Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 08:18

 

US elections - 2016 - Nouveau président - Résultats des villes - Résultats des champs - Hillary Clinton - Donald Trump - Population - Grands électeurs - satellite - vu la nuit depuis l'espace - Suomi NPP

Les Etats-Unis vus depuis l’espace la nuit. Image composite obtenue à partir de données de l’instrument VIIRS du satellite Suomi NPP. Crédit image : NASA Earth Observatory/NOAA NGDC

 

J’aime bien les images de la Terre vue de nuit depuis l’espace : on y voit paradoxalement beaucoup de choses... J’en utilise une comme fond d’écran sur mon PC. L’extrait publié ici provient de données acquises par le satellite Suomi NPP, depuis son orbite à 824 kilomètres d’altitude, en avril et octobre 2012. Les points lumineux correspondent évidemment aux zones urbaines où la population se concentre.

Comme en 2012, c’est l’occasion de s’intéresser à nouveau à la géographie des résultats, absolument inattendus, de l’élection du nouveau président américain.

 

Dernière ligne droite et fin des coups tordus… Avant le scoop de la nuit !

Mardi soir, en France, la plupart des observateurs sur les réseaux sociaux et les chaînes d'information anticipaient une victoire d'Hillary Clinton. Peu de suspense en perspective…

Mercredi matin : douche froide et gueule de bois. Après un moment de flottement, Hillary Clinton reconnaît sa défaite : le 45ème président américain s'appellera bien Donald Trump. Les termes utilisés par les commentateurs confirment la surprise générale : réveil douloureux, stupéfaction, séisme, impensable, nouvelle donne, le monde sous le choc...

Il semblerait que le phénomène de foire ait masqué le fait de société.

 

élections américaines - Trump élu - Trump président - Défaite Hillary Clinton - Résultats par état - Partiel - Politico - US elections - Tout le monde s'est trumpé

Même partiels, les résultats du vote confirment une large victoire de Donald Trump.
Carte des résultats du scrutin pour l'élection du president américain.

Version publiée le 9 novembre 2011 sur le site Politico.

 

Donald Pictou

Les résultats détaillés, dans chaque état et dans chaque comté, sont publiés, par exemple, sur le site Politico. Ils sont encore partiels dans quelques états mais il n'y a plus de doute sur le nom du nouveau Président.

Journalistes, instituts de sondage : les premiers commentaires effarés confirment que tout le monde s'est "trumpé"...

 

Swing states : ça a swingué beaucoup plus que d"habitude

Tous les médias vont maintenant publier de savantes analyses pour expliquer ce scoop avec des cartes détaillées montrant la répartition des votes démocrates et républicains en fonction des états.

La comparaison avec les cartes déjà publiées pendant les primaires et la campagne présidentielle va être intéressante. Surtout pour les swing states, ceux où le vote était indécis et pouvait changer de camp, d'un scrutin à l'autre, voire effectivement faire basculer le résultat du vote final.

En 2016, il y avait apparemment plus de swing states que dans le passé, au moins entre dix et quinze : la Floride (un des plus importants, qui avait voté deux fois pour Obama et qui vient de choisir Trump), l'Ohio, le New Hampshire, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nevada, l'Arizona, le Wisconsin, la Virginie, le Colorado, l'Iowa, le Michigan, le Nevada.

Le vote latino n'a pas suffit... S'il n'a pas fait le grand chelem, Donald Trump a raflé une bonne partie des swing states.

 

Hillary beaucoup : Trump fête sa victoire

Comme moi, vous aviez certainement vu des cartes des derniers sondages où les états sont colorés en bleus pour les démocrates, en rouge pour les républicains, avec des nuances selon que le résultat est « très probable », « probable » ou une couleur violette dans le cas des états qui peuvent basculer.

Les dernières cartes publiées avant le mardi des élections montrent que les dernières prévisions étaient éloignées de la réalité. 218-276 au lieu de 275-215 : le score réel est pratiquement l'inverse des projections.

 

US elections - Prédident américain - Hillary Clinton - Donald Trump - Derniers sondages avant les résultats - Swing states - Grands électeurs - Washington Post

Une carte publiée le 7 novembre 2016 par le Washington Post et montrant les prévisions de vote
et, donc, l'ampleur de l'erreur concernant les résultats respectifs de Donald Trump et d'Hillary Clinton.
Sur le site du Washington Post, la carte cliquable donne des détails dans chaque état.
Source : Washington Post / AP

 

Le dessous des cartes et le fonctionnement de l’élection américaine

En réalité, ces cartes colorées par état donnent une idée fausse de la réalité du vote final. Pour s’en rendre compte, il faut avoir en tête le principe de l’élection américaine…

Nous sommes habitués en France à l’élection du président au suffrage universel. Aux Etats-Unis, le scrutin est indirect : le mardi qui suit le premier lundi de novembre, les votants élisent des grands électeurs qui choisissent ensuite le président américain et le vice-président.

Chacun des cinquante États élit un nombre de « grands électeurs » égal au nombre de ses représentants et sénateurs. Il y a au total 538 grands électeurs (100 pour le Sénat, 435 pour la Chambre des représentants et… 3 pour le District fédéral de Columbia).

Le nombre de grands électeurs dépend de la population de chaque état. Par exemple, il y en a 55 en Californie, l’état le plus peuplé, et seulement 3 pour les 8 états avec la population la plus faible. Cette formule introduit un biais délibéré pour augmenter un peu le poids des états les moins peuplés.

Les votes des électeurs sont ainsi exprimés pour un grand électeur soutenant tel ou tel candidat ou plus simplement en mentionnent le nom des candidats.

 

Winner takes all, presque partout...

Selon le principe du vote, dans presque tous les états (sauf le Maine et le Nebraska), toutes les voix des grands électeurs de l’État vont au candidat arrivé le premier, accentuant l'écart entre le vainqueur et le perdant. On comprend aussi pourquoi les autres "petits" candidats n'existent pas vraiment.

Le comptage des grands électeurs se fait au mois de janvier qui suit le scrutin. C'est à ce moment que le président élu devient effectivement president des Etats-Unis.

D'autres pays, comme la France avec les règles de son scrutin majoritaire, ont mis en place des dispositifs destinés à permettre au vainqueur d'avoir réellement le pouvoir de gouverner.  

 

Carte d’électeurs : ne vous trumpez pas...

Revenons à notre image satellite nocturne illustrant les différences de densité de population selon les régions : elle aide à comprendre le dessous des cartes…

Manhattan compte plus d’un million et demi d’habitants mais ne représente qu’un tout petit point sur la carte. A l’opposé, il y a moins d’un million de personnes vivant dans le Montana, un des états dont la superficie est la plus importante au nord des Etats-Unis.

Mark Newman, un physicien anglais travaillant sur les systèmes complexes à l’Université du Michigan, a développé un logiciel qui « déforme » les cartes pour tenir compte de différents paramètres.

 

Warping

Il m’a autorisé à publier ici quelques exemples de « cartes tordues », dans lesquelles la surface des états ou des comtés est modifiée pour tenir compte de la population et non de la superficie. Ces cartes ont été réalisées à l’occasion des élections 2012, opposant Barack Obama à Mick Romney, et de celles de 2016.

C’est assez instructif, qu'il s'aggise des cartes pondérées par la population ou de la comparaison entre les elections 2012 et 2016.

J’espère que cela plaira aux amateurs de géographie.

 

Résultats élections américaines - états - population - grands électeurs - dessous des cartes - cartogramme - Mark Newman - 2012

élection présidentielle - US - états-Unis - résultats 2016 par état - carte - pondération grands électeurs et population - Trump - Clinton

Une carte et deux cartogrammes proposant des représentations différentes des résultats
de l’élection présidentielle américaine en 2012 et en 2016. Crédit image : Mark Newman

 

Cette première série de cartes, colorées en rouge (pour le vote républicain) et en bleu (pour le vote démocrate) compare :

  • Une carte des résultats dans chaque état, à gauche de la figure.
  • Une deuxième carte, en haut à droite, tenant compte de la population de chaque état. Par exemple, l’état de Rhodes Island, le plus petit des USA (avec seulement 4000 km2 dont un tiers d'eau), 60 fois plus petit que le Wyoming (près de 254000 km2) mais deux fois plus peuplé (2,2 habitants au km2), apparaît deux fois plus gros que le Wyoming. 
  • Une troisième carte, en bas à droite, où le nombre de grands électeurs est également pris en compte. Au premier coup d’œil, elle peut vous paraître identique à la seconde carte. Ce n’est pas le cas : le Wyoming, par exemple, a doublé de taille, illustrant le biais volontaire lié au nombre de grands électeurs qui n’est pas exactement proportionnel à la population. C'est à confirmer mais ce biais en faveur des zones rurales a probablement profité à Donald Trump pour le scrutin 2016.

 

Démocrates de villes et républicains des champs…

La première carte, avec beaucoup de bleu, donne l’impression visuelle que les républicains ont remporté l’élection en 2012. L’apparence trompeuse vient du fait que les états à dominante républicaine sont moins peuplés que les états votant majoritairement démocrate.

Même si la forme des Etats-Unis en prend un sacré coup, les deux autres cartes ou cartogrammes corrigent cette impression, avec désormais une dominante bleue assez marquée en 2012. C'est l'inverse en 2016.

 

Comptez les voix, comptez les comtés…

Toujours à partir des résultats des elections 2012 et 2016, Mark Newman a construit d’autres cartes à l’échelle de chaque comté où la différence entre la carte « standard » et le carte « modifiée » est encore plus frappante.

 

élections du président américain - répartition des votes à l'échelle des comtés - population - grand électeurs - swing states - Résultats - 2012 - Mark Newman

élection président américain - Trump - Clinton - Résultats par comté - Démocrates- Républicain - Pondération population

La répartition réelle des résultats du vote à l’échelle des comtés en 2012 et en 2016.
A gauche, la carte des comtés. A droite un cartogramme tenant compte de la population.

Crédit image : Mark Newman

 

Des trous dans le comté : on ne va pas en faire tout un fromage…

Bon, il faut reconnaître que colorer chaque comté intégralement en bleu ou en rouge, comme si tous les électeurs, en chœur, avaient voté démocrate ou républicain, fausse quand même un peu la représentation des résultats.

 

Les goûts et les couleurs : Deep Purple, entre Blue Oyster Cult et les Red Hot Chili Peppers  

Une solution pour représenter le score relatif de chacun des deux candidats est d’utiliser des nuances de bleu et de rouge, tenant compte des votes.

 

élections du président des états-unis - US elections - répartition des votes républicains et démocrates dans chaque comté - résultats - 2012 - Mark Newman

Election président américain - Trump - Clinton - Vote populaire par comté - Démocrates - Républicains - Pondération population

Une carte des résultats (votes reels) à l’échelle des comtés et un cartogramme tenant compte
de la population de chaque comté. Deux représentations différentes des résultats des élections
du président américain en 2012 et en 2016. Crédit image : Mark Newman

 

Dans cette dernière série de cartes, les nuances de couleurs (à défaut de cinquante nuances de Grey) mettent en évidence les résultats de manière plus subtile : il y a des comtés franchement démocrates et d’autres franchement républicains mais on constate également qu’il y a beaucoup de comtés où le score est plus indécis.

Le pourpre profond, c'est là où ça swingue le plus...

 

Purple rain : quand le pourpre redevient rouge...

Cela montre aussi l'effet de bras de levier, déjà mentionné, que joue la règle du "winner takes all" : je n'aimerais pas être à la place d'un grand électeur, avec des convictions democrates, dont le bulletin va finalement être comptabilisé en faveur de Donald Trump parce qu'une majorité, parfois réduite, de grands électeurs a voté républicain.

 

Trump - Clinton - Swing states - The winners takes all - When purple becomes red hot

"The winner takes all" : l'impact du mode de scrutin dans les swing states pour le scrutin 2016.
Pas de nuances : malgré des scores serrés, la couleur pourpre devient rouge vif...

Source des résultats : Politico

 

Un petit dessin vaut mieux qu'un long discours ?

Les apparences sont parfois trompeuses... Des explications détaillées aident à aller au delà des apparences. Evidemment, cela signifie lire, un peu plus que 140 caractères, et de se faire sa propre opinion. 

J’espère que ce petit voyage avec des cartes déformées vous incitera à garder un regard critique sur les images et les graphiques qu’on vous présente. Jetez un œil sur les légendes, les échelles et les axes. C’est toujours utile…

Si vous enseignez la géographie, j'espère aussi que cela vous inspirera pour quelques activités inhabituelles avec vos élèves.

D’autres cartographes ont également proposé des représentations tridimensionnelles des résultats de l’élection présidentielle. En voici un exemple...

 

Clinton - Trump - Géographie de l'électorat américain - Démocrates - Républicains - Carte 3D - Villes et campagnes - Résultats 2012

Exemple de carte 3D tentant de représenter la géographie du vote à la présidentielle américaine.
Crédit image: Robert J. Vanderbei
/ université de Princeton

 

Une petite dernière pour la route, proposée par Ken Field de la société ESRI : il représente chaque groupe de 1000 votants par un point lumineux.

Je trouve que la correlation avec l'image satellite illustrant le début de cet article est assez étonnante... D'un autre côté, cela veut juste dire que la majorité des électeurs habite en ville. Ce n'est pas un gros scoop ! Pour ceux qui aiment les défis, il y aurait peut-être un travail amusant pour voir si on peut extraire des informations sur le taux d'abstention en comparant les deux images. cela tombe bien : elles datent toutes les deux de 2012...

 

En 2016, la campagne gagne la champagne...

Dernière question à 1 dollar : est-ce que les citadins sont plutôt des democrates ? Et quelles sont les grandes villes républicaines ? 

Les cartes définitives des résultats 2016 détaillés à l'échelle des comtés pourraient montrer que les électeurs des régions plutôt rurales ont joué un rôle clé dans l'élection d'un candidat populiste.

Elire un candidat populiste ? Bien sûr, il est certain qu'un tel scénario ne pourrait pas se réaliser en France... Certain ? 

 

US elections - correlation - votes - city lights at night - democrats vs republicans - POTUS - ESRI

Carte des résultats de l'élection du président des Etats-Unis en 2012.
Crédit image : Ken Field (ESRI)

 

En savoir plus :

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jm 17/11/2016 18:43

Elections

Jm 17/11/2016 18:42

Me

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...