiquent le niveau de confiance de leurs conclusions :

  • Virtually certain : presque sûr (probabilité supérieure à 99%).
  • Extremely likely: confiance très élevée (probabilité supérieure à 95%)
  • Very likely: confiance élevée (probabilité supérieure à 90%).
  • Likely : confiance moyenne, probable (probabilité supérieure à 66%)

Il est frappant de noter la différence entre les qualificatifs utilisés dans ce nouveau rapport et ceux du rapport précédent.

 

Des faits : le réchauffement du système climatique est sans équivoque

Depuis les années 50, beaucoup des changements observés sont sans précédent, par rapport à notre connaissance du climat passé.

L'atmosphère et les océans se sont réchauffés, les quantités de neige et de glace ont diminué, le niveau de la mer s’est élevé et les concentrations de gaz à effet de serre ont augmenté.

Pour chacune des trois dernières décennies, la surface de la Terre a été plus chaude que toutes les décennies précédentes depuis 1850. Dans l'hémisphère Nord, 1983-2012 a probablement été la séquence de 30 années la plus chaude des 1400 dernières années (confiance moyenne).

C’est le réchauffement de l'océan qui contribue le plus à l'augmentation de l'énergie stockée par le système climatique : cela représente plus de 90 % de l'énergie accumulée entre 1971 et 2010 (confiance élevée). Il est pratiquement certain que la couche supérieure des océans (jusqu’à 700 mètres de profondeur) s’est réchauffée entre 1971 et 2010, et il s’est probablement réchauffé entre les années 1870 et 1971.

 

Glace de mer - Arctique - Epaisseur Cryosat - Printemps 201Glace de mer - Variations épaisseur 2011-2013 - Cryosat -Evolution de l’épaisseur de la glace de mer mesurée par le satellite Cryosat.
En haut, carte pour le mois d’avril 2013 (crédit image : Planetary Visions/CPOM/UCL/ESA).
En bas, évolution entre 2011 et 2013 (crédit image : A.ridout / UCL).

 

Des conclusions glaçantes

Au cours des deux dernières décennies, les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique ont perdu une partie leur masse. Les glaciers ont continué à diminuer presque partout dans le monde.

La glace de mer dans l’arctique et la couverture neigeuse au printemps dans l’hémisphère nord ont continué à diminuer en superficie (confiance élevée).

 

 

bilan_annuel_masse_glacier_ossoue.png Vignemale---Glacier-d-Ossoue--Pyrenees---Bilan-de-masse-e.JPG
Bilan annuel de masse du glacier d’Ossoue (Massif du Vignemale - Pyrénées françaises) depuis 2001.
Crédit image : ONERC (Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique)

 

Ça baigne, ça gaze...

Le taux d'élévation du niveau de la mer depuis le milieu du 19ème siècle a été plus important que le taux moyen au cours des deux millénaires précédents (confiance élevée). Entre 1901 et 2010, le niveau global moyen de la mer a augmenté de 19 cm (de 17 à 21 centimètres).

Les concentrations atmosphériques en dioxyde de carbone (CO2), méthane et oxyde nitreux ont atteint des niveaux sans précédent depuis 800000 ans.

 

Un goût acide

La concentration de CO2 a augmenté de 40 % depuis l’ère préindustrielle, principalement à cause des émissions issues de combustibles fossiles et également à cause des changements d’occupation des sols.

Les océans ont absorbé environ 30% des émissions de dioxyde de carbone, entraînant leur acidification.

 

Top modèle

Les modèles climatiques se sont améliorés depuis le précédent rapport du GIEC. Les derniers modèles reproduisent correctement les évolutions de température de surface observés à l'échelle continentale observés et les tendances au fil des décennies. De même, les modèles restituent bien le réchauffement plus rapide depuis le milieu du 20ème siècle et le refroidissement immédiatement après les grandes éruptions volcaniques (confiance très élevée).

 

Changement climatique - Evolution concentration CO2 - NHEvolution de la concentration en dioxyde de carbone (CO2) entre 2003 et 2013 dans l’hémisphère
nord. Données obtenus à partir des instruments Sciamachy sur le satellite européen Envisat et TANSO
sur le satellite japonais GOSAT. Les variations annuelles sont liées au cycle de la végétation
(photosynthèse et évapotranspiration). Crédit image : Université de Brème / ESA

 

Qui a laissé le chauffage allumé ?

Pour les experts du GIEC, le forçage radiatif total est positif : notre système climatique absorbe de l’énergie. La plus grande contribution est due à l'augmentation de la concentration atmosphérique de CO2 depuis 1750.

L'influence humaine sur le système climatique est claire. Cela est évident à partir des concentrations de gaz à effet de serre croissantes dans l’atmosphère, le forçage radiatif positif, le réchauffement observé et la compréhension du système climatique par les scientifiques.

L'influence humaine a été détectée dans le réchauffement de l'atmosphère et de l'océan, des changements dans le cycle global de l'eau, les réductions de neige et de glace, l’élévation du niveau moyen global de la mer et des changements dans certains phénomènes climatiques extrêmes.

La confiance des scientifiques dans l’origine anthropique du réchauffement climatique a augmenté depuis le quatrième rapport. Il est extrêmement probable que l'influence humaine est la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du 20ème siècle.

La poursuite des émissions de gaz à effet entraînera un réchauffement et des changements dans toutes les composantes du système climatique. Limiter ce réchauffement va demander des efforts substantiels et soutenus de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre.

 

Et demain ?

Pour tous les scénarios retenus (le GIEC parle de RCP pour Representative Concentration Pathways ou scénarios d’évolution des concentrations de gaz à effet de serre), le changement global de la température de surface à la fin du 21ème siècle est susceptible de dépasser 1,5°C par rapport à la période 1850-1900.

Selon les scénarios, l’élévation de température pourrait être supérieure. Le scénario dit RCP8.5 prévoit une augmentation de 2,6 à 4,8°C. C’est cette dernière valeur que la plupart des médias ont retenu dans les articles publiés aujourd’hui.

La région de l'Arctique se réchauffera plus rapidement. L’échauffement des terres émergées sera plus grand que sur l'océan (confiance très élevée). Dans presque tous les cas, le réchauffement continuera au-delà de 2100 avec une variabilité temporelle et régionale.

Les changements dans le cycle global de l'eau en réponse au réchauffement au cours du 21ème siècle ne seront pas uniformes. Les écarts de précipitations entre régions humides et régions sèches et entre les saisons humides et sèches augmenteront, avec la possibilité d’exception à l’échelle régionale.

 

Vaisseau Terre : bienvenu à bord !

L'océan continuera de se réchauffer globalement au cours du 21ème siècle. La chaleur accumulée perturbera la circulation océanique.

Il est très probable que la couverture de glace de mer arctique continuera à se rétrécir et s’amincir et que la couverture de neige de printemps dans l'hémisphère Nord va diminuer au cours du 21ème siècle. Le niveau moyen de la mer continuera d'augmenter au cours du 21ème siècle.

La température de surface moyenne de la planète augmentera. Le volume global des glaciers va encore diminuer.

Les émissions cumulées de CO2 détermineront en grande partie le réchauffement moyen de la surface du globe pour la fin du 21ème siècle et au-delà. La plupart des manifestations du changement climatique vont persister pendant plusieurs siècles même si les émissions de CO2 s’arrêtaient aujourd'hui.

 

IPCC---GIEC---AR5---sea-ice-and-surface-temperature---Proje.jpgProjections d'évolution de la température moyenne de surface et de la surface de glace de mer.
Courbes extraites du résumé du cinquième rapport du GIEC. Source : IPCC.

 

Rester optimiste…

J’ai cherché à conclure avec une note optimiste mais aujourd’hui, c’est difficile ! J’espère que vous trouverez un bon angle d’attaque en classe avec vos élèves… Cela pourrait être par exemple le rôle de la recherche scientifique, la prise de conscience qu’il y a des incertitudes mais aussi des faits scientifiques.

Les plus pragmatiques diront qu’il faut désormais mettre l’accent sur les mesures d’adaptation au changement climatique.

Il n'est pas sûr qu'aujourd'hui Russel ferait encore creuser ses grottes au pied du glacier du Vignemale.

Pour rester positif, on peut se souvenir de la citation du poète allemand Friedrich Hölderlin : "Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve" (Wo aber Gefahr ist, wächst das Rettende auch). A condition d'être "déterminé à agir", rajouterait Jean Monnet.

 

En savoir plus :

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ghislaine 28/09/2013 17:50

A tout hasard, allez voir une autre vision du climat, par exemple cet article :

http://objectifterre.over-blog.org/article-propheties-climatiques-120297972.html

ou bien celui-là :

http://objectifterre.over-blog.org/article-pause-du-rechaffement-si-la-tendance-se-poursuit-durant-vingt-ans-nous-aurons-de-fortes-indicati-120298995.html

ou d'autres encore, avec de nombreuses références vers des climatologues non inféodés.

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...