Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 08:16

 

Haïti- Matthew - Emergency response - First responders - NGA - National Geospatial Intelligence Agency - Satellite - Digital Globe - rush mode

 

Les acquisitions d'images satellite à Haïti effectuées par la NGA après
le passage de l'ouragan Matthew. Crédit image : NGA

Connaissez-vous la NGA ?

La National Geospatial-Intelligence Agency est  une agence américaine dont la  mission de collecter, analyser et diffuser le renseignement géospatial en utilisant l'imagerie satellite. Le terme anglo-saxon consacré est « GEOINT », à savoir l’analyse et l’exploitation d’images et d’informations géographiques qui permettent de décrire et d’évaluer des activités dans une zone géographique donnée.

On connaît surtout le rôle de la NGA dans le renseignement militaire : en 2011, la NGA a fourni des informations essentielles obtenues à partir d’images satellites qui ont permis de localiser la résidence d'Oussama ben Laden à Abbottabad au Pakistan. Sur la base de ces renseignements, les forces spéciales américaines ont mené en mai 2011 l’opération Neptune Spear au cours de laquelle le chef d’Al Qaïda a été tué.

Mais la mission de la NGA inclut également le support aux opérations de sécurité de grands évènements comme les jeux olympiques et l’assistance aux équipes de secours (first responders) après une catastrophe naturelle ou une crise humanitaire.

Par exemple, la NGA avait déjà participé à la planification des secours après le passage de l’ouragan Katrina en 2005.

L'agence ne communique évidemment pas sur ses missions de renseignement militaire. Ses interventions après une catastrophe naturelle ou une crise humanitaire sont les seules occasions de faire connaître ses activité et de communiquer sur son savoir-faire.

 

Le travail de la NGA après le passage de l’ouragan Matthew

Les équipes de la NGA sont à nouveau intervenues après le passage de l’ouragan Matthew à Haïti et le long de la côte est des Etats-Unis.

Des pages spéciales ont été mises en ligne pour diffuser les cartes et les informations produites à cette occasion.

 

Ouragan Matthew - Haiti - NGA - Damage assessment

 

Les dégâts causés par l'ouragan Matthew à Haiti.
Estimation réalisée par le National Geo-Intelligence Agency

 

Ces informations, non classifiées, sont très intéressantes car elles permettent de se rendre compte de la nature du travail des photo-interprètes en préparation d’une intervention de grande ampleur après une catastrophe naturelle.

Les exemples suivants illustrent la variété des informations nécessaires pour planifier une telle opération et préparer le déploiement des secours sur le terrain.

 

Comment la Géo-intelligence aide les services de secours après une catastrophe naturelle

On retrouve les ingrédients habituels de la gestion de crises : il y a bien sûr les « cartes de crises » qui donnent une évaluation des dégâts et des zones les plus touchées, les « cartes de référence », avec les plans des villes les plus récents.

Il y a aussi des informations essentielles sur l’état des ponts et du réseau routier, des ports et des aéroports (pour permettre l’acheminement des moyens de secours et d’aide humanitaires) ainsi que des informations sur la population et son état de santé.

On commence avec les cartes de référence... Voici deux exemples avec Jérémie et Les Cayes, qui font partie des localités les plus touchées par l'ouragan.

 

Haïti - Ouragan Matthew - Jérémie - Carte de référence - carte topographique - topo map - NGA - National Geospatial Intelligence AgencyOuragan Matthew - Carte de référence - reference map - Les Cayes - Haiti - NGA

Deux exemples de cartes topographiques (Jérémie et Les Cayes) publiées par la NGA
sur ses pages consacrées à l'ouragan Matthew

 

 

Ces cartes permettent aux secours de se déplacer et de se render aux différents endroits où ils doivent intervener. Avec ces cartes, il est impossible de connaître les dégâts aux routes, aux ponts  voire aux ports et aux aéroports qui ne sont pas répertoriés.

Pour cette raison, les équipes de cartographie rapide, à partir d'images satellites ou d'autres sources de données, passent en revue les infrastructures de transports pour évaluer leur état reel et savoir si elles sont praticables.

Voici quelques exemples d'analyses réalisées après le passage de l'ouragan Matthew.

 

Ouragan Matthew - Haiti - Jacmel Highway - Gosseline river - Damaged bridge - NGAMatthew - Haiti - NGA - Rouge 208 - Jacmet - Bainet - Assessment - Road constraints - First respondersHaiti - Matthew - HLZ - Helicopter Landing Zone - Tiburon - National Geospatial intelligence Agency - NGA

Exemple de travail de photointerpretation d'images satellites destine à preparer l'intervention
des secours. En haut, pont routier rendu impracticable après le passage de l'ouragan Matthew.
Au centre, analyse de l'état d'une route. En bas, localisation d'une zone jugée adaptée à l'atterrrissage
d'un hélicoptère (HLZ). Crédit image : NGA

 

Même les images à très haute resolution ne permettent pas toujours de caractériser exactement l'état des infrastructures. La NGA s'appuie donc sur d'autres sources de données : par exemple, l'utilisation des informations remontant par l'intermédiaire des réseau sociaux (social media reporting) qui prend de l'importance. Ce travail complexe permet de fournir des bulletins de synthèse transmis aux équipes intervenant sur place.

 

Matthew - Haiti - Road access constraints - état du réseau routier - first responders - protection civile - NGA - GEOINTHaiti - Matthew - Damage assessment - social media reporting - Réseaux sociaux - Twitter - Facebook - Snapchat - NGA - Octobre 2016

Document de synthèse résumant l'état des infrastructures routières à Haïti après le passage
de l'ouragan Matthew. En bas, carte illustrant le travail de "social media reporting".
Crédit image : NGA

 

Le volet santé, qu'il s'agisse de la situation de la population ou de l'état des infrastructures est évidemment très important. La NGA a également passé en revue les différents hôpitaux et centres de soins pour vérifier s'ils étaient utilisables. Dans le cas spécifique d'Haïti, le risque lié à l'épidémie de Choléra est également pris en compte.

 

Haïti - Ouragan Matthew - Dame Marie - état des hôpitaux - NGA - GEOINT - geointelligenceHaiti - Matthew - Choléra - Carte de mortalité - Cholera Fatality rateHaïti - Matthew - inventaire et état des hôpitaux et centres de soins - NGA - GEOINT - Octobre 2016

Passage en revue de l'état des hôpitaux et carte indiquant les statistiques de mortalité
liées à l'épidémie de cholera.

 

Les cartes de densité de la population et l'inventaire des zones les plus touchées font également partie de la panoplie des informations utiles aux secours.

 

Haiti - Matthew - Damage assessment - Jeremie - Digital Globe - satellite - NGA Haiti - Matthew - Dégâts - Roche a bateau - Digital Globe - NGA - Population touchée

Evaluation de l'importance des dégâts après le passage de l'ouragan Matthew.
Ici, les images utilisées proviennent des satellites de la société Digital Globe.
Crédit image : NGA

 

La NGA en bref…

La NGA, anciennement National Imagery and Mapping Agency (NIMA), fait partie du département de la Défense des États-Unis. Placée sous l’autorité du directeur du renseignement national (DNI), c’est une des seize agences de la Communauté du renseignement des États-Unis. Au total, selon les informations publiées sur le site du Directeur du Renseignement national (DNI), le budget du renseignement américain est de l'ordre de 70 milliards de dollars.

Le siège de la NGA est installé sur la base militaire de Fort Belvoir à Springfield en Virginie. La NGA a deux autres implantations importantes à St Louis et à Arnold (Missouri) ainsi que des centaines d’employés dans le monde.

La NGA emploie approximativement 14500 personnes (civils ou militaires). Son budget est une information confidentielle mais on estime qu’il est d'environ 5 milliards de dollars, selon un document transmis au Washington Post par Edward Snowden (FY 2013 Congressional Budget Justification). Ce budget a plus que doublé depuis 2004.

Jusqu’en 2003, la NGA s’appelait National Imagery and Mapping Agency (NIMA), créée en octobre 1996 dans le but de centraliser le renseignement d’origine image. La NIMA combinait ainsi les ressources de la DMA (Defence Mapping Agency), du Central Imagery Office (CIO), du Defense Dissemination Program Office (DDPO) et du NPIC (National Photographic Interpretation Center). Le changement d’appellation est destiné à mieux refléter la mission principale (GEOINT).

Le directeur actuel de la NGA est Robert Cardillo.

 

En savoir plus :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Un autre regard sur la Terre
  • Un autre regard sur la Terre
  • : Les satellites d'observation de la Terre au service de l'environnement : images et exemples dans les domaines de l'environnement, la gestion des risques, l'agriculture et la changement climatique. Et aussi, un peu d'espace et d'astronomie, chaque fois que cela suscite questions et curiosité...
  • Contact

A Propos De L'auteur

  • Gédéon
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre.
Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées
  • Ingénieur dans le domaine de l'observation de la Terre. Bénévole de l'association Planète Sciences Midi-Pyrénées

Rechercher

En Savoir Plus Sur Ce Blog...