Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 20:20

 

SpaceX - SES 10 - Première - landing and reuse - First stage - Falcon 9 - History - 30 mars 2017 - Elon Musk

Décollage du lanceur Falcon 9 emportant le satellite SES-10 avec un premier étage ayant déjà volé.
A gauche, la récupération du premier étage après le lancement du Dragon CRS-8 en avril 2016.
A droite, le lancement du satellite SES-10 le 30 mars 2017. Crédit image : SpaceX

 

Deux fois : c’est une première

Pour les amateurs d’espace, le mois de mars s’est terminé en beauté, avec une première réalisée par la société SpaceX : le lancement réussi d’une fusée équipée d’un premier étage qui avait déjà volé un an plus tôt. Et, c’était l’objectif principal, le satellite de télécommunications SES-10 (5282 kg), construit par Airbus Defence and Space, a été mis en orbite avec succès.

Certes, le Space Shuttle, retiré définitivement du service en 2011, avait été conçu pour être réutilisé (pas le gros réservoir principal) mais c’est bien la première fois qu’une fusée dite « classique », proposée par un opérateur commercial, décollait avec premier étage complet ayant déjà servi.

La mission prévoyait également une expérience de récupération d’une moitié de la coiffe.

Coïncidence : ça se passe au mois de mars, cher à Elon Musk…

Cerise sur le gâteau : SpaceX a réussi, une fois de plus, à récupérer son premier étage après un atterrissage en douceur sur une barge en mer. Combien de fois volera-t-il ?

 

La bonne occase…

Je profite de l’occasion pour faire un petit bilan des lancements orbitaux au premier trimestre de l’année 2017.

Entre le premier janvier et le 31 mars 2017, il y a eu au total 18 lancements orbitaux, 17 réussis et un échec, aucun vol habité. C'est la Chine qui a inauguré l'année spatiale 2017.

 

Lancements - 2017 - Premier trimestre - First quarter - Summary - Résumé - Arianespace - SpaceX - ULA - Launch reportBilan des lancements orbitaux - launch report - First quarter 2017 - Premier trimestre 2017 - Fusées et satellites

Le tableau de bord des lancements orbitaux en 2017. Le bilan du premier trimestre.
Infographie : Gédéon

 

Le seul échec a eu lieu le 14 janvier à Uchinoura au Japon. Le lancement était un test de mise à orbite d’un cubesat à partir d’une petite fusée-sonde SS-520-4 (2,6 tonnes au décollage). Il s’agissait d’une expérience unique.

Il est un peu tôt pour faire une prévision mais on peut dire que l’année 2017 démarre mollement : il y a avait eu 22 lancements, tous réussis, sur la même période en 2016.

La masse totale satellisée atteint presque 78 tonnes (par comparaison, 87 tonnes à la même date en 2016), très homogène sur chacun des trois premiers mois de l’année.

Par contre, le nombre de satellites lancés depuis le début de l’année est très impressionnant : 133 (seulement 26 à la même date en 2016).

 

Famille nombreuse : un lancement qui décoiffe !

Il faut dire que l’Inde, avec un seul lancement, a fait très fort en ce début d’année : le 15 février 2017, la fusée PSLV-XL C37 qui a décollé à 3:58 UTC de Sriharikota a mis en orbite basse 104 satellites en une seule fois ! A cette occasion, le record du nombre de satellites lancés simultanément a été largement battu. Pas le record de masse satellisée : au total, la charge utile de la fusée PSLV-C37 ne représentait que 1378 kg.

La charge utile principale, avec une masse de 714 kg, était Cartosat-2D, un satellite d’observation de la Terre. A 505 km d’altitude, son instrument panchromatique offre une résolution au sol de 65 cm (2 m en mode multispectral) sur une fauchée de 10 km.

Parmi les nombreux autres passages, on peut mentionner 88 satellites d’observation Flock de nouvelle génération (Flock-3p) pour le compte de la société Planet et 8 satellites Lemur (localisation AIS et météorologie par radio-occultation) pour la société Spire. Une preuve tangible que le New Space est en train de devenir une réalité dans le domaine de l’observation de la Terre.

Ce seul lancement indien explique aussi pourquoi 83% des satellites lancés au premier trimestre 2017 sont des satellites commerciaux.

Au total, l’observation de la Terre civile représente pratiquement 70% des satellites (92) mis en orbite depuis le début de l’année 2017, loin devant les satellites de télécommunications à 13% (17 satellites).

Pour être complet, quatre autres satellites LEMUR de la société Spire et TechEdSat-5 ont été largués de l’ISS le 6 mars 2017, auxquels il faut ajouter huit cubesats largués entre le 16 et le 19 janvier.

 

Régime minceur : les satellites ne font pas le poids

Evidemment, avec seulement 12 satellites de plus de trois tonnes, le total de 133 satellites fait beaucoup descendre la masse moyenne mise en orbite. Elle n’est que de 586 kg au premier trimestre 2017. Elle remonte cependant à plus de 3200 kg au mois de mars au cours duquel seulement 8 satellites (dont 4 pour des missions militaires), plutôt gros, ont été lancés.

Le record de masse satellisée depuis le début de l’année 2017 est de près de 7300 kg, la masse du cargo Progress MS-05 lancé le 22 février 2017 pour ravitailler la Station Spatiale Internationale.

 

Lancements 2017 - Puissances spatiales - Pays de lancements - USA - Europe - Inde - Japon - Russie - Chine - Premier trimestre - Launch report - space nations

Les principales puissances spatiales au premier trimestre 2017 : nombre de lancements
nombre de satellites mis en orbite et masse totale satellisée par pays. Infographie : Gédéon

 

Puissances spatiales : America great again

Une dernière caractéristique du premier trimestre 2017 concerne les pays ayant effectué des lancements : même si chacune des 6 grandes puissances spatiales (USA, Chine, Japon, Europe, Russie, Inde), les états-Unis ont pris temporairement la première place du podium, avec 7 lancements, tous réussis. Ils sont également en tête en ce qui concerne la masse totale mise en orbite avec plus de 43 tonnes, devant l’Europe avec près de 14 tonnes. Suivent, à égalité, la Chine (qui a inauguré l’année spatiale 2017) et l’Europe avec trois lancements. La japon a également effectué trois lancements mais connu un échec.

 

Bilan des lancements - Types de lanceurs - Premier trimestre 2017 - Launch report - rocket type - Ariane - Atlas - Falcon - Soyouz - PSLV - HII - Delta

Bilan du premier trimestre 2017 : lanceurs utilisés et nombre de satellites
mis en orbite. Infographie : Gédéon

 

Du côté des lanceurs utilisés, la fusée Falcon 9 de Space X a brillamment réussi son retour en vol, très attendu en janvier 2017. Au premier trimestre, elle a été lancée 4 fois, avec 13 satellites mis en orbites (dont les 10 premiers Iridium Next lancés le 14 janvier 2017), devant les fusées Atlas, Soyouz et H-II (deux lancements chacune au cours du premiers trimestre).

Là aussi, il est un peu tôt pour voir se dessiner une tendance pour 2017. La compétition entre les principaux opérateurs commerciaux va être intéressante à suivre. A ce jour, c’est SpaceX qui arrive en tête avec 4 lancements, 13 satellites et 26 tonnes mises en orbite, devant United Launch Alliance et Arianespace (3 lancements chacun).

 

Lancements orbitaux - Bilan premier trimestre 2017 - Orbital launches - ULA - Arianespace - SpaceX - Masse satellisée - nombre de lancements - nombre de satellites - concurrence - opérateurs commerciaux

Lancements orbitaux du premier trimestre 2017 : les chiffres-clés des trois principaux opérateurs (Arianespace, United Launch Alliance et SpaceX). Infographie : Gédéon

 

Courroux à Kourou : quantité de mouvement social

Egalement une première en mars : le mouvement de grève en Guyane a entraîné le report de la mission Ariane 5 VA 236 qui devait mettre en orbite les satellites SGDC et Koreasat-7.

A cause des blocages, Eutelsat 172B, le premier satellite tout électrique construit par Airbus Defence and Space, qui devait être initialement lancé le 25 avril 2017, n’a pas pu être débarqué de son Antonov An-124. Il a finalement été renvoyé à Toulouse…

Souhaitons que la situation en Guyane s’améliore, sans entraîner de nouveaux retards sur le calendrier de lancement d’Arianespace. Les opérations de lancement ne laissent pas beaucoup de marge de manœuvre.

 

Des raquettes pour voir la rocket

Je vous épargne la description exhaustive de tous les lancements : vous retrouverez tous les détails (en anglais) sur le site spacelaunchreport ou sur le site très documenté de Jonathan (Jonathan Space Report). A côté du lancement de la première fusée d’occasion et des 104 satellites de la fusée indienne PSLV-37, on peut quand même citer quelques vols emblématiques :

  • Le 28 janvier, le premier lancement depuis la Guyane d’une fusée Soyouz à destination de l’orbite de transfert géostationnaire (GTO). A bord, le satellite Hispasat 36W-1 construit par OHB. D’une masse de 3220 kg, il utilise la plateforme SmallGEO.
  • Le 19 février, tout un symbole, le premier décollage d’une fusée Falcon 9 depuis le célèbre complexe de lancement 39 Pad A du Kennedy Space Center, d’où sont parties les fusées Apollo et les Space Shuttles. Les travaux sur le site du lancement préparent les futurs vols habités opérés de SpaceX.
  • A Baikonour, sous la neige, le dernier vol de la fusée Soyouz-U, le 22 février 2017, emportant le cargo Progress MS-05 vers l’ISS. Depuis son premier vol en 1973, elle a été lancée 786 fois (avec 765 succès), avec par exemple 47 vols au cours de la seule année 1979.
  • Le premier vol de la nouvelle fusée chinoise KT-2 (Kaitou 2) le 2 mars 2017. Elle peut mettre en orbite à 700 km d’altitude une charge utile de 250 kg.

 

Soyouz-U - Dernier lancement à Baikonour - Progress MS-05 - 22 février 2017 - Roscosmos

Chant du cygne sur le champ de tir : dernier lancement d’une fusée Soyouz-U depuis Baikonour.
Mise en orbite du cargo Progress MS-05 le 22 février 2017. Crédit image : Roscosmos

 

En savoir plus :

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...