Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 19:09

 

Vendée Globe - Arrivée - Sables d'Olonne - Armel Le Cléac'h - Alex Thomson - Sentinel-2A - Copernicus - ESA - Satellite

Retour sur la terre ferme : les Sables d’Olonne vus par le satellite européen Sentinel 2-A
le 23 décembre 2016 à 11h04 UTC. Crédit image : ESA / Copernicus / Commission européenne

 

Retour au bercail

C’est aujourd’hui aux Sables d’Olonne que se termine un superbe duel entre deux grands marins, un breton et un gallois.

Au final, C’est Armel Le Cléac’h qui emporte le Vendée Globe 2016 après 74 jours de course. Son voilier « Banque Populaire VIII » a franchi la ligne d’arrivée vers 16h30. Il a ensuite remonté le chenal d’entrée des Sables d’Olonnes avant de rejoindre la terre ferme en fin de journée.

 

Boss : 8 heures ?

Le français précède de peu Alex Thomson sur « Hugo Boss », à environ 105 milles nautiques (un peu moins de 200 km soit une douzaine d’heures de retard). Dans un mouchoir de poche, les deux skippers sont en tête de la course depuis plusieurs semaines et Jérémie Beyou sur « Maître Coq » (à 550 milles nautiques le 20 janvier au matin) devrait occuper la troisième place du podium.

Le vainqueur a parcouru 27455 milles nautiques (soit près de 50850 km) en exactement 74 jours 3 heures et 35 minutes. Presque 4 jours de moins (3 jours 22 heures 41 minutes) que François Gabart, le vainqueur de la précédente édition en 2013.

 

Comme un navire avec des ailes…

Il est vrai qu’Armel Le Cléac’h et Alex Thomson, comme 5 autres skippers, ont choisi de miser sur des monocoques équipés de foils, l’innovation technologique de ce Vendée globe. Un pari gagnant : les 4 premiers de la course ont fait le même choix. Sur les 11 qui ont abandonné, seulement deux étaient des foilers. Les bateaux moustachus vont certainement se multiplier…

Pour cette 8ème édition du Vendée Globe, Armel Le Cléac’h est également le premier skipper à terminer trois Vendée Globe, après avoir fini deux fois deuxième (en 2008 et 2012).

 

Dare-dare au radar…

La course n’est pas terminée pour autant : le 18ème et dernier concurrent, Sébastien Destremo, sur est à environ 9400 milles nautiques de l’arrivée (17400 km). Il n’a pas encore passé le Cap Horn.

Au moment où Sentinel-2 prenait l’image des Sables d’Olonne qui illustre cet article, deux jours avant le nouvel an (rappelez-vous c’était l’été !), Armel Le Créach remontait vers le nord au large de la frontière entre l’Uruguay et le Brésil, suivi par Alex Thomson à seulement 28 nm et Jérémie Beyou à 1180 nm. Le trio de tête n’a pas changé dans la dernière ligne droite.

 

Vendée Globe - Cap Horn - Passage de Drake - Armel Le Cléac'h - Alex Thomson - Course en solitaire - Radar - Satellite - Sentinel-1A - Copernicus - ESAVendée Globe - Cap Horn - Passage de Drake - Armel Le Cléac'h - Alex Thomson - Course en solitaire - Radar - Satellite - Sentinel-1A - Copernicus - ESA

Le cap Horn vu par le satellite radar Sentinel-1A le 21 décembre 2016 à 23h46 UTC.
Quelques jours avant le passage du Cap Horn par Armel le Cléac’h et Alex Thomson.
En bas, zoom sur les îles Hermites et Wollaston et le passage de Drake.
Crédit image : ESA / Copernicus / Commission européenne

 

Mâles de mer

12 skippers ont encore plus de 3000 milles nautiques à parcourir : ils n’ont pas encore retrouvé l’hémisphère nord. C’est déjà une performance : 11 skippers sur les 29 au départ de la course le 6 novembre ont été contraints à l’abandon.

 

Hommes à la mer, satellites à la mer

Ce sont les satellites qui sont utilisés pour recevoir les appels de détresse. C’est également grâce aux satellites que la position des skippers et de leurs voiliers peut être connue avec précision partout dans le monde permettre à l’organisateur du Vendée Globe d’établir un classement en temps réel.

Météorologie, localisation, télécommunications, alerte et détresse, cartographie des icebergs : j’ai publié le 6 novembre un article plus technique qui passe en revue toutes les informations qu’apportent les différents satellites et les rendent indispensables aux marins, qu’il s’agisse de course au large, de pêche, de transport ou même de defense.

Je reviens ici sur l’ensemble de la course vue à travers les données de navigation transmises par les satellites de télécommunications.

Galileo qui vient d’entrer en service (malgré quelques retards de calendrier et problèmes d’horloge) n’est pas encore utilisé pour l’édition 2016. Ce n’est que partie remise. C’est le système GPS américain (Global Positioning System) qui fournit les mesures des balises MAR-Y équipant tous les navires. C’est la société française CLS qui assure le service de localisation.

CLS fournit aussi le service de cartographie des icebergs, utilisant des images radar comme celle du satellite Sentinel-1 montrant le Cap Horn. OK, ça donne l'impression de regarder la TV en noir et blanc mais essayez donc de trouver une image récente sans nuages du Cap Horn. La radar est fait pour ça...

Toutes les informations sont transmises par les satellites de communication (la constellation Iridium, dont les premiers satellites de nouvelle génération viennent d’être lancés et le système Inmarsat).

 

Un peu de géographie tour de monde en 74 jours et 9 étapes

L’image suivante illustre l’ensemble de la course avec "neuf étapes" (ou plutôt des points de passage) que j’ai retenues. Les dates indiquées correspondent au parcours du vainqueur :

  • Les premières heures de course après le départ des Sables d’Olonne (6 novembre 2016).

  • Le passage du Cap Finisterre en Espagne (7 novembre 2016).

  • La traversée de l’équateur du nord vers le sud, dès le 16 novembre 2016 pour Armel Le Cléac’h.

  • Le passage du Cap de Bonne espérance (24 novembre), au sud de l’Afrique.

  • Le passage du Cap Leeuwin (5 décembre), au sud de l’Australie.

  • La traversée de la ligne de changement de date à l’est de la Nouvelle-Zélande.

  • Le passage du Cap Horn (23 décembre), au sud de l’Amérique du sud.

  • Bienvenue chez les Ch’tis : le passage de l’équateur du sud vers le nord (6 janvier 2017).

  • L’approche de la ligne d’arrivée (19 janvier 2017).

 

Vendée Globe - 2016 - Cartographie - Tour du monde - Solitaire - Armel le Cléac'h - Alex Thomson - Cartographie - Cap Horn - Cap bonne espérance - Cap Leeuwin - équateur - ligne de changement de date

Tour du monde, endurance et sprint permanent : un duel de 74 jours et 9 étapes entre
Armel Le Cléac’h et Alex Thomson. Source des données : cartographie du Vendée Globe.
Illustration : Gédéon

 

Marqués à la culotte dans un mouchoir de poche

Cette extraits de la cartographie publie sur le site du Vendée Globe montrent bien que les deux skippers se sont affrontés dans un mouchoir de poche (j’ai de grands mouchoirs et de grandes poches) : l’écart entre les deux skippers a parfois été inférieurs à quelques dizaines de milles nautiques.

 

Google Earth ou Google Sea…

D’autres représentations des positions des skippers donnent une vision plus globale de la course, des différentes trajectoires et de l’influence des courants et de grands phénomènes météorologiques.

L’illustration suivante a été créée à partir de données que m’a aimablement communiquées Bruno Rémy de la société Agenium, qui conçoit des solutions de simulation numérique. J’avais publié des cartes similaires en 2013.

Ce n’est pas tout à fait le type de carte qu’on a l’habitude de voir mais ça ne fait pas de mal de changer un peu de point de vue…

 

Vendée Globe - 2016 - Cartographie - Google Earth - KML - KMZ - Agenium - tour du monde - 74 jours - Armel Le Cléac'h

Vue d’ensemble du Vendée Globe et de la trajectoire des différents skippers. Copie d’écran
de Google Earth avec des données de positionnement des navires. Source : Bruno Rémy / Agenium

 

En savoir plus :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...